Le CIO pourrait tester de nouveau les échantillons des JO de Sotchi

Le directeur médical du Comité international olympique, le... (Photo Vincent Thian, archives AP)

Agrandir

Le directeur médical du Comité international olympique, le Dr Richard Budgett.

Photo Vincent Thian, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Wilson
Associated Press
Londres

Le directeur médical du Comité international olympique (CIO), le Dr Richard Budgett, a déclaré que l'organisme «n'hésiterait pas» à effectuer de nouveaux tests sur les échantillons collectés au cours des Jeux olympiques d'hiver 2014 de Sotchi s'il est prouvé que les contrôles antidopage qui y ont été effectués ont été manipulés.

Un dénonciateur russe a affirmé à l'émission 60 Minutes, présentée sur le réseau américain CBS, que l'ex-directeur du laboratoire antidopage de Moscou lui a dit que quatre médaillés d'or des Jeux de Sotchi ont utilisé des stéroïdes et que des agents de sécurité russes ont oeuvré à titre d'agents de contrôle antidopage pendant les jeux.

Budgett a indiqué à l'Associated Press que le CIO «suivra de près tout développement».

Il a ajouté que des experts internationaux avaient supervisé les tests menés au laboratoire de Sotchi et qu'il avait été rendu «aussi sécuritaire que possible». Il précise toutefois que tous les échantillons collectés à Sotchi ont été entreposés au laboratoire de Lausanne, en Suisse. Le CIO conserve les échantillons amassés aux jeux pendant 10 ans afin de reconduire les tests avec de nouvelles techniques améliorées.

«S'il est prouvé que les tests ont été manipulés, nous n'hésiterons pas à reconduire les tests, a mentionné Budgett en entrevue téléphonique. Il n'y a pas de décision dans ce dossier pour l'instant.»

Habituellement, le CIO préfère attendre jusqu'à la fin de la période de 10 ans pour reconduire des tests puisqu'il peut se servir des plus récentes techniques de dépistage, mais les allégations qui ont été formulées envers les Jeux de Sotchi pourraient accélérer le processus.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé mardi qu'elle élargira son enquête portant sur le dopage systématique en Russie à tous les sports. Cette décision a été prise deux jours après que Vitaly Stepanov eut mentionné à l'émission 60 Minutes qu'il avait eu une conversation avec l'ex-directeur du laboratoire antidopage de Moscou, qui lui avait mentionné l'existence d'une «liste Sotchi» au sein de laquelle se trouvaient les noms de quatre champions aux JO de 2014. Ils n'ont toutefois pas été identifiés.

Le président de l'AMA, Craig Reedie, a confié que ces allégations «suscitent de véritables inquiétudes, car elles contiennent de nouvelles informations concernant des tentatives de subversion du processus antidopage lors des Jeux de Sotchi».

L'AMA comptait sur une équipe d'observateurs à Sotchi qui supervisait tout le processus de contrôle antidopage.

Natalya Zhelanova, la conseillère antidopage auprès du ministère des sports en Russie, a évoqué la possibilité que son ministère coopère avec l'enquête de l'AMA.

Entre-temps, Budgett a indiqué qu'il n'a aucune information à divulguer sur les résultats des centaines d'échantillons des Jeux olympiques de Pékin et de Londres qui ont été réévalués. Le CIO a récemment commencé à retester les échantillons pour éliminer tous les fautifs qui pourraient participer aux Jeux de Rio de Janeiro en août.

«Le processus suit son cours», s'est limité à dire Budgett.

Si des résultats sont positifs, alors ils pourraient entraîner des disqualifications rétroactives et le retrait de médailles.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer