Lorraine: aller là où la vie nous porte

  • Un mélange de brique et de pin torréfié, des lignes sobres et des toits presque plats confèrent une allure très contemporaine à la maison, selon les voeux des propriétaires. Le vaste garage se décline en trois ouvertures distinctes qui reprennent la trame des fenêtres de droite. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Plein écran

    Un mélange de brique et de pin torréfié, des lignes sobres et des toits presque plats confèrent une allure très contemporaine à la maison, selon les voeux des propriétaires. Le vaste garage se décline en trois ouvertures distinctes qui reprennent la trame des fenêtres de droite.

    Photo fournie par Équipe Boiteau

  • 1 / 5
  • Avec une telle cuisine, la propriétaire qui aime préparer à manger est comblée. Ici encore, le blanc et le gris dominent, mais mâtinés d'un matériau composite qui imite le bois de grange. On a choisi de revisiter l'îlot classique avec des sièges capitonnés et en surbaissant tout le pourtour du plan de travail. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Plein écran

    Avec une telle cuisine, la propriétaire qui aime préparer à manger est comblée. Ici encore, le blanc et le gris dominent, mais mâtinés d'un matériau composite qui imite le bois de grange. On a choisi de revisiter l'îlot classique avec des sièges capitonnés et en surbaissant tout le pourtour du plan de travail.

    Photo fournie par Équipe Boiteau

  • 2 / 5
  • La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Plein écran

    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété.

    Photo fournie par Équipe Boiteau

  • 3 / 5
  • La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Plein écran

    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété.

    Photo fournie par Équipe Boiteau

  • 4 / 5
  • Des douches face à face avec une entrée au milieu, la baignoire en plein centre de la pièce et le meuble-lavabo sur le mur opposé avec une glace à l'horizontale... Il fallait pourtant un miroir qui permette de se voir de pied en cap, aussi en a-t-on posé un, tout en longueur, à même le sol. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Plein écran

    Des douches face à face avec une entrée au milieu, la baignoire en plein centre de la pièce et le meuble-lavabo sur le mur opposé avec une glace à l'horizontale... Il fallait pourtant un miroir qui permette de se voir de pied en cap, aussi en a-t-on posé un, tout en longueur, à même le sol.

    Photo fournie par Équipe Boiteau

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

La vie est trépidante pour ce couple. Il s'appelle Sébastien Simard, et il est chirurgien orthopédiste. Elle, Johanne Forget, est professeure en comptabilité à HEC Montréal et à l'UQAM.

En 2010, ils ont connu une très grosse année: ils se sont mariés en octobre et ont emménagé dans une nouvelle maison juste à temps pour Noël.

Retour dans le passé. Lorsqu'ils vivaient dans le quartier Sainte-Dorothée, à Laval, ils songeaient à construire une maison dans l'île de Mai, au milieu de la rivière des Mille-Îles. Mais le projet a rapidement été abandonné, car construire soi-même sa maison s'avérait problématique.

Ils se sont donc mis à la recherche d'un entrepreneur qui livrerait un produit clés en main. Malheureusement, ce genre d'entreprise est plutôt rare dans le créneau du style que privilégiaient les propriétaires. Mais ils ont fini par trouver Construction Danam Bonzaï. L'entreprise livrait le tout dans les règles de l'art. Grâce à Johanne et à ses multiples bonnes idées, le résultat final, dépouillé à souhait, s'est avéré pleinement satisfaisant.

Aujourd'hui, le couple compte agrandir la famille: Maïa, la fille de 14 ans de Johanne, issue d'une précédente union, aura peut-être un frère ou une soeur. Le couple aime le quartier, apprécie les voisins et se délecte de l'espace dont il dispose sur ce terrain planté d'arbres matures.

Sébastien compose avec les aléas du transport: s'il n'a qu'un seul pont à traverser (sa clinique est à Laval et son hôpital, à Saint-Eustache), il se bute depuis trois ans à des travaux qui n'en finissent plus sur l'échangeur de la 15 et de la 640. Mais il se console en constatant que la circulation est infernale partout, même au centre-ville.

Johanne, elle, se tape deux ponts pour se rendre à l'université. Et elle s'apprête à entreprendre des études supérieures en psychologie à Montréal. Quant à Maïa, elle grandit: ses amis prennent de plus en plus d'importance et ses études la conduisent dans la métropole. Résultat: les pressions sont fortes pour rationaliser les déplacements de tout le monde. On songe à se rapprocher de la grande ville. Mais sera-ce à nouveau du côté de Sainte-Dorothée ou dans l'arrondissement de Saint-Laurent, où ils ont déjà habité? La décision est encore en suspens. Une seule certitude: l'endroit où ils croyaient faire leur vie ne convient plus.

En attendant, la famille profite de cette maison tout confort. La cuisine est bien équipée et Johanne adore recevoir, alors que Sébastien préférerait un peu de répit après avoir vu défiler des foules de patients à son cabinet. Compromis: elle invite et mitonne, lui savoure et relaxe. Parfois, il va se défouler dans son gymnase, au sous-sol, où il y a même un coin pour la boxe!

Le cinéma-maison peut parfois rallier toute la maisonnée, à moins que ce ne soit la piscine extérieure, où l'on fait trempette... Ou la détente ultime dans une chambre à coucher aménagée comme une luxueuse suite, à rêver à ce que demain réserve comme surprise...

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

> Prix demandé: 1 299 000$

> Année de construction: 2010

> Pièces: une quinzaine, dont cinq chambres, deux salles de bains, une salle d'eau et un garage.

> Comprend: électroménagers, rideaux, luminaires (sauf au-dessus du piano), systèmes d'alarme et d'irrigation, thermopompe de piscine.

> Évaluation municipale: 985 000$

> Impôt foncier: 12 417$

> Taxescolaire: 2331$

Courtiers: Charles Sauvé et Jean-Sébastien Boiteau, Équipe Boiteau Groupe Sutton Humania, 450 965-1000




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer
  • Lorraine: aller là où la vie nous porte
    Un mélange de brique et de pin torréfié, des lignes sobres et des toits presque plats confèrent une allure très contemporaine à la maison, selon les voeux des propriétaires. Le vaste garage se décline en trois ouvertures distinctes qui reprennent la trame des fenêtres de droite. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Photo fournie par Équipe Boiteau

    Un mélange de brique et de pin torréfié, des lignes sobres et des toits presque plats confèrent une allure très contemporaine à la maison, selon les voeux des propriétaires. Le vaste garage se décline en trois ouvertures distinctes qui reprennent la trame des fenêtres de droite.

  • Lorraine: aller là où la vie nous porte
    Avec une telle cuisine, la propriétaire qui aime préparer à manger est comblée. Ici encore, le blanc et le gris dominent, mais mâtinés d'un matériau composite qui imite le bois de grange. On a choisi de revisiter l'îlot classique avec des sièges capitonnés et en surbaissant tout le pourtour du plan de travail. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Photo fournie par Équipe Boiteau

    Avec une telle cuisine, la propriétaire qui aime préparer à manger est comblée. Ici encore, le blanc et le gris dominent, mais mâtinés d'un matériau composite qui imite le bois de grange. On a choisi de revisiter l'îlot classique avec des sièges capitonnés et en surbaissant tout le pourtour du plan de travail.

  • Lorraine: aller là où la vie nous porte
    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Photo fournie par Équipe Boiteau

    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété.

  • Lorraine: aller là où la vie nous porte
    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Photo fournie par Équipe Boiteau

    La véranda n'échappe pas au style très dépouillé de la maison. La nature entre à pleines fenêtres, mais la main de l'homme - souvent celle de madame, en fait - laisse sa trace partout avec des formes et des matériaux marqués par la sobriété.

  • Lorraine: aller là où la vie nous porte
    Des douches face à face avec une entrée au milieu, la baignoire en plein centre de la pièce et le meuble-lavabo sur le mur opposé avec une glace à l'horizontale... Il fallait pourtant un miroir qui permette de se voir de pied en cap, aussi en a-t-on posé un, tout en longueur, à même le sol. (Photo fournie par Équipe Boiteau)

    Photo fournie par Équipe Boiteau

    Des douches face à face avec une entrée au milieu, la baignoire en plein centre de la pièce et le meuble-lavabo sur le mur opposé avec une glace à l'horizontale... Il fallait pourtant un miroir qui permette de se voir de pied en cap, aussi en a-t-on posé un, tout en longueur, à même le sol.