Lavanderia: escapade argentine à Westmount

De façon générale, la Lavanderia est un lieu... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

De façon générale, la Lavanderia est un lieu fort sympathique.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef Antonio Park, qui s'est fait toute une réputation à Montréal et partout au Canada en puisant dans ses origines asiatiques pour créer une cuisine plutôt japonaise, très technique et fort créative à son restaurant Park, a grandi en Argentine. C'est à ce pays maintenant qu'il rend hommage dans son nouveau restaurant de l'avenue Victoria à Westmount, Lavanderia.

Le nom de cette nouvelle adresse, à quelques portes du premier-né, peut paraître étrange. On n'associe généralement pas lessive et nourriture. Mais la décoration de l'espace aux plafonds vertigineux, avec aux murs de grandes cordes à linge plaquées ornées de jolies illustrations de fleurs, où l'impression d'être au jardin est accentuée par la présence d'un grand arbre décoratif surplombant le bar, scelle le concept.

On entre dans cet espace (hommage à la lavanderia - buanderie que tenaient ses parents durant son enfance et aux jardins où avaient lieu de grands repas inclusifs) comme si on entrait chez quelqu'un, dans la cour arrière. Et le sentiment est fort agréable.

De façon générale, la Lavanderia est un lieu fort sympathique, même si le service n'y est pas encore tout à fait rodé. On n'a pas encore trouvé, par exemple, comment bien gérer les clients qui attendent que leur table se libère. (En leur proposant de prendre un verre de vin au bar, peut-être?) Et il y a un déséquilibre entre l'empressement effréné de certains serveurs et la nonchalance des autres, comme si la salle n'avait pas encore trouvé son rythme.

Toutefois, cela mis à part, cette nouvelle adresse de grillades inspirées de ce qui se fait en Argentine mérite d'être découverte, surtout par ceux qui habitent dans l'ouest de la ville, zone de mieux en mieux servie en restauration actuelle.

Le chef Park réussit à y offrir une cuisine à la fois originale et accessible.

La salade de fines lamelles de chayotte, par exemple, peut surprendre ceux qui ne connaissent pas ce légume tout en fraîcheur dont la texture évoque celle de la pomme. Or, le plat très citronné, raffiné et léger, ponctué de laitue frisée et arrondi par le beurré des noix de pin, se laisse manger tout seul, à peine craquant et lumineux.

Autre note exotique, en guise de frites pour accompagner les grillades, on propose du yucca plutôt que des pommes de terre. Là encore, c'est un ingrédient peu utilisé dans les restaurants montréalais, mais on s'amuse à le découvrir, costaud, nourrissant, et peut-être moins propice à l'accoutumance que les allumettes classiques.

Les okras sont aussi au menu, les tamales - coussins de pâte de maïs farcis, populaires en Amérique du Sud , les ceviches généralement associés au Pérou. Il faut essayer aussi les empanadas, pâtes à pain farcies à la viande hachée, aux légumes, mais surtout celle au fromage et au jambon fumé. Un croque-monsieur sud-américain. En mieux.

La salade de betteraves? Le légume-racine y est servi avec l'incontournable chou frisé et du fromage blanc. Ici, l'exotisme fait place à la mode. Mais ce n'est pas mauvais pour autant. Au contraire.

Park choisit de travailler avec des produits de qualité et ça paraît. Il suffit d'essayer les boulettes de porc haché de Gaspor, encore là un plat plus convenu, mais impeccablement réalisé, dans une sauce tomate. À commander si on va à la Lavanderia avec des enfants, par exemple. Mais on pourra aussi choisir de partager une assiette d'onglet, pièce de viande marinée particulièrement savoureuse et cuite juste comme il le faut, sur la braise.

La Lavanderia propose aussi des poissons ainsi doucement rôtis. L'omble chevalier était au menu le soir de mon passage et, là encore, sa cuisson était impeccable, tout comme celle du plat de légumes choisi en accompagnement: des carottes, du topinambour, du chou-fleur, du brocoli...

Toutes ces grillades sont simples, mais les saveurs pour les relever sont au rendez-vous. On propose des sauces typiques, incluant évidemment la chimichurri traditionnelle, remplie d'herbes fraîches, une salsa maison classique bien tomatée et une criolla, à base de tomate et de poivron, bien vinaigrée, aussi bien argentine.

Au dessert, il faut prendre la tarte fine au coco et aux bananes délicatement caramélisées ou alors le gâteau au chocolat et cacahuètes étagé, riche mais néanmoins plus léger qu'on l'imagine en entendant les noms de ces deux ingrédients. C'est servi avec de la crème glacée au dulce de leche, Argentine oblige. Délicieux et souriant. Comme tout le repas.

Lavanderia

374, avenue Victoria, Westmount

(514) 303-4123

Prix: Quelques exemples: salades 9 $, plat de trois empanadas 12$, plat de poisson grillé 24$, ris de veau grillés 15$, desserts 9$ et 11$.

Carte des vins: Les crus ne sont pas uniquement du Nouveau Monde, mais on fait une belle place aux vins sud-américains en général et aux argentins en particulier.

Service: Gentil et bien intentionné, mais quelques anomalies. Le rodage ne semble pas terminé.

Atmosphère: Restaurant très relax, très vivant. Les hauts plafonds, l'arbre près du bar, le coin-cuisine ouvert avec son gril donnent au lieu un côté aérien, peut-être estival. Très agréable en plein hiver qui ne finit plus. Bon niveau de décibels.

(+) Un menu à la fois accessible et original dans un lieu très aéré et chaleureux.

(-) Le service, à peaufiner.

On y retourne? Bien sûr.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer