Dopage: quatre autres médaillés des Jeux de 2008 déchus

La coureuse de 400 m Tatyana Firova (à... (Photo Yuri Kadobnov, archives AFP)

Agrandir

La coureuse de 400 m Tatyana Firova (à droite), médaillée d'argent aux Jeux de Pékin avec le relais russe, a été contrôlée positive au turinabol et à la testostérone.

Photo Yuri Kadobnov, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Lausanne, Suisse

Huit ans plus tard, d'autres athlètes continuent de perdre les médailles gagnées aux Jeux de Pékin en raison de tests antidopage positifs.

Le Comité international olympique (CIO) a déchu quatre autres médaillés des Jeux de 2008, dont trois originaires de la Russie, à la suite de nouvelles analyses de leurs échantillons de contrôle antidopage.

Au total, le CIO a sanctionné six athlètes - une spécialiste de l'athlétisme et cinq haltérophiles - grâce aux nouvelles techniques d'analyses d'échantillons. Ils font partie du groupe de 98 cas positifs découverts lors de nouvelles analyses de plus de 1000 échantillons recueillis après les Jeux de Pékin et de Londres, en 2012.

Le CIO a annoncé que Tatyana Firova s'était vu retirer sa médaille d'argent au relais 4 x 400 mètres féminin d'athlétisme, après la découverte du turinabol et d'autres stéroïdes. Sa neuvième place lors de l'épreuve du 400 mètres a aussi été effacée.

Plus tôt en août, la Russie avait déjà perdu sa médaille d'argent lorsqu'une autre participante du relais, Anastasia Kapachinskaya, avait subi un test positif. À la suite de la disqualification du quatuor russe, la Jamaïque devrait se voir accorder l'argent et le Belarus, le bronze.

La Russie s'était également vu enlever sa médaille d'or au relais 4 x 100 mètres féminin à la suite du test positif de Yulia Chermoshanskaya.

Le CIO préserve les échantillons pendant une période de dix ans, ce qui lui permet d'effectuer de nouvelles analyses lorsque des méthodes améliorées deviennent disponibles. Les nouveaux tests peuvent détecter l'usage de stéroïdes plusieurs semaines et mois plus tard, et non seulement quelques jours.

Également mercredi, l'haltérophile russe Marina Shainova s'est vu enlever la médaille d'argent gagnée chez les moins de 58 kg. Selon le CIO, on a décelé des traces de stanozolol et de turinabol.

Une autre haltérophile russe, Nadezda Evstyukhina, a perdu sa médaille de bronze chez les moins de 75 kg lorsque ses échantillons ont révélé des traces de turinabol et d'ÉPO.

L'Arménien Tigram Martirosyan, décoré du bronze chez les moins de 69 kg, a lui aussi été sanctionné pour des tests positifs au stanozolol et au turinabol.

Alexandru Dudoglo, de la Moldovie, neuvième chez les moins de 69 kg, et Intigam Zairov, de l'Azerbaïdjan, 9e chez les moins de 85 kg, ont également été disqualifiés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer