Michelle Rempel, ministre sommelière

La ministre Michelle Rempel, ici avec Stephen Harper,... (Photo fournie par le bureau du Premier Ministre)

Agrandir

La ministre Michelle Rempel, ici avec Stephen Harper, ne cache pas son penchant pour les pinots noirs de la Bourgogne. Elle a aussi un faible pour les barolos d'Italie et les vins de l'Oregon.

Photo fournie par le bureau du Premier Ministre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans les couloirs du parlement, à Ottawa, on s'attend davantage à discuter politique que vin. Pourtant, la ministre conservatrice Michelle Rempel ne manque pas une occasion pour vanter les qualités des vins canadiens. Et elle sait de quoi elle parle: elle est sommelière.

Michelle Rempel fait la navette entre l'Alberta et Ottawa chaque semaine. Députée de Calgary-Centre et ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest, elle trouve le temps de goûter des vins de partout au pays et, bien sûr, d'en faire la promotion.

La ministre est bien plus qu'une simple amatrice. Elle a obtenu son diplôme de sommelière en 2010 après avoir suivi les cours du très populaire programme Wine and Spirits Trust (WSET).

«Apprendre sur le vin, ce n'est pas seulement boire de l'alcool, explique-t-elle en entrevue. C'est apprendre sur la culture et sur la façon dont on fait le vin. Ça permet de mieux l'apprécier, de comprendre les régions viticoles et leur culture.»

La ministre ne cache pas son penchant pour les pinots noirs de la Bourgogne. Elle a aussi un faible pour les barolos d'Italie et les vins de l'Oregon.

De bons vins canadiens

Sa passion pour les grandes cuvées étrangères ne l'empêche toutefois pas de s'intéresser aux vins canadiens. Au contraire! Nouvelle-Écosse, Okanagan, Niagara et Québec, elle connaît les producteurs et les cépages de chaque région viticole du pays sur le bout des doigts.

«Dans chaque région du Canada, il y a un vin de classe mondiale que j'ajouterais avec plaisir à mon cellier», ajoute-t-elle.

Elle parle avec enthousiasme des vignobles Foxtrot et Clos du Soleil, en Colombie-Britannique, dont la qualité des vins est, selon elle, «exceptionnelle».

Michelle Rempel se désole toutefois qu'aucune bouteille de ces deux domaines ne soit offerte en Ontario, où elle habite la moitié de l'année, et ce, même si son gouvernement a légalisé en juin 2012 le transport de l'alcool entre les provinces.

«C'est très difficile, par exemple, de trouver un cidre de glace québécois en Alberta, raconte la ministre. Je pense que c'est une honte que le commerce du vin entre provinces ne soit pas davantage développé. Ça encouragerait l'industrie et ça stabiliserait les revenus des vignerons.»

Seuls la Colombie-Britannique et le Manitoba autorisent désormais le transport de l'alcool provenant d'ailleurs au pays dans leur province.

D'ici à ce que les autres provinces emboîtent le pas, ne soyez pas surpris de croiser la ministre dans un événement viticole. Elle participe chaque mois à des dégustations dans la capitale nationale afin de découvrir de nouveaux crus.

Cinq vins canadiens suggérés par Michelle Rempel

DU QUÉBEC

> Domaine Les Brome Vidal 2012, 18,35$ (10522540)

> Antolino Brongo Cryomalus 2010, 30,25$ (11002626)

DE L'ONTARIO

> Tawse Chardonnay 2011, 23,20$ (11039736)

> Norman Hardie Chardonnay 2010, 38,75$ (11638501)

> Tawse Grower's Blend Pinot Noir 2009, 36,25$ (11617049)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer