• Accueil > 
  • Maison 
  • > Produits d'ameublement: des substances néfastes découvertes 

Produits d'ameublement: des substances néfastes découvertes

Trente et une substances chimiques néfastes pour la santé ont été identifiées... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Trente et une substances chimiques néfastes pour la santé ont été identifiées dans le mobilier par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui milite pour la mise en place d'un étiquetage spécifique pour ces produits.

«Les produits d'ameublement sont constitués de multiples matériaux qui peuvent être traités, décorés ou protégés, ils peuvent émettre de multiples substances volatiles ou semi-volatiles auxquelles peut être exposée la population», précise l'Anses.

L'agence a été saisie par les ministères de la Santé et de l'Écologie pour identifier les substances chimiques «prioritaires» en vue d'un futur étiquetage obligatoire des produits d'ameublement, qui pourrait intervenir «à l'horizon 2020».

Plus de 600 substances pouvant être émises par les produits d'ameublement ont été recensées, dont une soixantaine classées «cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques» (toxiques pour la reproduction) par le CIRC, l'agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé, ou par le règlement du Parlement européen.

Parmi celles-ci, 31 ont été déclarées par l'Anses «prioritaires sur la base des données de mesure disponibles».

Il s'agit notamment des phtalates, du formaldéhyde, du styrène, du benzène et du dichlorométhane.

Pour l'Anses, il est important de limiter l'exposition de la population à ces substances et «de tendre à terme vers une interdiction».

L'étiquetage obligatoire existe déjà depuis 2013 pour les peintures, vernis, moquettes et papiers peints (classés de A+ à C, selon leur niveau d'émissions).

En attendant l'entrée en vigueur de l'étiquetage obligatoire des meubles, l'Anses invite les fabricants et distributeurs à conclure «un accord volontaire» fixant comme objectif «que 80% des meubles pour enfants soient étiquetés».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer