Salon de thé: réconfort à l'anglaise

Ambiance au salon de thé de l'hôtel Ritz-Carlton.... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Ambiance au salon de thé de l'hôtel Ritz-Carlton.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

En ces jours de froid glacial, nombreux sont ceux qui souhaitent s'évader vers les plages du Sud. Nous vous proposons plutôt de filer à l'anglaise pour aller trouver un peu de réconfort auprès d'une tasse de thé bien chaud et d'un scone encore fumant, le temps d'un afternoon tea, my dear!

Tout comme les Européens, les Montréalais sont de plus en plus nombreux à succomber aux charmes des salons vintage servant le thé dans des tasses de porcelaine, ainsi que des mignardises et des finger sandwiches sur un plateau à étages. Le succès de la série télévisée Downton Abbey - qui raconte le quotidien d'une famille de l'aristocratie anglaise au début du siècle dernier - n'est sûrement pas étranger à la popularité soudaine de l'afternoon tea.

«Il y a vraiment un regain d'intérêt. Ce n'est plus seulement les dames âgées qui viennent prendre le thé. On a beaucoup de jeunes dans la vingtaine et même des hommes», explique Donna Malin, propriétaire du salon de thé Gryphon d'Or dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Au cours de la dernière année seulement, deux nouveaux salons offrant le thé à l'anglaise ont ouvert leurs portes à Montréal, le Cardinal dans le Mile End et Le Parloir sur le Plateau.

L'afternoon tea est devenu la façon par excellence de célébrer les showers de bébé ou de future mariée, tous les salons le constatent.

«Pour les grandes célébrations, on peut aussi ajouter un peu de champagne. C'est le royal high tea

Sylvie Marchand
propriétaire du Parloir

Le thé à l'anglaise n'est pas qu'une simple tasse de feuilles infusées accompagnée d'un scone. On y sert traditionnellement quelques biscuits ou gâteaux et quelques bouchées salées, notamment le traditionnel sandwich au concombre. Lorsqu'il est consistant et devient un petit repas, il est aussi appelé high tea.

Une tradition victorienne

L'histoire attribue à la septième duchesse de Bedford l'origine de cette tradition. Vers 1840, les aristocrates prenaient leur repas du soir vers 20 h. Or, la duchesse avait souvent un petit creux au milieu de l'après-midi. Aussi avait-elle pris l'habitude de prendre un petit goûter pour accompagner le thé avec des amis. Une mode était née (compter la reine Victoria dans son cercle d'amis ne peut pas nuire quand on lance une tendance).

La tradition s'est implantée dans la classe moyenne, avec une constante: l'heure du thé est aussi l'occasion d'en plein mettre la vue à ses invités.

«Ma mère sortait la porcelaine, repassait une belle nappe et faisait briller son argenterie.»

Morven
une Écossaise rencontrée à un rassemblement de Britanniques expatriés à Montréal

«C'était un rituel à la maison», ajoute Daniel, Anglais établi au Québec depuis six ans. «Ma mère préparait un mélange spécial de feuilles de thé et je n'ai jamais su ce qu'elle y mettait. J'ai essayé de refaire ce mélange pour préparer un high tea à ma femme et ses amies. Ç'a été un désastre.»

Une boisson toujours aussi populaire au Royaume-Unis

Aujourd'hui, la tradition s'est un peu perdue dans les familles anglaises, nous disent ces Britanniques. À preuve, en 10 ans d'existence, notre groupe d'expatriés n'a jamais tenu un afternoon tea. «À l'étranger, on se cherche surtout un bon pub anglais», souligne Neil en riant.

Daniel avance que la vie moderne laisse peu de temps pour prendre le thé comme au temps de leurs parents. Mais le UK Tea and Infusion Association confirme que le retour de l'afternoon tea dans les salons est bien réel, en Angleterre, depuis quelques années. Il faut dire qu'avec ou sans scones, le thé n'a jamais cessé de couler à flots chez les Britanniques.

«À 15 h, tous les Britanniques ont envie d'une tasse de thé, c'est psychologique», souligne Stuart, un Anglais expatrié. «C'est comme si on était physiquement programmés, comme si une horloge intérieure nous disait: il est trois heures, c'est l'heure du thé!», ajoute son collègue Neil.

Nos bonnes adresses

Que vous cherchiez un endroit confortable où passer un après-midi de tempête de neige à jouer au Scrabble tout en prenant le thé ou une place où célébrer un anniversaire entre amies autour de petites bouchées, vous trouverez votre compte à Montréal. Voici nos bonnes adresses.

Le Gryphon d'or

Le mot «réconfort» prend ici tout son sens. Ce salon de thé se veut avant tout très accueillant et chaleureux. Le décor n'a rien ici de victorien. «On n'a pas besoin de se mettre sur son 36 pour y venir, indique la propriétaire, Donna Malin. Mais nos présentations sont soignées et tout est cuisiné sur place, le jour même.» Son plateau à étages est particulièrement bien rempli: sandwichs au concombre, pikelet (une petite crêpe), saumon fumé, shortcake aux fraises en verrine, etc. Nouveauté depuis quelques jours, le salon offre le «p'tit souper», soit le thé avec des bouchées de beef stew, des mini-burgers et mignardises. L'ancienne propriétaire, Peggy Reagan, tient la pâtisserie voisine où elle cuisine des scones qui sont parmi les meilleurs à Montréal (c'est même ici que le Café Birks de Jérôme Ferrer vient s'approvisionner).

5968, avenue de Monkland

Prix: 25$ par personne (taxes incluses)

Tous les jours à partir de 15 h, il est préférable de réserver.

Le Parloir

Ouvert il y a moins d'un an, le petit salon est le rêve de Sylvie Marchand, une mère de famille fascinée par le thé. «J'ai dû être une Anglaise dans une autre vie», rigole-t-elle. L'endroit est décoré avec minutie dans un style victorien et moderne à la fois. Chaque objet a son histoire. La propriétaire fait elle-même ses scones, chaque matin. «C'est beaucoup d'ouvrage, mais c'est vraiment ma fierté et ma marque de commerce!», dit-elle. En plus des classiques, Sylvie a apporté sa touche personnelle à son plateau à étages avec des crostinis au canard confit, des canapés de foie gras ou encore des macarons.

4354, avenue Christophe-Colomb

Prix: 24$ par personne. L'endroit est aussi un «apportez votre vin» pour ceux qui souhaitent boire quelques bulles.

*Pour des canapés gourmets, on vous suggère également l'afternoon tea au Birks Café ouvert en 2010, situé au 1240, place Phillips. D'ailleurs, Sylvie y a fait la plonge pendant deux ans tant elle souhaitait travailler dans un salon de thé.

Le Cardinal

Les propriétaires du Sparrow dans le Mile End ont ouvert l'an dernier ce salon de thé qui évoque le Londres de Phileas Fogg ou de Sherlock Holmes. L'endroit est fascinant avec son immense lustre, ses vitraux, ses bibliothèques et ses causeuses en velours. «Il y a un petit côté intime avec plein de racoins», souligne Claudia Fancello, la gérante. La clientèle y est ici jeune et on compte plusieurs hommes. Et petite particularité: il n'y a pas de wifi. «On voulait créer un endroit convivial où les gens se parlent... c'est un endroit ou on perd la notion du temps.» Le temps s'arrête effectivement à la première bouchée du scone fumant aux bleuets cuisiné sur place. Ici, toutefois, pas de plateau à étages et tout est vendu à la carte.

5326, boulevard Saint-Laurent

Prix: à la carte

Ouvert du jeudi au dimanche

Le Ritz-Carlton

Un peu partout dans le monde, le Ritz-Carlton est reconnu pour son afternoon tea et Montréal n'y échappe pas. Véritable institution, l'endroit est le lieu tout indiqué pour célébrer les grands événements, mondains ou non, avec son somptueux décor dans la cour des palmiers. Il est d'ailleurs possible d'ajouter une flûte de champagne pour marquer les grandes occasions. Le Ritz offre aussi les petits gâteaux personnalisés pour les anniversaires ou les showers. Les bouchées varient selon les saisons. Le plateau compte quatre types de bouchées sucrées et quatre autres, salées.

1228, rue Sherbrooke Ouest

Prix: 32$ par personne ou 45$ avec champagne

Bistro Le Montréalais de l'hôtel Reine Elizabeth

Au bistro Le Montréalais de l'hôtel Reine Elizabeth, le gérant Alban Barthel et son équipe souhaitent partager leurs connaissances sur le thé avec leurs clients. L'endroit est avant tout un bistro, même s'il est situé dans un hôtel 5 étoiles, souligne M. Barthel. «Tout le monde est bienvenu, on veut que les gens s'y sentent à l'aise, on peut venir en jeans sans problème», rigole-t-il. Le bistro propose des classiques revisités, comme le sandwich pumpernickel au saumon fumé. Côté sucré, on retrouve bien sûr le scone, mais le chef Sébastien Giannini y apporte sa touche avec un Paris-Nice, une pâte à choux à la fleur d'oranger. Dès le printemps, le bistro offrira «le thé des princes et princesses» pour les enfants avec des bouchées de barbe à papa, notamment.

900, boulevard René-Levesque Ouest

Prix: 26$ ou 35$ avec une flûte d'Orpailleur brut

La route du thé à l'anglaise

En été, il est possible d'explorer la région des Cantons-de-l'Est et sa route des thés à l'anglaise dans des lieux patrimoniaux. Cet hiver, toutefois, seul le centre culturel et du patrimoine Uplands à Lennoxville offre ce service les week-ends.

http://www.cantonsdelest.com/touristRoute/11/la-route-des-thes-a-l-anglaise

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer