TF1 achète les droits internationaux de 1:54

1:54... (Photo fournie par Les Films Séville)

Agrandir

1:54

Photo fournie par Les Films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La maison de distribution française TF1 Studio a acquis les droits du film 1:54 de Yan England pour en assurer une distribution internationale.

C'est ce qu'ont annoncé tôt ce matin les magazines Screen Daily et Zickma.fr. À Montréal, le distributeur Films Séville et la productrice Denise Robert ont confirmé la nouvelle.

Mme Robert, qui a coproduit le film avec Diane England de Zone 3, était enchantée de la tournure des événements lorsque jointe par La Presse.

«C'est assez formidable, dit-elle. Les choses se sont faits rapidement. Cet été, juste avant que le film ne soit présenté en première mondiale au Festival du film francophone d'Angoulême, la maison de distribution française ARP Sélection a demandé à voir le film. Très rapidement, elle en a acquis les droits de distribution en France. Et après une très bonne critique parue dans Paris Match, les gens de TF1 Studio, une très bonne entreprise, nous ont approchés. Après avoir vu une copie, ils en ont acquis les droits internationaux. Le contrat signé est arrivé ce matin.»

Ces droits, on l'aura compris, excluent le territoire français (détenu par ARP) et le territoire canadien où 1:54 est distribué par Films Séville.

Mettant en vedette Antoine Olivier Pilon, Lou-Pascal Tremblay et Sophie Nélisse, le film de M. England, son premier long métrage, aborde la question de l'intimidation dans les écoles secondaires à travers l'histoire de quelques jeunes inscrits au club d'athlétisme de leur institution.

À son premier week-end en salle au Québec, le film, précédé d'une critique positive dans les médias et - déjà - de quelques prix en festivals, a atteint le second rang du top 10 au box-office avec des revenus de 231 732 $.

Le long métrage est actuellement inscrit au programme du Chicago International Film Festival. Il ira par la suite au Festival du film indépendant de Rome.

«Le film ne touche pas uniquement les jeunes mais toutes les générations, se réjouit Denise Robert. Maintenant, il va être vu partout dans le monde.»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer