Trevor Timmins: «Chris Kreider était mon choix»

Le recruteur Trevor Timmins aurait préféré que le... (Photo tirée du compte Twitter @CanadiensMTL)

Agrandir

Le recruteur Trevor Timmins aurait préféré que le Canadien repêche l'attaquant américain Chris Kreider plutôt que le Québécois Louis Leblanc en 2009.

Photo tirée du compte Twitter @CanadiensMTL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Et si le repêchage de 2009 n'avait pas eu lieu à Montréal, Louis Leblanc aurait-il constitué le choix décevant de premier tour du Canadien qu'il est devenu?

«Chris Kreider était mon choix à la place de Louis, a confié Trevor Timmins à La Presse au cours d'un long entretien vendredi. On ne m'a jamais forcé à prendre Leblanc, mais on m'a clairement laissé entendre que je devais m'éloigner des espoirs américains issus d'une école secondaire...»

Replaçons-nous dans le contexte de l'époque. L'organisation et les fans cherchaient encore leur vedette offensive francophone. On en voulait encore au directeur du recrutement du Canadien d'avoir préféré, deux ans plus tôt, deux Américains, Ryan McDonagh et Max Pacioretty, aux Québécois David Perron, Keven Veilleux et Angelo Esposito.

Au moment du repêchage, Pacioretty partageait encore son temps entre la Ligue américaine et Montréal, et certains en parlaient déjà comme d'un choix raté. McDonagh venait de terminer sa deuxième année à l'Université du Wisconsin, avec des statistiques modestes à offrir.

Trevor Timmins, Louis Leblanc et Bob Gainey le... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Trevor Timmins, Louis Leblanc et Bob Gainey le 26 juin 2009

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

La foule, au Centre Molson, scandait déjà «Louis! Louis! Louis!» lorsque Timmins s'est présenté sur l'estrade au moment de se prononcer, au 18e rang.

«Si j'avais choisi Kreider à la place de Louis Leblanc, j'aurais eu besoin d'une escorte policière pour quitter le Centre Bell, lance-t-il en riant. Je ne serais peut-être pas en train de donner cette entrevue en ce moment...»

Leblanc a disputé 50 matchs à Montréal, obtenu 10 points, avant d'être cédé aux Ducks d'Anaheim en 2014 (sans que l'équipe n'obtienne rien en retour). Il a pris sa retraite l'an dernier après quelques matchs dans la KHL et en Suisse. Kreider, repêché immédiatement après Leblanc par les Rangers de New York, a marqué 28 buts l'an dernier, sa troisième saison consécutive de plus de 20 buts.

On s'en souvient surtout pour sa charge sur Carey Price en séries éliminatoires en 2014. Blessé au genou, Price a raté le reste des séries et New York est passé en finale après avoir éliminé le CH.

«Il y avait un certain risque avec Louis Leblanc parce qu'il jouait dans l'USHL. On pouvait difficilement évaluer son sens du jeu parce que c'est une ligue qui encourage beaucoup la poursuite de la rondelle en fond de territoire. Et à sa défense, Louis a toujours été le meilleur de son groupe d'âge au Québec. On aurait eu une meilleure lecture de la situation s'il avait joué dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec cette année-là. Mais il était déterminé et compétitif. Il n'a jamais pu améliorer son coup de patin.»

Faibles cuvées

Après avoir frappé plusieurs coups de circuit au repêchage en 2005 et 2007, Timmins a été sévèrement critiqué ces dernières années pour ses faibles cuvées de 2008 à 2013.

Il se braque lorsqu'on évoque cette période moins fructueuse. S'il admet avoir fait quelques mauvais choix, il se défend en affirmant que le public n'a pas toujours accès à toutes les informations à l'interne.

D'ailleurs, si le Canadien n'avait pas échangé tous les défenseurs repêchés par Timmins, le top 4 de l'équipe serait constitué de McDonagh, P.K. Subban, Mikhail Sergachev et Victor Mete.

«On peut en ajouter un autre, lance-t-il du tac au tac.

- Nathan Beaulieu?

- Oui, mais un autre, répond Timmins.

- Alexei Emelin?

- Oui, mais un autre.

- Qui alors?

- John Carlson aurait pu jouer pour le Canadien, lance-t-il. Il était au septième rang sur notre liste en 2008. Il était toujours disponible au 25e rang. Mais on a échangé ce choix à Calgary la veille du repêchage pour obtenir [Alex] Tanguay.»

Carlson, 27 ans, est vite devenu le défenseur numéro un des Capitals de Washington. Il a connu cinq saisons de plus de 35 points, dont une de 55 points il y a trois ans.

Timmins dit être devenu livide en constatant que Carlson était encore disponible au 25e rang.

«Nous avions obtenu un attaquant francophone qui avait fait ses preuves, c'était le 100e anniversaire de l'organisation, Bob [Gainey] voulait gagner rapidement, difficile d'argumenter.»

«Je m'en souviendrai toujours. Le repêchage avait lieu à Ottawa, dans ma ville d'origine, toute ma famille y était et nous n'avions pas de choix de premier tour. J'avais envie de me cogner la tête sur la table... de lancer mon crayon.» 

Les Flames ont repêché Greg Nemisz avec le choix du Canadien. Les Capitals ont bondi sur Carlson au 27e rang. Nemisz a joué une poignée de matchs avec les Flames. Miné par les blessures, il a pris sa retraite en 2015 pour accepter un poste d'entraîneur adjoint avec les Generals d'Oshawa, dans la Ligue junior de l'Ontario.

Outre Leblanc, Jarred Tinordi et Michael McCarron constituent d'autres choix de premier tour décevants. «Le jeu a changé dans la LNH ces dernières années et c'est dommage pour Tinner [Tinordi]. Ce n'était pas une grande cuvée non plus, cette année-là.»

Pourtant, Kevin Hayes, Evgeny Kuznetsov, Charlie Coyle, Brock Nelson, Justin Faulk, Tyler Toffoli et Jason Zucker étaient toujours disponibles. Faulk, devenu depuis le défenseur numéro un des Hurricanes de la Caroline, jouait même au sein de la même équipe que Tinordi!

«Tinordi avait un caractère, c'était un critère dont il fallait tenir compte, dit Timmins. Faulk n'en avait pas à l'époque. Et il était plus petit, 5 pi 11 po. J'aimais beaucoup Toffoli au deuxième tour. Je l'avais invité à nos essais et je le voyais souvent à l'oeuvre à Ottawa. Mais on voulait un défenseur, de préférence costaud.»

Filip Forsberg?

Malgré tout, le Canadien a réussi à intégrer des joueurs offensifs intéressants avec ses choix au repêchage depuis 2010, dont Brendan Gallagher, le meilleur compteur du club à l'heure actuelle, Artturi Lehkonen, Charles Hudon et surtout Alex Galchenyuk, dont le rendement est à la baisse, mais qui demeure le meilleur compteur de la cuvée 2012 de la LNH avec 208 points.

Nail Yakupov a constitué le premier choix par Edmonton et le défenseur Ryan Murray le deuxième par Columbus. «L'autre attaquant intéressant au troisième rang était Filip Forsberg, mais c'était un ailier alors que Galchenyuk jouait au centre dans les rangs juniors. Forsberg n'avait pas connu une grande saison. Il travaillait fort, tant sur la glace qu'à l'extérieur, c'était un "rat d'aréna", contrairement au gars qui a été choisi au premier rang. Et on cherchait un centre. Le défenseur Morgan Rielly était probablement le prochain sur la liste.»

Un top 4 constitué de P.K. Subban, John Carlson, Ryan McDonagh et Victor Mete ou Mikhail Sergachev. Autant ne pas y penser...

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet

______________________________________________________________

P.K. Subban... (Photo Ryan Remiorz, archives La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

P.K. Subban

Photo Ryan Remiorz, archives La Presse canadienne

Trevor Timmins sur...

... les choix de deuxième tour

Trevor Timmins a fait des trouvailles au deuxième tour au fil des années: P.K. Subban, Artturi Lehkonen, Guillaume Latendresse. Ces dernières années, par contre, le CH a offert de nombreux choix de deuxième tour aux équipes adverses. Au cours des neuf derniers repêchages, Timmins a été privé de choix de deuxième tour six fois. «Les choix de deuxième tour sont importants, dit-il, mais ça semble être le prix à payer à la date limite des échanges quand l'équipe veut du renfort en prévision des séries. Mais pour un recruteur, ce sont des choix importants. Entre le 30e et le 40e rang, au deuxième tour, on peut obtenir des joueurs supérieurs à ceux repêchés entre le 15e et le 30e rang, au premier tour.»

... le choix de premier tour en 2016

«On avait deux joueurs à l'oeil, Mikhail Sergachev et Pierre-Luc Dubois. On aimait Clayton Keller aussi. Mais on voulait ajouter à notre organisation des centres et des défenseurs offensifs. Nous étions heureux de voir que Sergachev était disponible au neuvième rang. C'est dur de devoir échanger un jeune que tu as recruté et commencé à développer, mais c'est un business. On a pu obtenir un attaquant francophone d'élite. En plus, j'adorais Jonathan Drouin à son année de repêchage. C'est dur de se défaire d'un tel défenseur offensif, mais c'était le prix à payer.»

... Victor Mete

«C'est probablement le choix dont je suis le plus fier depuis neuf ans. Avec le recul, on aurait pu le repêcher plus tôt, mais on avait des joueurs avant lui sur notre liste [Mikhail Sergachev et William Bitten]. Mais il n'était pas loin sur notre liste. Ses limites étaient sa taille. D'ailleurs, si tu observes ceux qui percent parmi les choix plus tardifs, ce sont souvent les petits joueurs, les Européens ou les joueurs d'école secondaire qui le font. Victor Mete est favorisé par le changement de style dans la LNH. C'est un excellent patineur, il n'est pas très grand, mais il joue avec un long bâton, l'écart entre l'attaquant adverse et lui est toujours juste et il se fait rarement battre à un contre un. Nous l'aimions tous, parmi l'équipe de recruteurs.»

... Ryan Poehling

Le premier choix du Canadien en 2017, 26e au total, le centre Ryan Poehling, a connu un début de saison fracassant à l'Université d'État de St. Cloud, dans la NCAA, avec 8 points à ses 5 premiers matchs. «C'est un très bon fabricant de jeu, solide en défense comme à l'attaque. Il est très mature pour son âge et se comporte déjà comme un pro. Les gens seront peut-être surpris par sa production offensive, mais pas moi. On oublie qu'il jouait dans la NCAA à 17 ans seulement l'an dernier, d'où sa production plus limitée. On verra ce qu'il pourra faire au Championnat du monde junior pendant les Fêtes. Les plans ne sont pas encore définis dans son cas. Viendra-t-il l'an prochain? On en saura plus long à la lumière de ses performances au Championnat du monde junior. Il faut voir aussi quand il sera prêt à quitter l'université.»

... Joni Ikonen

Quand on a demandé à Trevor Timmins il y a trois ans d'identifier son espoir le plus sous-estimé, il a nommé Artturi Lehkonen. Il ne s'était pas trompé. Cette fois-ci? «Probablement notre choix de deuxième tour en 2017, Joni Ikonen. Les gens seront surpris par son talent offensif. Ses statistiques dans la Ligue d'élite de Finlande cette saison [2 aides en 20 matchs] sont trompeuses. Il a été l'un des meilleurs espoirs au tournoi des moins de 20 ans à Lake Placid cet été. Il a commencé à jouer davantage avec KalPa depuis une semaine. C'est lui qui a décidé de jouer en Finlande pour Sami Kapanen. Il connaît plusieurs joueurs là-bas. On pourra mieux mesurer son potentiel contre les joueurs de son âge: il prendra part à une compétition des moins de 20 ans prochainement à Moscou et devrait participer au Championnat du monde junior à Buffalo. Choix de deuxième tour en 2017, Josh Brook est blessé en ce moment, mais il deviendra bon. On en parlera plus à pareille date l'an prochain.»

... Jake Evans

Modeste choix de septième tour en 2014, Jake Evans, un centre droitier de 21 ans, a 15 points en 8 matchs depuis le début de la saison avec Notre Dame, dans la NCAA. Signera-t-il avec le Canadien à la fin de la saison, ou fera-t-il monter les enchères avec les 30 autres clubs, comme l'ont fait Will Butcher et Alexander Kerfoot cette année? «Je ne sais pas. Nous lui avons montré énormément d'intérêt, il est venu à nos camps de développement. Nous avons une bonne relation avec lui et il sait que nous avons des besoins au centre. Il sait que nous l'aimons énormément et il est dans nos plans. J'espère qu'il restera avec nous.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer