• Accueil > 
  • Sports > 
  • Golf 
  • > Golf féminin: l'USGA ne veut pas se mêler de politique 

Golf féminin: l'USGA ne veut pas se mêler de politique

Eric Trump, le fils du président américain Donald... (Photo Julio Cortez, AP)

Agrandir

Eric Trump, le fils du président américain Donald Trump.

Photo Julio Cortez, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tom Canavan
Associated Press
Bedminster, N.J.

L'Association de golf des États-Unis (USGA) compte se concentrer sur son sport et non sur la politique lorsqu'elle présentera l'Omnium féminin des États-Unis au Trump National, un parcours situé au New Jersey et appartenant au président américain Donald Trump, dans moins de deux mois.

Des amateurs de golf et des politiciens ont critiqué l'USGA pour ne pas avoir changé l'emplacement du tournoi, à la suite de commentaires obscènes de Trump à l'endroit des femmes, émis en 2005 et qui ont fait surface pendant la campagne électorale en vue de l'élection présidentielle de novembre dernier aux États-Unis.

Le directeur exécutif de l'USGA, Mike Davis, a esquivé les questions sur le sujet mercredi, et déclaré que l'organisme ne plongera pas dans la politique même si certains amateurs estiment que la présentation du tournoi sur ce parcours est, en fait, un geste politique.

«Lorsque nous sommes venus ici, il était question d'un grand parcours de golf et d'y jouer le tournoi féminin le plus prestigieux, a fait remarquer Davis. Depuis sa fondation en 1894, l'USGA ne s'est jamais mêlée de politique. Notre attention se porte uniquement sur le golf.»

C'est en 2012 que l'USGA a sélectionné le Trump National pour présenter l'Omnium de golf féminin des États-Unis de 2017. Le parcours a été conçu dans le but d'accueillir des tournois majeurs et se situe à quelques kilomètres des quartiers généraux de l'USGA, à Far Hills.

Davis a mentionné que l'USGA possède un plan d'action en vue de manifestations potentielles, mais ce sont les autorités locales qui s'occuperont des manifestants, s'il y en a.

«Si des gens veulent manifester, c'est un droit qu'ils ont dans ce pays, a fait remarquer Davis. De notre côté, nous voulons nous assurer que les 156 golfeuses qui seront ici pourront jouer sur un parcours de façon ininterrompue.»

Trois sénateurs démocrates - Richard Blumenthal, du Connecticut, Edward Markey, du Massachusetts, et Bob Casey, de la Pennsylvanie - ont demandé à l'USGA, en octobre, de déplacer le tournoi. Les trois politiciens ont aussi suggéré à l'USGA de se pencher sur la possibilité de suspendre d'autres événements devant être tenus sur des propriétés appartenant à celui qui, à l'époque, était le candidat du Parti républicain à l'élection présidentielle, à cause d'un «penchant à dégrader et déshumaniser les femmes» depuis des décennies.

À l'époque, les deux sénateurs du New Jersey, les démocrates Cory Booker et Bob Menendez, avaient émis l'opinion que le tournoi devrait être transféré sur un autre parcours, mais à condition de demeurer au New Jersey. Menendez avait expliqué qu'il ne voulait pas pénaliser des citoyens de l'État qui possèdent un emploi lié à la présentation de l'événement.

De leur côté, les golfeuses Brittany Lang, la championne en titre, Cristie Kerr, gagnante du tournoi en 2007, et Lydia Ko, la numéro un mondiale, disent toutes s'attendre à un grand tournoi.

Kerr, qui détient sa carte de membre du terrain, a refusé de parler des commentaires de Trump, émis lors d'une conversation avec l'animateur de télévision Billy Bush avant l'enregistrement d'un épisode d'Access Hollywood.

«Je ne connais aucun être humain sur Terre qui n'a pas déjà regretté d'avoir dit quelque chose. Mais comme je l'ai mentionné, j'essaie de ne pas m'en mêler et je me concentre sur le bon côté des gens.»

Une connaissance de Trump, Kerr a affirmé que le président des États-Unis soutient le golf féminin depuis longtemps, et qu'il a été là lorsque la LPGA a vraiment eu besoin de son aide. Elle a joué au golf avec lui et elle considère qu'il est un bon golfeur.

Lorsqu'elle a été questionnée sur la possibilité qu'elle s'absente du tournoi à cause de Trump, Lang a répondu tac au tac.

«L'Omnium des États-Unis est l'événement que j'aime le plus et je ne le raterais jamais.»

Il n'est pas certain que Trump soit présent pendant le tournoi, qui se tiendra du 13 au 16 juillet.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer