À l'automne, on divise aussi!

L'automne est une bonne période pour diviser les... (Photo: www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

L'automne est une bonne période pour diviser les vivaces (ici un stachys).

Photo: www.jardinierparesseux.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'automne au jardin

Cour et jardin

L'automne au jardin

Nos trucs et conseils pour préparer adéquatement le jardin pour l'hiver. »

Larry Hodgson (collaboration spéciale)
Le Soleil

Pour bien des jardiniers, il n'y a qu'une seule saison pour procéder à la division de nos plants: le printemps. Pourtant, l'automne convient tout aussi bien et souvent mieux à cette technique millénaire pour multiplier nos végétaux. Qu'est-ce qu'on divise?

 Parlez de division et l'on pense presque tout de suite aux vivaces. Et il est vrai que la majorité des vivaces se divisent. Mais c'est aussi le cas des bulbes et de plusieurs arbustes. Qu'une plante soit «divisible» ou pas se voit facilement. S'il n'y a qu'une seule «couronne» ou pointe de croissance, formant donc une touffe de feuillage unique, cette plante ne se divise pas ou du moins, n'est pas encore prête à être divisée.

 Par contre, si les couronnes sont nombreuses et qu'on peut distinguer plusieurs touffes de feuillage, la division est possible.

 L'automne est le moment idéal pour diviser la plupart des plants. La grande exception, ce sont les plantes qui fleurissent à l'automne comme les rudbeckies, les échinacées, les sédums à floraison automnale, etc., qui sont présentement en pleine floraison. On peut les diviser maintenant, mais il faudra alors sacrifier les fleurs. Mieux vaut les diviser au printemps. Pour les autres, celles qui fleurissent au printemps ou à l'été ou, comme les fougères, qui ne fleurissent pas, l'automne convient parfaitement.

 Il y a plusieurs raisons pour vouloir diviser une plante. La plus évidente, c'est pour en avoir d'autres! En effet, il est possible de diviser certaines plantes, comme les hostas, en 40 plants ou plus, de quoi faire une belle bordure pas chère. Aussi, certaines vivaces sont trop entreprenantes : elles commencent à envahir leurs voisines.

 Ici, diviser est surtout une méthode de contrôle. Pour d'autres vivaces, la prolifération des rejets à la base de la plante-mère fait en sorte qu'il y a "trop de monde" pour l'espace, et la floraison baisse. En divisant pour ne laisser que quelques touffes plutôt que des dizaines, la vigueur revient et la floraison aussi. Enfin, il y a quelques vivaces, comme les coréopsis et les gaillardes, qui, si on les laisse à elles, ne vivent pas longtemps : trois ou quatre ans, peut-être cinq. Diviser de telles plantes, les rajeunit. Si on les divise aux trois ans environ, elles peuvent vivre des décennies. Au printemps, on n'a pas besoin de s'occuper du feuillage des plants qui est soit absent ou rabattu par le froid. À l'automne, par contre, il est difficile de savoir où diviser la plante, notamment si elle a des tiges hautes, car le feuillage cache tout. Ainsi, on commence par supprimer le feuillage, le coupant à environ 15 à 20 cm du sol. De toute façon, le feuillage ne sert plus à grand-chose, car la saison de croissance des plantes est essentiellement terminée.

 Division en déterrant la plante-mère

 C'est la division classique, celle montrée dans la plupart des livres. On l'utilise soit pour les plantes difficiles à diviser soit pour des vivaces qu'on voulait déterrer et déplacer de toute façon.

 Nous prendrons la pivoine comme exemple. La pivoine est de la catégorie des plantes qui «n'aiment pas être dérangées». Pour la diviser avec le moins de stress possible, il faut déterrer toute la motte. Vous creusez le plus profondément que vous pouvez - les racines de la pivoine sont longues - et hissez la plante sur le bord du trou. Lavez bien les racines. Vous verrez qu'il y a plusieurs plants reliés entre eux par des racines en forme de carottes qui sont souvent entremêlées. Coupez entre les plants, laissant à chacun au moins trois à cinq bourgeons (les divisions à seulement un ou deux bourgeons sont possibles, mais seront à des années de fleurir).

 Replantez les divisions en vous assurant que les bourgeons ne sont pas enterrés à plus de cinq cm. Notez qu'une pivoine divisée peut prendre 5 ans ou plus avant de fleurir abondamment.

 Division pour paresseux

 Tout bon jardinier paresseux sait qu'il n'est pas nécessaire de déterrer toute la motte pour diviser la majorité des vivaces.

 Si vous avez tout simplement besoin de quelques plants de plus, ou si votre but est de contrôler une vivace trop envahissante, pourquoi déranger la plante mère en la sortant du sol ? Prenez une bêche bien affûtée et tranchez dans le sol, prélevant une «pointe de tarte» de largeur variable, selon le nombre de divisions désirées et de préférence derrière la plante pour que le prélèvement ne paraisse pas trop l'an prochain.

 Remplissez le trou laissé de bonne terre et arrosez. La plante mère n'aura pas été le moindrement dérangée ! Puis, lavez à l'eau claire l'amas de racines de votre «tarte» pour mieux voir.

 Vous découvrirez sans doute que vous avez plusieurs plants, même parfois des dizaines, chacun avec sa propre touffe de feuilles et ses propres racines. Tirez sur les plants pour les séparer en plants individuels (si vous voulez un maximum de plants) ou encore par touffes de trois ou quatre plants (pour une reprise plus rapide). S'ils ne veulent pas lâcher prise, utilisez un couteau pour trancher entre les plants. Après, replantez-les dans un emplacement convenable, tout simplement.

 Il restera à bien arroser vos plants nouvellement divisés et à les recouvrir de 5 à 10 cm de bon paillis une fois que le sol est gelé. Presque tous seront de nouveau en fleurs l'année prochaine !

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer