Petits miracles sur sol ingrat

Le jardins instantané pour débutant, façon Smart Pot,... (Photo fournie par Les Urbainculteurs)

Agrandir

Le jardins instantané pour débutant, façon Smart Pot, mesure 127 cm de diamètre et 25 cm de hauteur. On y vide 12 sacs de terreau.

Photo fournie par Les Urbainculteurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'accès à l'extérieur se résume à un petit balcon... ensoleillé? Votre cour est en béton? Le terrain est pollué? Voilà autant de bonnes raisons pour cultiver hors terre.

Le choix des méthodes est vaste: pots en géotextile, bacs avec réserve d'eau, systèmes «bioponiques» si on est techno, anciens seaux à cornichons si on est «récup»... et même des tables potagères, «la prochaine tendance», prédit l'agronome Claude Vallée, professeur à l'Institut de technologie agroalimentaire (ITA), campus de Saint-Hyacinthe. À preuve: le «jardin debout» de Veseys, dans son catalogue en ligne. L'ITA de Saint-Hyacinthe ouvrira au public deux jardins d'agriculture urbaine, cet été.

Chez Éco Gaïa, on aménage des cultures comestibles sur les petits balcons, les terrasses ou les toits. «Dans un minimum d'espace, on peut produire plusieurs vivaces de peu d'entretien et d'une bonne production», affirme Natachat Danis, la présidente. Un exemple: le plant de houblon, dont les grandes feuilles protègent un appartement contre la surchauffe, alors que ses fleurs servent pour la tisane.

Pelouse artificielle

Dans sa cour, Nancy Vallée a dû composer avec un gazon synthétique. «Ça ne me ressemble pas, dit-elle, mais je suis locataire, ce n'est pas moi qui décide.» La Montréalaise s'est tournée vers les Smart Pots, ces contenants de jardinage en géotextile, un matériau poreux qui optimise le développement des racines, donc du plant. «Ils sont abordables, ils ne laissent pas de marque au sol, et si je déménage, je les emporte avec moi», explique Mme Vallée.

Géotextile

Distribués par Les Urbainculteurs, les Smart Pots sont légers, durables (de 7 à 10 ans), incassables et se déclinent dans bon nombre de formats. Un exemple de prix: 11,95$ pour un sac de 26 L, avec poignées, de 35 cm de diamètre et 24 cm de hauteur. «L'erreur fréquente est de prendre un pot trop petit », affirme Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs. Pour être à l'aise, un plant de tomate ou de concombre demande un pot de 60 L (15,95$). Pour les carottes, radis daïkon, patates et betteraves, on prendra un pot d'au moins 45 cm de profondeur.

Réserve d'eau

Les jardinières Alternatives, fabriquées de bacs récupérés, sont dotées d'un double fond dissimulant une réserve d'eau de 14 L, soit jusqu'à cinq jours d'autonomie en eau pour les plantes. Alternatives les vend 40$, dans des trousses «prêt-à-pousser», avec les fertilisants. L'organisme tient sur le web des fiches horticoles qui indiquent comment reprendre ce concept avec des seaux alimentaires. Alternatives donne également des ateliers d'«horticulture 101», pour apprendre à fabriquer un bac avec réserve d'eau.

Bioponique

Le bac de culture de Biotop Canada est constitué de deux paniers qu'on installe au-dessus d'un réservoir d'eau de 10 L. De nombreuses fentes facilitent l'aération et le drainage du contenu du panier. Ce système s'inspire de l'hydroponie, mais comme il est pensé pour qu'on puisse y ajouter du compost et des micro-organismes bénéfiques (les mycorhizes), ses concepteurs parlent plutôt de «culture bioponique». Le bac Biotop mesure, à l'extérieur, 72 cm de longueur sur 23 cm de profondeur et 25 cm de hauteur. Il coûte 45$ l'unité, ou 65$ pour l'unité avec une trousse d'engrais pour un an.

Infos:

ita.qc.ca

ecogaia.ca

veseys.com

urbainculteurs.org

biotopcanada.com

lesjardins.alternatives.ca

Quelques Smart Pots sur un gazon synthétique, quatre... (Photo fournie par Nancy Vallée) - image 2.0

Agrandir

Quelques Smart Pots sur un gazon synthétique, quatre heures d'ensoleillement par jour, et c'est l'abondance: concombres, tomates, melons de Montréal... Nancy Vallée en donne aux voisins.

Photo fournie par Nancy Vallée

Jolis et comestibles

«Il y a mille façons d'introduire une production alimentaire ornementale dans nos environnements, soutient Tereska Gesing, cofondatrice de Semis Urbains. De nombreuses variétés d'arbres fruitiers vivent bien sous notre climat, tels les pommier, cerisier, pêcher, poirier, prunier, abricotier.»

Vous voulez une haie de jardin? «Envisagez des buissons de bleuets», suggère-t-elle.

Vous avez une pergola? «Essayez des vignes de raisins de table, qui vous donneront de l'ombre et des fruits.»

À l'Assemblée nationale

Pour se faire une idée du potentiel ornemental des plantes potagères, on pourra voir, cet été, une exposition de Smart Pots sur les marches de l'Assemblée nationale, à Québec, une réalisation des Urbainculteurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un potager de débutant

    Jardiner

    Un potager de débutant

    Vous aménagez votre premier potager. Bravo! Mais connaissez-vous bien les besoins de vos plants d'oignons? Combien faut-il de temps aux tomates pour... »

  • Potagers 101

    Jardiner

    Potagers 101

    Un ménage montréalais sur deux cultive au moins un petit quelque chose de comestible, plant de tomate sur le balcon, fraises en jardinière ou potager... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer