Un trio nouvelle vague à Hamilton

Michaël Bournival est fiable défensivement et est un... (Photo: Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Michaël Bournival est fiable défensivement et est un travailleur acharné en zone offensive.

Photo: Alain Roberge, La Presse

Partager

Il y a enfin du hockey professionnel au Centre Bell!

Ce n'est pas la Ligue nationale, mais le match opposant les Bulldogs de Hamilton au Crunch de Syracuse, ce soir, aura de quoi contenter les amateurs en manque de hockey.

Le club-école du Canadien affiche un dossier de 4-3-2 après neuf rencontres et a pu garder la tête hors de l'eau en l'absence de son gardien numéro un, Cédrick Desjardins, blessé à l'aine, et de l'attaquant Louis Leblanc.

Mais surtout, l'équipe se montre compétitive en dépit du fait qu'elle est l'une des plus jeunes de la Ligue américaine.

Le vent de jeunesse qui souffle sur les Bulldogs ne saurait mieux s'exprimer qu'à travers le trio de Brendan Gallagher, Michaël Bournival et Patrick Holland. Trois recrues de 20 ans, fraîchement arrivées du junior, qui donnent un sérieux coup de main à la troupe de Sylvain Lefebvre.

«Au nombre de jeunes que j'avais, il fallait que j'en fasse jouer certains ensemble, a lancé Lefebvre en parlant de ce trio. Sans blague, je l'ai conçu en pensant aux chimies possibles. Je regarde leur numéro, pas leur âge.»

Bournival est rapidement devenu un homme de confiance de l'entraîneur dans les situations-clés. Fidèle à son style, le jeune centre est fiable défensivement et est un travailleur acharné en zone offensive. Il presse constamment l'adversaire à un contre un.

Gallagher, lui, est en train de se faire de nouveaux ennemis devant les filets adverses, où il continue de payer le prix afin de marquer des buts.

Quant à Holland, que le Tricolore a obtenu dans l'échange de Michael Cammalleri, il lit bien le jeu et aime contrôler la rondelle au sein de ce trio.

«La plus grande différence par rapport au junior vient de la pression arrière quand on est en possession du disque, explique Holland. Avant, quand j'avais la rondelle, je me concentrais uniquement sur l'adversaire devant moi que je devais battre à un contre un. Mais avec toute cette pression arrière, ça devient plus important de bien se servir de ses coéquipiers.

«Être bon en protection de rondelle ne suffit plus.»

Brendan Gallagher a  récolté six points en... (Photo: Alain Roberge, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Brendan Gallagher a récolté six points en neuf matchs cette saison.

Photo: Alain Roberge, La Presse

Gallagher: cinq points en cinq matchs

Gallagher a récolté trois buts et cinq points à ses cinq derniers matchs, ce qui lui a permis de rejoindre Blake Geoffrion au sommet des marqueurs des Bulldogs avec six points en neuf rencontres.

«C'est pas mal plus difficile de marquer des buts dans cette ligue-ci, constate Gallagher. Les occasions de marquer viennent rarement. J'en ai beaucoup à apprendre, mais je crois m'adapter assez bien jusqu'ici.»

Ce qui aide Gallagher, c'est qu'il suit le mot d'ordre de l'entraîneur, soit de s'assurer que ses lancers au but soient précis et qu'il converge ensuite vers le filet pour tenter de profiter du retour.

«Je leur répète tout le temps que chez les pros, tout se passe dans l'enclave, c'est là que c'est payant», indique Lefebvre.

Gallagher s'adapte bien à la LAH sur la patinoire, mais en dehors aussi. L'ambiance est bonne dans l'appartement où il vit en compagnie du défenseur Morgan Ellis et de son compagnon de trio Holland.

Ils en ont fait, du chemin, Gallagher et Holland, depuis qu'ils étaient de féroces rivaux dans la Ligue junior de l'Ouest.

Les morceaux tomberont en place

Compte tenu de la jeunesse des effectifs, il faut s'attendre à ce que la saison des Bulldogs ait ses écueils. Ce ne serait pas impossible qu'on ressente cette jeunesse ce soir devant plus de 15 000 amateurs réunis au Centre Bell.

«Déjà qu'on a de la difficulté avec nos débuts de match, il y a un risque que les jeunes se retrouvent un petit peu les pieds dans le ciment», soupçonne le vétéran défenseur Frédéric St-Denis.

Il ne faut pas oublier que les Bulldogs sont également sous les ordres d'un quatrième entraîneur-chef en quatre ans. Ils doivent se familiariser avec un nouveau système de jeu. Celui de Lefebvre est plus axé sur la possession de rondelle et sur la pression sur le porteur adverse.

Mais au fil de la saison, les Bulldogs prennent le pari que les morceaux vont tomber en place.

«Les trios vont développer des chimies, notre avantage numérique finira assurément par s'améliorer et les jeunes vont apprendre à se connaître», a résumé St-Denis, qui fait office de grand frère avec cinq défenseurs recrues à ses côtés.

> Mathias Brunet: Qui sont les plus sérieux candidats à Hamilton?

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Lefebvre est satisfait du travail de Tinordi

    Hockey

    Lefebvre est satisfait du travail de Tinordi

    Le différentiel de -7 de Jarred Tinordi, le pire chez les Bulldogs de Hamilton, ne le fait pas tiquer le moindrement. »

  • Bergevin sur la route

    François Gagnon

    Bergevin sur la route

    Si les voyages rendent heureux et gardent jeunes, Marc Bergevin doit sourire du matin au soir et être sur le point de retomber en enfance. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer