Vins en vrac et qualité

Je parlais récemment des vins d'épicerie, mentionnant au passage qu'ils sont... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Véronique Rivest

Collaboration spéciale

La Presse

Je parlais récemment des vins d'épicerie, mentionnant au passage qu'ils sont souvent plus chers qu'à la SAQ. Une information qui a fait réagir la société d'État: «Lors de la vente des produits aux épiciers, la SAQ octroie une rémunération de 14,08 % qui leur permet d'avoir une marge et d'offrir les produits à des prix équivalents à ceux de la SAQ», m'a-t-elle précisé.

Soit. Mais, sans avoir mené une étude exhaustive, les vins que j'ai vus en épicerie, qui étaient aussi à la SAQ, étaient tous plus chers en épicerie. Même si la SAQ remet une ristourne aux épiciers, rien n'empêche d'ailleurs ces derniers de fixer des prix plus élevés. Et c'est correct.

Le but était toutefois d'analyser la qualité de l'offre de vins en épicerie, au-delà de la question du prix. Il est question ici de qualité et je dirais même de conviction: les consommateurs font de plus en plus attention à ce qu'ils mangent, mais se soucient très peu de ce qu'ils boivent.

Si vous scrutez les listes d'ingrédients sur les aliments avant de les acheter, pourquoi ne vous préoccupez-vous pas de ce qu'il y a dans le vin? Je le sais, c'est moins évident. Les listes d'ingrédients ne sont pas obligatoires. Ça demande un minimum d'efforts pour se renseigner.

Et ça nous ramène à l'éternelle question des vins de volume versus les vins de terroir. En épicerie, on a affaire uniquement à des vins de volume - des vins importés en vrac. En fait, je devrais plutôt parler de vins fabriqués et de vins de terroir, car même en faisant du volume, il est possible de faire de la qualité. C'est plus difficile, mais c'est possible. Et nécessaire! On ne peut pas se payer des bouteilles à 30 $ ou 40 $ tous les jours. Et pour bien des gens, des bouteilles à 18 $ ou 20 $ sont déjà toute une traite. Le vin ne devrait pas être réservé aux biens nantis.

Productivité contre terroir

Mais produire du bon vin en volume exige une démarche axée sur la qualité dès le départ, et pas uniquement fondée sur le profit. On sait qu'élaborer du bon vin demande avant tout une viticulture soignée, avec des gens qui cultivent la terre et bichonnent leurs vignes.

Le problème avec le vin en vrac, comme il est aujourd'hui, c'est que ceux qui l'élaborent sont complètement retirés du processus de culture. C'est du vin fabriqué comme une marchandise, issu de vignobles où le maître mot est productivité, et non terroir. Il risque fort d'être manipulé à outrance à la cave pour compenser ce qui n'a pas été fait dans le vignoble et pour correspondre à des critères établis par des études de marché. Des vins au mieux quelconques, dénués de toute notion d'origine.

Je crois sincèrement qu'il peut y avoir de bons vins en vrac, même des vins bios. Mais en attendant, force est de constater que chez nous, l'offre de vins en épicerie n'est pas très glorieuse.

Pour preuve, j'ai comparé les deux vins d'épicerie proposés dans ma dernière chronique avec des vins dont le prix est similaire à la SAQ.

Ainsi, le Bu Vivere coûte 13,35 $ à la SAQ et 16 $ en épicerie (taxes comprises dans les deux cas). J'ai donc comparé avec des vins à la SAQ qui se situent dans deux fourchettes de prix: de 12 $ à 13,95 $ et de 15 $ à 16 $. 

Dans le cas des vins qui se détaillent entre 12 $ et 13,95 $ à la SAQ, pas de surprise majeure. Peu de ces vins se distinguent. La majorité est ordinaire, même s'il n'est pas impossible de tomber sur une pépite de temps à autre.

Dans l'autre catégorie, celle des vins se détaillant entre 15 $ et 16 $, toutefois, on trouve sans trop de mal une qualité nettement supérieure. Pour le prix d'un vin en vrac à l'épicerie, on peut trouver à la SAQ des vins de qualité, élaborés avec passion par des vignerons qui cultivent leur terre et cherchent à en tirer un vin honnête et authentique.

Podere Castorani Scià IGP Puglia 2015, 12,45 $ (10966765) 13 %... (Photo fournie par la SAQ) - image 2.0

Agrandir

Podere Castorani Scià IGP Puglia 2015, 12,45 $ (10966765) 13 %

Photo fournie par la SAQ

Suggestions entre 12 $ et 13,95 $

Podere Castorani Scià Igp Puglia 2015

Issu à 100 % de sangiovese, mais du sud de l'Italie, dans les Pouilles: le talon de la botte. Le fruit est plus sombre, un peu plus confit et le vin, plus charnu, plus ample qu'un sangiovese de Toscane. Juste assez de tanins pour lui donner de la structure et essentiellement sec, même si 6,2 g de sucre lui donnent certaines courbes.

12,45 $ (10966765) 13 %

Badenhorst The Curator Red Blend 2017

Résolument sud-africain avec ses arômes empreints de notes brûlées, de feu de camp et de viande fumée. Cet assemblage de cinsault, grenache, syrah et mourvèdre offre aussi un fruit mûr, avec des notes d'herbes, de garrigue. La bouche est franche et goûteuse; la matière, mûre; l'acidité, fraîche; et les tanins, modérés. On appréciera ou non son côté fumé, mais il a assurément de la gueule et il respire l'authenticité. C'est déjà très fort à ce prix.

12,65 $ (12819435) 13,5 %

Domaine d'Aupilhac Lou Maset Languedoc 201615,90 $ (11096116) 14 %... (Photo fournie par la SAQ) - image 3.0

Agrandir

Domaine d'Aupilhac Lou Maset Languedoc 201615,90 $ (11096116) 14 %

Photo fournie par la SAQ

Suggestions entre 15 $ et 16 $

Domaine d'Aupilhac Lou Maset Languedoc 2016

Voici la preuve qu'on peut avoir un vrai vin de vigneron sous la barre des 16 $. Et d'une qualité qui fait pâlir tous les vins en vrac au même prix. Sylvain Fadat est la troisième génération de la famille à travailler ce vignoble d'Aupilhac qu'il cultive en agriculture bio. Lou Maset est un vin gouleyant, au très joli nez de fruits rouges, de fleurs séchées et d'herbes. Des saveurs de gadelle, de cerise, d'anis se relaient dans une bouche fraîche et savoureuse, avec une pointe animale et des tanins modérés. Grenache et cinsault, avec un peu de syrah, de carignan et de mourvèdre, et tout le soleil et les parfums du Languedoc.

15,90 $ (11096116) 14 %

Masciarelli Montepulciano d'Abruzzo 2015

Un très bel exemple d'un vin rouge italien de table. Rien d'impressionnant, mais un vin franc et authentique, fait pour la table de tous les jours. Très sec et savoureux, avec des notes de prune, de cerise, de terre fraîche et une structure ferme qui confirme sa place à table. Simplement bon. À déguster avec des pâtes à la sauce à la viande ou des saucisses grillées.

15,80 $ (10863774) 13 %

Château Puy-Landry Castillon Côtes de Bordeaux 2015

Les vins de Bordeaux sont trop chers, trop extraits, trop boisés? À Bordeaux comme ailleurs, il continue d'y avoir des vignerons qui élaborent des vins authentiques et bien faits, et pour tous les jours! Principalement issu de merlot, et tout en culture bio, ce vin offre de la matière et de la structure, avec des arômes de fruits rouges, de cuir et de réglisse. Frais et savoureux, avec des tanins modérés, fermes. Du Bordeaux vrai et franc pour tous les jours. À déguster avec des viandes rouges, ou à garder encore de quatre à cinq ans.

15,25 $ (00852129) 13 %




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer