Cinquième Fête de la Gastronomie: Anne-Sophie Pic célèbre la tartine

Anne-Sophie Pic... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Anne-Sophie Pic

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

La chef trois étoiles Anne-Sophie Pic, marraine de la cinquième édition de la Fête de la Gastronomie qui se déroulera du 25 au 27 septembre, proposera des recettes de tartines créatives pour cet événement qui veut s'adresser à «toutes les populations».

Banquets, pique-niques, ateliers, rallye gastronomique, concours de fromages, projets dans des écoles, maisons de retraite et en prison: cette année, le «défi est de dépasser les 10 000 événements», a lancé la secrétaire d'État chargée du Commerce et de l'Artisanat, Carole Delga, qui a réuni mardi le premier comité de pilotage de cette fête.

L'édition 2014, avec 9300 événements impliquant notamment restaurateurs, acteurs de la filière agricole, du tourisme et de l'éducation, avait attiré environ 1,3 million de participants, dans plus de 2500 villes, selon les organisateurs.

Prenant le relais de Guillaume Gomez, chef des cuisines de l'Élysée et parrain de l'édition précédente, Anne-Sophie Pic, seule femme-chef couronnée de trois étoiles Michelin, a expliqué avoir voulu «réinventer les tartines», en proposant des recettes simples à réaliser.

«Le pain est quelque chose qui nous réunit et qui nous parle», a-t-elle souligné. «La tartine peut être notre hamburger à nous!», a poursuivi la chef qui revenait des États-Unis.

Pour cette édition, sur les thèmes «créativité et audace», Carole Delga a souligné l'importance de s'adresser à «toutes les populations».

«Il y en a pour toutes les bourses. À travers la thématique des tartines, on a voulu démontrer qu'avec un élément de base de la cuisine française, le pain, on peut faire de la gastronomie à moindre coût, mais avec des produits de qualité», a-t-elle dit à l'AFP.

«La créativité et l'audace, c'est dire en ces temps qui peuvent être parfois moroses, on parie sur l'avenir, sur la découverte. On ne reste pas dans le traditionnel, on continue à innover et à démontrer que la gastronomie se renouvelle», a-t-elle ajouté.

La secrétaire d'État a souligné que la gastronomie était un «vecteur économique fort». Le secteur représente 61,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 794 000 emplois salariés pour les métiers de la restauration, et 13,5% des dépenses des touristes étrangers, selon les chiffres officiels pour 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer