Huit millions pour un hockeyeur paralysé

Andrew Zaccardo est devenu tétraplégique après avoir subi... (Photo fournie par la famille)

Agrandir

Andrew Zaccardo est devenu tétraplégique après avoir subi une mise en échec par derrière.

Photo fournie par la famille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un jeune hockeyeur et sa compagnie d'assurances devront payer 8 millions à un Montréalais de 21 ans devenu tétraplégique après une mise en échec interdite subie dans un match de hockey, a statué lundi la Cour supérieure du Québec. Il pourrait s'agir de la somme d'argent la plus importante accordée au pays dans un cas impliquant violence et hockey mineur.

Dans une décision de 24 pages très détaillée, le juge Daniel W. Payette rappelle «qu'une patinoire de hockey n'est pas une zone de non-droit».

L'affaire remonte au 3 octobre 2010 lors d'un match entre Laval et Montréal. Dans les premières minutes de la rencontre, l'attaquant Andrew Zaccardo s'est retrouvé en possession de la rondelle en zone adverse.

C'est à ce moment que le défenseur Ludovic Gauvreau-Beaupré lui a asséné une mise en échec par derrière. Il s'agit d'un geste interdit que Hockey Québec et Hockey Canada tentent d'enrayer depuis des années.

Andrew Zaccardo s'est effondré. Il était sérieusement blessé à la colonne vertébrale. Le jeune, alors âgé de 16 ans, venait de perdre l'usage de ses jambes. Il se déplace aujourd'hui en fauteuil roulant.

Responsabilité civile

Sa famille et lui ont donc décidé de poursuivre au civil Gauvreau-Beaupré et la Chartis Insurance Company. Cette compagnie d'assurances assure notamment les joueurs fédérés de Hockey Québec et de Hockey Canada.

Dans son jugement, la Cour supérieure rappelle que la responsabilité civile ne s'arrête pas là où la glace commence. Malgré la vitesse du jeu inhérente au hockey, «Ludovic [Gauvreau-Beaupré] bénéficie de suffisamment de temps et d'espace pour arrêter, changer de direction ou amortir l'impact avec Andrew [Zaccardo]», note le juge. Il ajoute que le hockeyeur aussi âgé de 16 ans à l'époque «n'a pas agi comme l'aurait fait un joueur prudent et diligent».

Durant les audiences, une vidéo de la mise en échec, filmée par un parent, a été soumise en preuve.

La poursuite, qui demandait 8 millions et les a obtenus, s'est réjouie de la décision du magistrat. «C'est une histoire tragique. C'est un accident de hockey qui n'aurait jamais dû se produire», a commenté Me Stuart Kugler.

andrew zaccardo - joueur de hockey qui a... - image 2.0

Agrandir

andrew zaccardo - joueur de hockey qui a ete blesseimage tiree de facebook

Andrew Zaccardo a gardé des séquelles. «Il ne peut pas marcher. Il ne peut pas bouger ses jambes ni ses pieds. Pour ses bras et ses mains, il est restreint dans certains mouvements, mais il n'a pas de dextérité avec ses doigts, détaille son avocat. C'est une blessure à la colonne vertébrale catastrophique.»

«Rien d'accidentel»

Dans sa défense, Ludovic Gauvreau-Beaupré a prétendu que le jeu s'était passé à toute vitesse et qu'il n'avait vu l'attaquant qu'à la dernière minute.

Le juge n'a pas cru sa version. Il estime que le défenseur avait amplement le temps de voir l'attaquant, qu'il n'a pas essayé de freiner, qu'il a de surcroît poussé le dos de Zaccardo avec son avant-bras et qu'il arrivait à si vive allure que ses patins ont quitté la glace. «Le geste n'a rien d'accidentel», note le jugement.

Le magistrat précise également que deux ans avant cette mise en échec, Ludovic Gauvreau-Beaupré avait déjà été puni pour une mise en échec par derrière. Il avait alors été suspendu un match. Pour la mise en échec de 2010 qui a blessé Andrew Zaccardo à la colonne vertébrale, il a écopé de deux matchs de suspension.

Hockey Québec n'a pas répondu hier en fin de journée à un courriel de La Presse, tout comme l'avocat de la défense. Celle-ci a 30 jours pour faire appel.

Un jugement sans précédent

Ce jugement pourrait avoir des répercussions dans le hockey mineur. La somme de 8 millions allouée à la victime et à sa famille est la plus importante jamais accordée au pays dans un cas de violence au hockey mineur, à la connaissance de Me Kugler.

«Je pense que c'est un jugement important. Pas seulement parce que la somme est importante. Mais ça rappelle à tous les joueurs de hockey que les mises en échec par derrière ne sont pas acceptables, fait valoir l'avocat. Elles sont dangereuses et peuvent constituer une faute civile.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer