Charles Hamelin repousse sa retraite

Charles Hamelin (au centre avec le micro) et... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Charles Hamelin (au centre avec le micro) et ses coéquipiers de l'équipe canadienne de patinage de vitesse sur courte piste ont participé à une conférence de presse en marge des Championnats du monde, qui se dérouleront ce week-end à Montréal.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne

Charles Hamelin devait faire son dernier tour de piste à quelques pas de chez lui à l'aréna Maurice-Richard ce week-end, devant sa famille et ses amis. Toujours aussi passionné par le patinage de vitesse courte piste, il a décidé de repousser la retraite d'au moins une année.

Le patineur originaire de Sainte-Julie a annoncé mercredi qu'il n'accrocherait pas ses patins après les épreuves de dimanche, aux Championnats mondiaux de patinage de vitesse courte piste.

«Je suis un athlète qui n'a jamais voulu avoir de regret dans sa carrière. Si j'arrêtais maintenant, j'aurais eu le regret de penser que j'aurais peut-être pu continuer quelques années de plus pour aider l'équipe et aussi pour mon plaisir personnel de continuer à concourir sur la scène internationale», a raconté Hamelin après une conférence de presse en marge des Mondiaux, qui se dérouleront du 16 au 18 mars.

«C'était toujours dans le fond de ma tête. Même lors de l'annonce de ma retraite, j'y pensais. Je me disais que j'y penserais plus après les Jeux olympiques, à tête reposée. Mais ma raison première, c'est que je veux continuer à patiner avec les gars, donner l'exemple. Je veux les tirer vers le haut avec moi. J'ai encore beaucoup à donner au sport.»

Hamelin, qui célébrera son 34e anniversaire de naissance le mois prochain, a mis la main sur la cinquième médaille olympique de sa carrière à PyeongChang, le bronze au relais. Elle lui a permis de rejoindre Marc Gagnon et François-Louis Tremblay à titre d'athlètes masculins canadiens les plus médaillés des Jeux d'hiver.

Toutefois, Hamelin a connu des Jeux plus difficiles au niveau individuel, alors qu'il a participé à une seule finale et qu'il a été incapable de monter sur le podium.

«Ce qui est arrivé pendant les Jeux, je l'ai bien expliqué. Le courte piste, c'est le courte piste, et je suis capable de vivre avec ça, a-t-il dit au sujet de ses résultats individuels en Corée du Sud. J'ai quand même eu une attitude exemplaire pendant les Jeux. Annoncer que j'y vais d'une autre saison, ça va de soi, c'est naturel. J'y vais pour une autre saison, et on verra pour le reste par la suite.»

Hamelin a mûri sa décision à son retour de Corée du Sud. Il soutient avoir consulté notamment son frère cadet François, son père Yves, son entraîneur Derrick Campbell et ses amis. Et personne n'a été surpris d'apprendre qu'il voulait poursuivre l'aventure.

«Il y avait des signes qui me disaient qu'il voulait encore accomplir certaines choses, qu'il n'était pas prêt à prendre sa retraite, a indiqué Campbell. Il faisait des commentaires sur la prochaine saison, sur l'équipement en vue de la prochaine saison. S'il avait vraiment voulu prendre sa retraite, il n'aurait pas posé ces questions-là.»

Hamelin a également noté qu'il avait réussi certains de ses meilleurs temps à vie à l'entraînement à son retour sur la patinoire de l'aréna Maurice-Richard, il y a deux semaines.

Pas de doute du côté de St-Gelais

Si Charles Hamelin a changé ses plans, ce n'est pas le cas pour François Hamelin, Marianne St-Gelais et Valérie Maltais. François Hamelin et St-Gelais auront droit à leur chant du cygne ce week-end, tandis que Maltais pourrait faire le saut en longue piste la saison prochaine.

Pour St-Gelais, il n'était pas question de prolonger sa carrière d'une saison de plus comme Charles Hamelin. Par ailleurs, les deux ont annoncé la semaine dernière leur séparation après une relation amoureuse de 10 ans.

«Je suis convaincue que Marianne ne sera pas meilleure dans quatre ans, a dit St-Gelais. C'est pour ça que c'est plus facile pour moi d'accepter mon sort. Je ne vois pas le besoin de faire une saison de plus si je sais très bien que je n'en ferai pas quatre. C'est ça ma réflexion.»

St-Gelais, qui est âgée de 28 ans et originaire de Saint-Félicien, s'attend à vivre de fortes émotions ce week-end, mais cela ne l'empêche pas d'avoir des objectifs élevés.

«Ça fait deux ans que je suis vice-championne du monde et je pense que je peux encore être dans cette course-là, a-t-elle dit. Un podium au classement général, je serais vraiment satisfaite avec ça. (...) Mais même si je suis championne du monde, je serai quand même sur mon départ. Les émotions seront quand même là, mais ce serait plus féérique.»

St-Gelais, la triple médaillée olympique à Pyeongchang Kim Boutin, de Sherbrooke, et Jamie MacDonald, de Fort St. James, C.-B., participeront aux épreuves individuelles chez les dames, tandis que l'équipe de relais sera complétée par Maltais et Kasandra Bradette, de Saint-Félicien. Chez les hommes, Charles Hamelin, le double médaillé olympique Samuel Girard, de Ferland-et-Boilleau, et Pascal Dion, de Montréal, seront les représentants canadiens sur les distances individuelles, alors que François Hamelin et Charle Cournoyer, de Boucherville, feront aussi partie de l'équipe de relais.




À découvrir sur LaPresse.ca

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer