• Accueil > 
  • Sports > 
  • Golf 
  • > Controverse autour du nombre de matchs à la Coupe des Présidents 

Controverse autour du nombre de matchs à la Coupe des Présidents

Jordan Spieth et Phil Mickelson feront partie de... (Photo Jung Yeon-Je, AFP)

Agrandir

Jordan Spieth et Phil Mickelson feront partie de l'équipe des États-Unis à la Coupe des Présidents, qui aura lieu de jeudi à dimanche.

Photo Jung Yeon-Je, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Doug Ferguson
Associated Press
Incheon, République de Corée

La lutte pour la Coupe des Présidents a commencé mardi avant même le premier match.

Le capitaine des États-Unis, Jay Haas, ne comprend toujours pas la raison pour laquelle on a abaissé le nombre de matchs de 34 à 30 cette année, ce qui signifie qu'il doit laisser huit golfeurs de côté au cours des matchs par équipes qui s'étaleront sur trois jours.

«Quand on regarde notre formation, c'est difficile d'écarter des joueurs», a noté Haas.

Il disposera d'une autre équipe redoutable au Club de golf Jack Nicklaus de Corée, où son fils, Bill, est le golfeur le moins bien classé au 29e rang mondial. C'est tout de même un classement supérieur à sept joueurs de l'équipe internationale.

Le capitaine de l'équipe internationale, Nick Price, est toujours déçu que le commissaire de la PGA, Tim Finchem, ait seulement réduit le nombre de matchs à 30. Il a confié que ses joueurs avaient fait pression cet été afin qu'il porte à 28 le nombre d'affrontements, tout comme c'est le cas à la Coupe Ryder et à la Coupe Solheim.

«La Coupe des Présidents devrait être comme les autres compétitions - on ne mélange pas des pommes avec des oranges, a expliqué Price. Lorsqu'on étudie le passé, on se rend compte que les compétitions les plus enlevantes ont été celles qui se disputaient dans un format de 28 points. La Coupe Solheim nous l'a rappelé il y a deux semaines. En conséquence, je crois que les gars qui seront sur le terrain... vont continuer de militer pour ça.»

Les Américains ont cru pendant de nombreuses années qu'un nombre inférieur de matchs permettait à une équipe plus faible de «cacher» ses joueurs. Ils disaient la même chose pour la Coupe Ryder, qui fut âprement disputée pendant des années même si les Américains semblaient disposer de l'équipe la plus forte.

Price a mentionné qu'un plus petit nombre de matchs ouvrait la porte à toutes sortes de stratégies lors des matchs par équipes, en plus d'empêcher une équipe de larguer l'autre.

Il aurait facilement pu parler de son expérience à la Coupe des Présidents, parce qu'elle n'a jamais été serrée au cours de la dernière décennie. Depuis le match nul en Afrique du Sud en 2003, les Américains ont non seulement gagné les cinq dernières éditions, mais ils l'ont emporté par un score moyen de 19-15.

Si on remonte jusqu'à la première Coupe des Présidents en 1994, l'équipe internationale n'a triomphé qu'une seule fois. C'était en Australie en 1998, et la compétition avait été présentée deux semaines avant Noël.

La Coupe des Présidents se mettra en branle jeudi avec cinq matchs disputés selon la formule quatre balles (coups en alternance), ce qui signifie que deux golfeurs de chaque équipe seront laissés de côté lors de la première journée de compétitions. Cinq matchs de quatre balles (meilleure balle) suivront vendredi, et deux joueurs devront encore une fois être écartés de leur formation respective.

Samedi, il y aura quatre matchs de quatre balles en matinée et quatre autres en après-midi, avant les 12 matchs individuels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer