• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > L'Impact n'aura pas la tâche facile contre Orlando City 

L'Impact n'aura pas la tâche facile contre Orlando City

Kaka et ses coéquipiers ont livré un verdict nul... (PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES PC)

Agrandir

Kaka et ses coéquipiers ont livré un verdict nul de 2-2 à l'Impact, le 28 mars au Stade olympique.

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Beacon
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les formations d'expansion dans la Major League Soccer n'ont pas l'allure de celles évoluant dans les autres ligues sportives en Amérique du Nord.

Personne ne le sait autant que Frank Klopas, l'entraîneur-chef de l'Impact de Montréal. Klopas était un attaquant avec le Fire de Chicago lorsque l'équipe de première année a remporté les championnats de la MLS et de la Coupe des États-Unis de soccer, en 1998.

«Nous avons réalisé le doublé, s'est rappelé Klopas vendredi. Les choses sont différentes aujourd'hui, et avec les clubs d'expansion, ça prend du temps mais si vous avez de la qualité, le succès va suivre.»

Pour une deuxième semaine d'affilée, l'Impact (4-5-2) affrontera une telle formation, samedi soir, alors qu'il croisera le fer avec Orlando City (5-5-5) au Stade Saputo. Grâce à une séquence de cinq matchs sans défaite, Orlando City est parvenu à gravir les échelons de l'Association Est au point d'occuper le troisième rang, avec 20 points.

La semaine dernière au Yankee Stadium, la troupe montréalaise s'est inclinée 3-1.

Dans la MLS, les équipes embauchent leurs meilleurs joueurs via le marché des joueurs autonomes, surtout d'Europe et d'Amérique du Sud. Cela leur permet de ne pas être contraintes de bâtir un club patiemment, par le biais du repêchage.

C'est ce qu'Orlando City a fait en accordant un contrat à l'étoile brésilienne Kaka, qui domine l'équipe avec un total de sept buts. La formation floridienne a également ajouté les vétérans Aurélien Collin et Brek Shea, en plus de mettre la main sur un jeune joyau en Cyle Larin, lors du super repêchage.

Les deux formations se sont livré un verdict nul de 2-2 le 28 mars au Stade olympique. Les hommes de Klopas menaient 2-0 mais Kaka et son compatriote Pedro Ribeiro ont trouvé le fond du filet dans un intervalle d'une minute.

Cette fois-ci, les deux équipes joueront sur du gazon, et l'Impact se présentera dans de meilleures dispositions qu'en début de saison, alors que les joueurs consacraient le gros de leur énergie aux matchs de la Ligue des champions de la CONCACAF. Par ailleurs, l'Impact a remporté quatre de ses six dernières rencontres, dont trois d'affilée.

La formation montréalaise a joint les cadres de la MLS en 2012, et dans n'importe quel autre circuit professionnel, elle serait encore perçue comme une équipe d'expansion. Un an après son arrivée dans la ligue, elle s'est taillée une place en séries éliminatoires avant de chuter jusqu'au dernier rang en 2014.

«Je suis ici depuis que nous avons intégré la ligue à titre de club d'expansion, et je sais ce que ça prend pour percer, a confié le gardien de l'Impact, Evan Bush. Orlando l'a fait. New York City est encore dans une position où l'équipe essaie de trouver une solution.

«Orlando est en bonne posture, de renchérir Bush. L'équipe compte sur une belle collection d'étoiles comme Kaka, mais aussi des joueurs qui ont évolué dans la ligue et qui savent ce qu'il faut faire pour avoir du succès. Il y a tellement de parité dans cette ligue qu'une équipe d'expansion est comme n'importe quelle autre lorsqu'elle arrive.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer