Grand Prix de Québec: un «bon effort» pour Guillaume Boivin

Les coureurs profiteront aujourd'hui d'une journée de repos... (Photo Jean Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Les coureurs profiteront aujourd'hui d'une journée de repos avant d'aborder le parcours de Montréal, demain.

Photo Jean Marie Villeneuve, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) À sa première course de niveau World Tour en un an, Guillaume Boivin a bien paru. Vingt-huitième du Grand Prix cycliste de Québec, hier après-midi, il a raté de peu son objectif de rallier l'arrivée dans le premier groupe.

Ryan Roth... (Photo Jean Marie Villeneuve, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Ryan Roth

Photo Jean Marie Villeneuve, Le Soleil

« Je m'étais dit que je voulais être encore dans la course à la flamme rouge, a rappelé Boivin après avoir repris son souffle. J'y étais, mais les jambes ont sauté aux 300 mètres. J'ai fini comme j'ai pu, mais j'ai donné un bon effort. »

Le représentant de l'équipe nationale canadienne avait un seul regret : un positionnement « moyen » au pied de la dernière ascension de la côte de la Montagne, à trois kilomètres de l'arrivée. Dans le plus dur, deux coureurs se sont touchés devant lui. « Ça a comme fait domino. Il a fallu que je mette les freins au milieu de la Montagne. Ce n'était pas idéal. »

Deuxième Canadien après Ryder Hesjedal (16e), Boivin a franchi la ligne dans le deuxième groupe, neuf secondes après le gagnant, Rigoberto Uran. Il avait terminé 25e en 2012. 

« C'était une course difficile. Ça a vraiment monté en pression au fil des tours. »

À la même période l'an dernier, Boivin terminait la Vuelta sous les couleurs de Cannondale. Laissé de côté après la fusion avec Garmin, il a passé l'année chez Optum Kelly Benefit, une équipe américaine de troisième division. Après un premier titre canadien senior sur route en juin, il a gagné la médaille de bronze aux Jeux panaméricains de Toronto. Incertain de son avenir, le Montréalais de 26 ans vise toujours un retour dans le peloton européen l'an prochain.

Au-delà de sa prestation personnelle, Boivin était très fier du comportement de toute la formation canadienne. Le jeune Adam De Vos et le vétéran Ryan Roth ont fait partie de l'échappée à six coureurs qui a animé les quatre premières heures de course. Roth, un Ontarien de 32 ans, s'est accroché jusqu'à 16 km de l'arrivée, arrachant au passage le grand prix de la montagne.

Seule note discordante, Mike Woods, qui visait une place parmi les 10 premiers, a chuté avec six tours à faire et a dû abandonner.

« On va se reposer et réessayer dimanche à Montréal avec Mike, a promis Boivin. Je pense que c'est un parcours qui lui convient bien. Peut-être qu'on va être meilleurs à Montréal après avoir eu cette course dans les jambes. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer