Antoine Duchesne ne participera pas au Tour de France

Antoine Duchesne devra faire une croix sur le... (ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Antoine Duchesne devra faire une croix sur le Tour de France.

ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cycliste Antoine Duchesne ne sera pas au départ du Tour de France. Son abandon au Tour de Suisse pour cause de maladie, vendredi, a sonné le glas de ses derniers espoirs de prendre part à sa deuxième Grande Boucle, qui s'élancera le 1er juillet de Düsseldorf.

«Le Tour, c'est fini, je rentre au Québec», a confirmé Duchesne, joint en France hier.

Ralenti par la maladie et des chutes depuis le début de l'année, le coureur de l'équipe française Direct Energie espérait se relancer à sa première participation au Tour de Suisse, l'une des dernières épreuves préparatoires avant le grand rendez-vous de l'été dans l'Hexagone.

Comme il l'avait annoncé, il est passé à l'attaque à deux occasions. L'échappée à quatre dont il a fait partie à la quatrième étape, mardi dernier entre Berne et Villars-sur-Ollon, s'est rendue jusqu'au bout au profit de l'Américain Larry Warbasse, le Québécois cédant le pas dans le dernier col. Le plus important, il avait recouvré ses jambes et le sourire.

«Je n'ai malheureusement pas réussi à faire de résultats, mais j'étais capable d'être à l'avant. J'avais de bonnes sensations. Pour la première fois de l'année, je retrouvais mon style de course.»

Il a cependant été victime d'un «coup de chaleur» et son état de santé s'est détérioré à partir de la fin de la cinquième étape. Le lendemain, dans le froid et sous la pluie, il a peiné à tenir le rythme du gruppetto. Fiévreux et en proie à des problèmes gastriques, il a passé la journée suivante au lit.

«J'ai perdu à peu près huit livres en trois jours», a indiqué Duchesne, qui a commencé à reprendre des forces hier. 

«J'essaie de ne pas trop me décourager. C'est une autre grosse claque dans la face. Ça faisait deux mois et demi que j'essayais de me remettre sur la pente positive. C'est la vie. Ça va me mener ailleurs, j'en suis sûr. Mais là, en ce moment, c'est vraiment plate.»

Statut précaire

L'été dernier, Duchesne est devenu le deuxième cycliste québécois après David Veilleux à terminer le Tour de France. Maillot à pois de la montagne à Paris-Nice, il avait assuré sa sélection en jouant un rôle important dans les trains de sprint de Bryan Coquard. Cette saison a été beaucoup moins heureuse, avec quelques chutes, dont une particulièrement violente impliquant une voiture à Paris-Roubaix, au début du mois d'avril.

Son statut pour le Tour était déjà précaire. «Être canadien dans une équipe presque 100% française et très vendéenne, tu pars déjà avec une longueur de retard, a souligné l'athlète de 25 ans. L'an passé, j'y étais parce que l'équipe n'avait vraiment pas le choix. Ça avait été pareil pour Veilleux [en 2013]. Ça aurait été injustifiable de ne pas nous prendre. Cette année, je ne pense pas que je le mérite. Et magané comme ça, à moins de deux semaines du Tour, c'est mieux que je n'y sois pas.»

Duchesne passera les six prochaines semaines auprès des siens au Québec. «Ça va faire du bien de voir mon monde et de penser à autre chose. Je vais quand même essayer de revenir pour faire un beau mois d'août, même si ce n'est pas nécessairement des courses pour lesquelles j'ai de grands objectifs.»

Faute de Vuelta, pour laquelle Direct Energie n'a pas été invitée, il ciblera les Grands Prix de Québec et de Montréal, les 8 et 10 septembre. En théorie, il portera les couleurs de l'équipe nationale, puisque sa formation professionnelle a décidé de ne pas faire le voyage outre-Atlantique.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer