La Yukon Gold a 50 ans

Pommes de terre boulangères... (Photo Shutterstock.com, tirée du blogue de Bob le Chef)

Agrandir

Pommes de terre boulangères

Photo Shutterstock.com, tirée du blogue de Bob le Chef

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est une invention canadienne qui a conquis les plus grandes tables, séduit les présidents et les stars. Sa riche saveur a même provoqué un bref incident diplomatique avec Washington. La pomme de terre jaune Yukon Gold, créée par un vénéré génie de la patate ontarien, célèbre cette année son 50e anniversaire. L'occasion rêvée de redécouvrir cette favorite des chefs, qui réinventent sans cesse les façons de l'apprêter.

1966

La Yukon Gold a été créée en laboratoire à l'Université de Guelph en 1966. Elle est l'oeuvre de Gary Johnston, défunt chercheur d'Agriculture Canada nommé membre honoraire à vie de la Potato Association of America. «Il était passionné et extrêmement curieux, créatif, innovateur. C'était aussi un mentor très généreux de ses connaissances», se souvient Vanessa Currie, une chercheuse de Guelph qui a travaillé avec lui.

14

Il a fallu 14 ans de travail pour développer la première variété de pommes de terre à chair jaune nord-américaine mise en marché à grande échelle.

C'est en croisant un tubercule jaune foncé originaire du Pérou avec une pomme de terre à chair blanche du Dakota du Nord que Johnston a mis au monde la Yukon Gold. «C'était quelque chose de différent. Plusieurs Européens étaient habitués aux pommes de terre à chair jaune mais ici les pommes de terre étaient seulement blanches. C'était un aliment nourrissant à bas prix, pas quelque chose de gourmet», explique Mme Currie.

Beurre ou margarine?

«La Yukon Gold est une des variétés préférées des chefs. Elle a une belle couleur, une belle texture, un côté un peu riche, presque beurré au goût. La comparer à d'autres, c'est un peu comme comparer du beurre et de la margarine», affirme Robert James Penny, alias Bob le Chef, auteur du blogue et des livres L'anarchie culinaire.

1997

La pomme de terre s'est retrouvée au coeur d'un petit incident diplomatique en 1997. Lors d'un souper à la Maison-Blanche en l'honneur du président chinois, la première dame Hillary Clinton avait déclaré que tous les aliments du menu venaient des États-Unis. Un journaliste du New York Times a noté que les pommes de terre étaient plutôt des Yukon Gold canadiennes. La Maison-Blanche a dû publier un communiqué pour s'excuser et corriger l'erreur.

Découvrez comment les Yukon Gold ont été apprêtées pour trois grands événements

Bal du gouverneur des Oscars 2016: Le chef Wolfgang Puck les a servies cuites au four et généreusement garnies de crème fraîche et de caviar iranien.

Dîner d'État en l'honneur de Justin Trudeau: La chef de la Maison-Blanche, Cristeta Comerford, les a déclinées en gratin dauphinois agrémenté d'un filet de liqueur au whisky canadien et au miel.

Gala des Emmy de 2014: Le chef Joachim Splichal a préparé un plat basé sur les os à moelle: des pommes de terre Russet sculptées en cylindres blancs et très légèrement cuites en guise d'os et une purée de Yukon Gold au centre en guise de moelle.

78 400

C'est le nombre de résultats obtenus dans Google lorsqu'on cherche «recette Yukon Gold». «La purée est la principale utilisation, mais elles font de très bonnes frites aussi et peuvent être rissolées. Bouillies ou au barbecue, ça fait la job», énumère Clément Lalancette, directeur général des Producteurs de pommes de terre du Québec. Bob le chef, lui, les utilise aussi pour faire des croustilles, des gratins dauphinois et «d'excellents gnocchis».

Recette de Bob le chef

Pommes de terre boulangères

INGRÉDIENTS

2 pommes de terre de taille moyenne coupées en cubes

1 oignon de taille moyenne ciselé

1 gousse d'ail hachée

625 ml de bouillon de volaille ou d'eau

75 ml d'huile d'olive ou végétale

Sel et poivre au goût

PRÉPARATION

1. Dans un poêlon, faire chauffer l'huile à feu mi-fort et colorer légèrement l'oignon, l'ail et les pommes de terre. Environ 3 minutes.

2. Ajouter le bouillon ou l'eau, porter à ébullition, puis baisser à feu moyen et laisser mijoter.

3. Une fois le bouillon presque totalement réduit, incorporer le beurre à l'aide d'une cuillère en bois.

4. Assaisonner et servir. Ne pas hésiter à ajouter des épices ou des fines herbes comme le thym, le romarin et l'estragon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer