«On a stoppé Alex dans son élan»

Alex Harvey n'a pu terminer l'épreuve du 15... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Alex Harvey n'a pu terminer l'épreuve du 15 km (style classique) vendredi dernier.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Laura) Ils font un travail de l'ombre. Dans une salle étroite ou sur les pistes à avaler les kilomètres sur des dizaines de paires de skis. Un oeil sur les prévisions météo, ils cherchent, grattent, fouillent, analysent, chauffent, parfois avec un masque sur le visage. Puis ils recommencent. Quand ils réussissent, ils reçoivent un clin d'oeil des athlètes. Quand ils manquent leur coup, ils passent dans le tordeur.

Ingrat, le rôle de farteur en ski de fond? «Quand on gagne des médailles, c'est tellement le fun», a répondu Yves Bilodeau, rencontré hier midi sur le bord des pistes. Farteur en chef de l'équipe canadienne depuis presque 20 ans, triple olympien, il a à peu près tout connu dans son sport. Mais un ratage comme aux Jeux olympiques de Sotchi, ça, il n'avait jamais vécu. «C'est mon coup le plus dur.»

Les deux mauvaises courses d'Alex Harvey en style classique, Bilodeau en assume la pleine responsabilité. «On a manqué le fartage. On a muffé la course de nos skieurs. Alex, c'est dans son plein droit (de le dire). Il s'entraîne toute l'année pour la course des Jeux olympiques. Cette journée-là, il s'attend à avoir des skis pour connaître une bonne performance. On ne lui a pas donné ces skis-là. On l'a stoppé dans son élan.»

Le coup a été dur à avaler pour l'équipe de sept techniciens. En particulier pour le Suédois Mikael Book, responsable de la cire d'adhérence sur les skis d'Harvey, la facette qui a fait défaut jusqu'ici.

Les conditions au centre Laura ont été complexes. Du jamais vu, selon Bilodeau. D'un côté de la montagne, de la soupe et 10 degrés Celsius, de l'autre, de l'ombre et -5. Pour ajouter à la difficulté, le tout se mettait à varier à quelques minutes du départ. Certains pays, comme la Suède, ont réussi à merveille, d'autres, comme la Norvège, qui compte trois fois plus de techniciens que le Canada, ont connu leur part d'ennuis.

Les relais féminin et masculin des derniers jours ont permis aux Canadiens de trouver des solutions. Mais Bilodeau et son équipe sont sur le qui-vive en prévision des relais sprint de demain: de la neige est attendue, ce qui représentera un autre défi, surtout avec le sel qui a été épandu sur les pistes pour en protéger l'intégrité... mais pas partout. «Il faut tout recommencer à zéro», constate Bilodeau.

Malgré ses récents déboires, Harvey n'est pas inquiet. «Il y a eu des journées cette année où on avait les meilleurs skis, et par beaucoup», a souligné le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges. Comme lors du prologue au Tour de ski, où Devon Kershaw et lui ont fini deuxième et premier. «Je leur fais entièrement confiance.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'obsession d'Alex Harvey

    Ski et surf

    L'obsession d'Alex Harvey

    Le brouillard était si dense au centre de ski de fond Laura que les navettes ont cessé de fonctionner au début de l'après-midi hier. Même les... »

publicité

la boite:2450047:box
la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

la boite:2478966:box

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer