Domaine Bergeville: 100% bulles

Le Québec deviendra-t-il un eldorado du mousseux? C'est le pari que font deux... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Québec deviendra-t-il un eldorado du mousseux? C'est le pari que font deux nouveaux vignerons, Marc Théberge et Ève Rainville, qui croient que les cuvées acidulées et faibles en alcool d'ici sont idéales pour ce type de vin. C'est pourquoi leur Domaine Bergeville, qui ouvre ses portes cet été, ne commercialisera que des bulles.

Canton de Hatley - Le couple Théberge-Rainville rêvait depuis longtemps de lancer un vignoble. Étudiants à la maîtrise à Vancouver dans les années 90, ils ont commencé à mettre des sous de côté (beaucoup de sous!) dans l'espoir de produire un jour leur vin.

«Pour bien des gens, un vignoble, c'est un projet de retraite, dit M. Théberge. Pour nous, c'était le projet d'une vie.»

Afin de peaufiner ses connaissances viticoles, le tandem a voyagé aux quatre coins de la planète. C'est lors d'un séjour en Angleterre qu'il a choisi son futur mode d'agriculture: la biodynamie. Ce pendant de la culture biologique se base notamment sur le calendrier lunaire et sur le respect des micro-organismes présents dans le sol.

«On voyait une différence de goût entre les légumes cultivés selon les règles de la biodynamie et les autres qui ne l'étaient pas, raconte M. Théberge. On s'est dit que l'impact serait encore plus grand dans le vin.»

Après avoir hésité entre la Nouvelle-Écosse, l'Ontario et le Québec, le couple a posé ses valises dans le Canton de Hatley en 2008.

Le Québec deviendra-t-il un eldorado du... (Photo David Boily, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo David Boily, La Presse

Des choix audacieux

«On s'est demandé avec quels vins on pouvait se démarquer, explique Marc Théberge. On a choisi les mousseux, parce qu'à l'époque, il y avait peu de vignerons qui en faisaient et surtout, personne ne s'y consacrait totalement.»

Quatre ans plus tard, trois bouteilles sont posées sur le comptoir d'ardoise tout neuf du Domaine Bergeville: un blanc, un rosé et un rouge. Elles ont toutes un point en commun, elles contiennent des bulles. Le vignoble ne proposera aucun autre produit, comme du blanc sec ou du vin de glace.

Le couple mise sur des mousseux hors de l'ordinaire pour attirer des clients. Il a retenu des cépages qui demandent peu de protection hivernale. Exit les traditionnels seyval blanc ou chardonnay, deux variétés souvent utilisées au Québec pour la production de bulles. Ils ont plutôt choisi le marquette, le frontenac noir, l'acadie blanc et le saint-pépin.

«On voulait développer un goût du Québec», explique Ève Rainville.

Et qui dit «goût du Québec», dit rouge, couleur que les Québécois affectionnent. Trois bouteilles sur quatre vendues dans la province contiennent du rouge. Le couple a donc poussé l'audace jusqu'à élaborer un mousseux dont la robe est complètement opaque.

«On était tombé en amour avec le shiraz mousseux dégusté en Australie, ajoute Mme Rainville. Ça nous a donné le goût de faire un rouge mousseux.»

Du mousseux traditionnel

Si les vignerons ont été créatifs dans le choix des cépages et des vins, ils tenaient toutefois à être plus conservateurs pour l'élaboration et le temps de conservation avant la mise en marché de leurs vins. Ils ont donc opté pour la même technique que les champenois, soit la méthode traditionnelle qui consiste à créer les bulles une fois le vin en bouteille.

Ils ont de plus retardé d'un an l'ouverture de leur domaine afin de conserver leurs bouteilles au moins 24 mois avant d'être débouchées. Peu de vignerons québécois attendent aussi longtemps avant de commercialiser leurs cuvées. Cette attente permet toutefois au vin d'être plus mature.

«Ça se goûte quand le mousseux est trop jeune, dit le producteur. Oui, ça demande de la patience, surtout du point de vue financier, mais ça vaut la peine.»

Dans le but de produire des cuvées d'exception, les vignerons ont mis «en réserve» quelques bouteilles de leurs premières vendanges. Ces vins seront assemblés à ceux des autres récoltes afin d'ajouter de la complexité à leur production, comme il est coutume de le faire en Champagne.

Comment s'y rendre

À partir de Montréal, vous mettrez près d'une heure trente pour vous rendre au Domaine Bergeville. Empruntez l'autoroute 10 en direction de Sherbrooke. Après une heure, vous croiserez l'autoroute 55. Prenez la sortie 121, puis roulez direction sud. Empruntez la sortie 29 et tournez à gauche sur la route 108 Est en direction de Sainte-Catherine-de-Hatley. Restez sur cette route jusqu'au village de North Hatley. Une fois rendus, traversez le pont et continuez tout droit sur le chemin Sherbrooke. Vous êtes rendus!

Domaine Bergeville 1030, chemin Sherbrooke, Canton de Hatley domainebergeville.ca

Le Québec deviendra-t-il un eldorado du... (Photo David Boily, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Photo David Boily, La Presse

À déguster

Bulles Rouge Brut 2012

Ce mousseux rouge ne laissera personne indifférent. D'abord parce que lorsqu'on le verse, une mousse de couleur violette se crée en surface. Dans le verre, ça sent les bleuets et la confiture. C'est légèrement sucré sur les papilles. Les arômes de cerises rouges et de cassis persistent longtemps en bouche. À découvrir avec un filet de porc. 13% 32$

Bulles Rosé Brut 2012

Rien de plus estival que des bulles rosées. Celles-ci sentent le melon d'eau et les fleurs des champs. En bouche, les bulles sont fines. C'est rond, c'est long et très fruité. Délicieux! 12,8%30$




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer