Un Minervois de 16 ans et qui tient!

Les mauvaises surprises, pour qui possède un cellier de quelques centaines ou... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jacques Benoit
La Presse

Les mauvaises surprises, pour qui possède un cellier de quelques centaines ou milliers de bouteilles, ne sont pas rares...

Après en avoir longtemps rêvé, et l'avoir longuement bichonnée du regard, l'amateur se décide enfin à déboucher telle ou telle bouteille... pour s'apercevoir que le vin aurait dû être bu plusieurs années plus tôt. Ou, pire, qu'il est bouchonné. Horreur!

Mais, consolation, il arrive que ce soit l'inverse. Autrement dit, qu'un vin dont on n'espérait pas grand-chose se révèle d'une qualité tout à fait inattendue.

Je viens d'en vivre l'expérience, par pur hasard, grâce à un vin d'une appellation modeste et déjà passablement âgé, à savoir le Minervois 1998 Belle de Nuit Borie de Maurel.

Découverte dans un recoin de ma petite cave, cette bouteille, âgée déjà de 16 ans et dont j'avais oublié l'existence, ne me disait rien qui vaille.

«Puisqu'il le faut, fallons!», me dis-je, empruntant l'expression chère à un confrère.

Je débouchai donc. Stupéfaction. Le vin avait merveilleusement tenu. Souple, complexe (tabac, cuir, fruits cuits, etc.), il avait encore, également, cette fraîcheur d'arômes que tous les vins rouges de qualité se doivent de conserver.

Une fois que les arômes de cuir séché et de pruneaux cuits dominent, les vins, comme on sait, sont morts.

Autre surprise: en consultant le site de ce producteur, j'appris que ce vin (absent du marché du Québec pour l'instant, malheureusement) n'est fait que de Grenache et son élevage conduit en cuves. Aucun bois, donc.

Et... moi qui avais tendance à croire que seuls les plus grands vins français de Grenache, tels que les Châteauneufs-du-Pape Château Rayas et Domaine du Vieux-Télégraphe, étaient capables de vieillir en beauté 15 ans et plus!

Comment cela s'explique-t-il? ai-je demandé par courriel à son producteur Michel Escande, qui vinifie ce vin comme le Château Rayas, sans érafler, en laissant donc les grappes entières, avec la partie boisée.

Sa réponse: ce vin est «issu d'un sol rouge très particulier, de silex et de quartz, qui lui confère cette étonnante capacité à vieillir. Ma dernière émotion était un 1992 il y a deux semaines».

Le terroir parle...

Pays d'Oc 2012 IGP Grenache Syrah Marius Michel Chapoutier, 15$ (11975196)

Bien coloré, quoique sans rien d'opaque, ce joli vin rouge du Languedoc, au bouquet d'assez bonne ampleur et que dominent les arômes de fruits noirs de la Syrah, est un peu plus que moyennement corsé, et ses tannins sont aimables, ronds, de sorte qu'il gagnera à être servi assez frais (13-14 degrés) comme un beaujolais. La fiche technique ne précise pas les proportions pour ce qui est des cépages, l'élevage étant mené en cuves. Ce vin est une nouvelle inscription au répertoire général. Fort bon. 13,5% (1170 caisses). Garde: 2014-2016.

15,5

Côtes du Rhône 2011 Réserve Georges Duboeuf, 16,45$ (12207050)

On reconnaît le style Duboeuf, tout en rondeurs, même si ce n'est pas un beaujolais... Vin de corps moyen, peu tannique, non boisé, il se présente avec un bon goût de fruit, le bouquet jouant sur des arômes à la fois de fruits rouges et noirs, avec le Grenache (60%) qui prend le pas sur la Syrah (40%) sur le plan aromatique. À servir assez frais également, ce qui en exaltera le fruit. L'élevage est conduit en cuves. C'est aussi un nouveau venu au répertoire général. 14% (1166 caisses). Garde: 2014-2015.

15,8

Bourgogne 2012 Beaucharme Louis Max, 20,40$ (12206962)

Avec l'aération, ce bourgogne blanc, de Chardonnay, d'un très bon millésime pour ce vignoble, prend des airs... de chablis, en raison notamment d'une note minérale qui n'est pas sans rappeler, précisément, le chablis. Le bouquet a donc de la finesse, ce vin, moyennement corsé pour un bourgogne blanc, étant vinifié et élevé en partie en pièces bourguignonnes de 228 litres (20%) et la portion restante (80%) en cuves inox. Il s'agit aussi dans ce cas d'un nouveau produit courant. Enfin, sans doute aurai-je pu le noter un peu mieux. 12,5% (274 caisses). Garde: 2013-2016?

15,5

Douro 2011 Vale Do Bomfim, 15,95$ (10838982)

La couleur est soutenue, sans que le vin soit opaque, le bouquet large, mais plutôt tout d'un bloc, du moins en ce moment, avec les fruits rouges qui dominent. La bouche suit, bien en chair, dense, avec des tannins gras, mais faisant un brin lourde, m'a-t-il semblé. Fort bon quand même, surtout à ce prix. 50% Tinta Barocca, 20% Touriga Nacional, 15% Touriga Franca et 15% Tinta Roriz (c'est le tempranillo), avec élevage en fûts de chêne français de 400 litres dont une partie de neufs. 14% (217 caisses). Garde: 2014-2018?

15,5

Saumur-Champigny 2011 Château Yvonne, 24,95$ (11665534)

Beau vin rouge de la Loire, de Cabernet franc uniquement, son bouquet, de fruits noirs, est mûr, franc, mais bien malin qui pourrait deviner, à l'aveugle, qu'il s'agit d'un vin de ce cépage. Un peu plus que moyennement corsé, ses saveurs sont nettes et il est assez peu tannique, et sans rugosité aucune. D'une appellation peu connue et dont... les Parisiens firent longtemps leurs délices. Élevage pour moitié en foudres et pour moitié en fûts, quoique l'apport boisé soit imperceptible. 13% (132 caisses). Garde: 2014-2017.

16,2




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer