Saint-Laurent: maison de famille pour faire la fête

Tout au haut du cottage se trouve la... (PHOTO CAPITALE SIGNATURE)

Agrandir

Tout au haut du cottage se trouve la chambre principale. Une salle de bain est adjacente. Il y a deux walk-in derrière la porte vitrée.

PHOTO CAPITALE SIGNATURE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le secteur immobilier Bois-Franc a vu le jour il y a une vingtaine d'années. Les anciens terrains de Bombardier ont cédé la place, au fil des ans, à des maisons et des appartements en copropriété entourés d'arbres, de plans d'eau, de parcs, etc.

La lumière n'a aucun problème à se frayer... (photo Via Capitale Signature) - image 1.0

Agrandir

La lumière n'a aucun problème à se frayer un chemin au salon.

photo Via Capitale Signature

La lumière n'a aucun problème à se frayer... (photo Via Capitale Signature) - image 1.1

Agrandir

La lumière n'a aucun problème à se frayer un chemin au salon.

photo Via Capitale Signature

Bref, les quelque 20 millions de pieds carrés de terrain forment maintenant une grande banlieue, contigüe au Nouveau-Saint-Laurent.

Certains quartiers qui semblaient en perpétuelle construction sont maintenant bien établis.

Les tilleuls ont poussé et les jardins, l'été, sont garnis de fleurs et d'arbustes. Les rues sont parfois longues, parfois courtes ou arrondies, mais toujours ombragées.

Au centre de chaque quadrilatère se trouve souvent un square entouré de maisons. On a aménagé les zones résidentielles afin de faciliter l'utilisation des transports en commun et du covoiturage. Le plan directeur a fait son oeuvre. Il fait bon se promener dans ces espaces.

C'est bien ce que se disaient Elyse Bertrand et Robert Hémond, qui sont tombés amoureux du secteur en 1994. Ils ont fait construire leur première maison dans la rue des Harfangs, à quelques pas de celle qu'ils habitent maintenant. « C'était une maison de ville, jumelée à d'autres qu'on a beaucoup aimées, mais on avait envie d'une maison détachée », explique Mme Bertrand, graphiste et travailleuse autonome. Ça tombait bien, leur voisin et ami Marc-André Roy, président du groupe Sotramont -  celui-là même qui avait construit leur première maison -, leur a offert de construire la deuxième. C'était en 1995.

Le couple voulait pour sa petite famille de quatre une propriété qui lui ressemblerait : près de la nature, chaleureuse et illuminée.

Les deux propriétaires ont connu les sols en... (PHOTO CAPITALE SIGNATURE) - image 2.0

Agrandir

Les deux propriétaires ont connu les sols en ardoise du Québec dans leur enfance. Ils en ont installé dans l'entrée et dans les salles de bains.

PHOTO CAPITALE SIGNATURE

Ouverte sur le salon et la cuisine, la... (PHOTO CAPITALE SIGNATURE) - image 2.1

Agrandir

Ouverte sur le salon et la cuisine, la salle à manger peut accueillir de nombreux invités.

PHOTO CAPITALE SIGNATURE

« Ma mère avait insisté pour qu'on trouve un terrain où le soleil serait présent toute la journée ! »

- Elyse Bertrand

Ils ont donc choisi un espace ensoleillé du matin au soir. 

Ils ont aussi chamboulé les plans du bâtisseur en inversant l'ordre des pièces du rez-de-chaussée. 

« Contrairement aux autres maisons, la cuisine est en avant, à la place du salon, explique M. Hémond. Les pièces sont ouvertes et cela nous donne beaucoup d'espace pour recevoir. »

Parce qu'on aura compris que la famille aime recevoir. Chez les Bertrand, il y a quatre frères et soeurs. Chez les Hémond, ils sont trois. Ajoutez les quatre grands-parents et les enfants de tout ce beau monde, et ça fait une bien grande famille. « C'est la place idéale pour recevoir », convient Mme Bertrand, qui parle de parties d'huîtres gigantesques... et mémorables. 

À ces modifications se sont ajoutées celles du jardin. Horticultrice de passion, Mme Bertrand tenait à avoir un jardin digne de ce nom. « Il y a deux patios à l'arrière. On a fait creuser la piscine et on a planté des vivaces et des arbres. Aujourd'hui, les arbres dépassent la maison ! »

Fait à souligner, le terrain est bordé par une haie de thuyas de près de 2 mètres, une obligation dans le quartier. « Il a fallu d'abord installer une clôture en maille de chaîne, puis planter la haie pour la cacher. Tout le quartier est conçu ainsi. » Cela assure une intimité dans la cour, même l'hiver. 

Il y a d'autres règles aussi pour assurer une uniformité. Les garages sont installés sur les côtés et ne font jamais face à la rue. Les maisons sont en brique. 

Les deux jeunes quinquagénaires aiment beaucoup leur quartier, c'est pourquoi leur prochain chez-eux sera tout près. Une maison plus petite qu'ils construiront avec leur ami Marc-André Roy. Après tout, quand les enfants quittent le nid, il faut s'adapter. Ce qui ne devrait pas empêcher les fêtes de famille.

La propriété en bref

Prix demandé : 1 059 000 $

Année de construction : 2000

Pièces : 11, dont 4 chambres, 2 salles de bains, une salle d'eau. Piscine creusée, foyer, garage double, cul-de-sac.

Superficie utile : 3500 pi2

Superficie du terrain : 4854 pi2

Évaluation municipale : 852 500 $

Impôt foncier : 7086 $

Taxe scolaire : 1659 $

Courtier : Wilfrid Gagnon, Via Capitale. 514 694-5222

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer