Championnat des joueurs: place au spectacle!

Le 17e trou du parcours TPC Sawgrass, une... (Photo John David Mercer, archives USA Today)

Agrandir

Le 17e trou du parcours TPC Sawgrass, une normale trois avec un vert situé dans une île, est l'un des plus célèbres du golf.

Photo John David Mercer, archives USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il ne sera jamais ce fameux «cinquième majeur», le Championnat des joueurs de la PGA est l'un des tournois les plus spectaculaires de la saison et il est toujours très attendu, tant par les joueurs que par les spectateurs. Rickie Fowler y a remporté en 2015 la victoire la plus importante de sa carrière, mais aucun golfeur n'a défendu son titre avec succès dans toute l'histoire du tournoi...

Jordan Spieth avait une bonne avance au dernier... (Photo Rob Schumacher, archives USA TODAY Sports) - image 1.0

Agrandir

Jordan Spieth avait une bonne avance au dernier Tournoi des Maîtres, mais...

Photo Rob Schumacher, archives USA TODAY Sports

Un mois après le Tournoi des Maîtres, le Championnat des joueurs marque le retour au «boulot» de tous les meilleurs golfeurs du moment. Jordan Spieth et Danny Willett, les deux héros de la ronde finale du Masters - chacun pour des raisons bien différentes - jouent leur premier tournoi après des semaines éprouvantes. 

> Consultez le tableau des meneurs

Spieth, qui avait une avance de cinq coups avec neuf trous à jouer et est ressorti d'Amen Corner en déficit de quatre coups, a pris une pause complète de la compétition et il assure être remis de cette cruelle déception. En conférence à Sawgrass, le joueur de 22 ans a raconté: «De vieilles dames sont venues me voir, posant leur main sur mon épaule en disant: "On prie pour vous, comment allez-vous?" Je réponds toujours: "Je vais m'en remettre, je vais bien, ne vous inquiétez pas!" 

«Je sais que c'est quelque chose dont on va toujours me parler et j'avoue que c'est difficile chaque fois qu'on m'en parle, a poursuivi Spieth. J'ai toutefois aussi eu beaucoup de chance dans ma carrière, avec déjà plusieurs titres du Grand Chelem. Mes proches m'ont aussi rappelé que j'avais été en lice pour la victoire dans six des huit derniers tournois du Grand Chelem et que j'en avais gagné deux.» 

De son côté, Willett a aussi été souvent abordé par les amateurs, mais ils voulaient le féliciter, obtenir des autographes ou des photos avec lui. «Gagner un tournoi majeur a un grand impact sur la vie privée, a-t-il confié en point de presse. C'est plus difficile de sortir en paix avec sa conjointe; les gens nous abordent et je ne peux pas vraiment refuser leur requête juste après cette victoire au Masters.

«Mais la réalité a aussi vite repris le dessus, a raconté le Britannique. Quand j'ai ouvert la porte de la maison et que ma femme m'a accueilli, quand les chiens m'ont sauté dessus et que j'ai retrouvé ce petit homme dont je devais changer la couche, je suis vite redevenu un mari, un père et je l'ai vraiment apprécié.» La femme de Willett, Nicole, avait accouché de leur premier enfant quelques jours avant le Tournoi des Maîtres.

Rickie Fowler a remporté le Championnat des joueurs... (Photo Chuck Burton, AP) - image 2.0

Agrandir

Rickie Fowler a remporté le Championnat des joueurs l'année dernière.

Photo Chuck Burton, AP

Un autre exploit de Fowler?

Ni Willett ni Spieth ne seront vraiment parmi les favoris cette semaine sur le parcours du TPC Sawgrass, au contraire de Rickie Fowler. L'Américain a remporté l'année dernière la victoire la plus importante de sa carrière en comblant un déficit de cinq coups en fin de tournoi pour ensuite s'imposer en prolongation. 

Quelques jours à peine après avoir été désigné le joueur le plus surestimé du circuit par ses pairs (dans un sondage anonyme), Fowler avait offert une formidable démonstration, retranchant cinq coups à la normale sur les redoutables quatre derniers trous de Sawgrass. Avec la prolongation, il avait réussi trois oiselets consécutifs le dimanche sur le célèbre 17e trou.

Un an plus tard, après avoir remporté trois autres tournois et atteint le cinquième rang du classement mondial, Fowler n'a plus grand-chose à prouver. 

«Ce tournoi, un peu comme l'Omnium des États-Unis, exige avant tout beaucoup de patience. Le parcours est si exigeant, les conditions sont si difficiles, qu'il faut être capable d'attendre les occasions et de se contenter des normales.»

Personne n'a remporté le Championnat des joueurs deux années d'affilée, mais Fowler croit en ses chances. «Je pense qu'avec une meilleure connaissance du parcours et aussi un meilleur contrôle de mon jeu et de mes émotions après la dernière saison, je serai en mesure d'être dans la lutte.

«On ne peut toutefois rien tenir pour acquis sur un parcours comme celui de Sawgrass. La marge est très mince entre un bon coup et un désastre. L'année dernière, tout a tourné en ma faveur à la fin, mais ce serait difficile de répéter une telle performance deux années de suite. Je devrai être dans la lutte plus tôt dans le tournoi et demeurer près des meneurs jusqu'au bout!»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer