Deux superproductions d'animation créées à Montréal

Playmobil a vendu plus de 2,8 milliards de figurines... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Playmobil a vendu plus de 2,8 milliards de figurines dans une centaine de pays depuis sa création dans les années 70.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Les Britanniques arrivent, mais les Français aussi. Deux studios issus de l'Hexagone annonceront bientôt deux superproductions d'animation à Montréal, dont le budget pour chacune tourne autour de 100 millions de dollars canadiens: Playmobil: Robbers, Thieves & Rebels ainsi que Captain Underpants.

Après l'annonce des Britanniques de Cinesite en début de semaine au sujet de la production de neuf longs métrages d'animation dans les prochaines années ici, ces nouveaux projets confirment la place de Montréal comme étoile montante en cinéma d'animation.

Le long métrage Playmobil: Robbers, Thieves & Rebels se veut la réponse de l'entreprise allemande de jouets Playmobil à son concurrent danois Lego. Le film d'animation The Lego Movie a rapporté à ses producteurs plus de 400 millions dans le monde en 2014.

De son côté, Playmobil a vendu plus de 2,8 milliards de figurines dans une centaine de pays depuis sa création dans les années 70.

Selon la publication financière Les Échos, le film Playmobil sortira en 2018 et sera produit par l'entreprise française ON Animation Studios (Le petit prince), qui ouvrira bientôt un espace de 25 000 pieds carrés à Montréal.

Le magazine américain Variety ajoute que le film sera réalisé par un ancien de Disney, Lino DiSalvo, chef de l'animation du film Frozen. Le long métrage Playmobil devrait être le premier d'une trilogie.

Captain Underpants

Un autre projet de près de 100 millions est produit à Montréal dans les studios des Français de Mikros (Le petit prince, dont le budget tournait autour de 80 millions).

L'importance de ce projet pour Montréal comme plaque tournante de l'animation est qu'il provient d'un grand studio américain, en l'occurrence DreamWorks.

Les déboires financiers des derniers projets en animation de la société fondée par Steven Spielberg et dirigée par Jeffrey Katzenberg font en sorte que la production du film sera délocalisée chez Mikros afin de bénéficier d'un moindre coût que les 150 millions investis en moyenne dans un film d'animation produit aux États-Unis.

Mikros Montréal travaille aussi en ce moment à la production du film d'animation 3D français Sahara, qui sortira en 2016.

Klaus

Enfin, le premier de neuf films produits dans les prochaines années à Montréal par le studio britannique Cinesite s'intitule Klaus, une réalisation de l'Espagnol Sergio Pablos (Despicable Me).

Cinesite travaille déjà à la production du film d'animation en 3D Charming. Le site spécialisé Cartoon Brew indique toutefois que ce titre n'est pas inclus dans les neuf productions annoncées par Cinesite lundi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer