En DVD

Populaire

Populaire

Résumé

Refusant le destin de ménagère tout tracé pour elle par son père commerçant, Rose Pamphyle, 21 ans, quitte au printemps 1958 son petit village pour Lisieux, où elle espère faire carrière comme secrétaire. L'entretien d'embauche qu'elle passe dans le cabinet de l'assureur Louis Echard ne se déroule pas très bien. Quoique. Voyant la vitesse vertigineuse avec laquelle la jeune femme tape à la machine, ce célibataire de 36 ans, ex-héros du sport et de la Résistance, l'embauche sur le champ. Il lui impose d'abord une condition pour pouvoir demeurer à son emploi: perfectionner son talent afin de participer aux championnats nationaux de vitesse dactylographique. S'improvisant entraîneur, Louis lui impose un régime quotidien et va jusqu'à l'installer dans sa propre maison où bientôt, des sentiments d'une autre nature compliquent leur relation.

Cote La Presse

3/5

Votre cote 29 votes

3.9/5

Fermer X

Bande-annonce de Populaire

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2013-02-08

Classement : Général

Pays : France

Distributeur : Métropole Films Distribution

Date de sortie en DVD : 2013-05-28

Genre : Comédie

Durée : 111 min.

Année : 2012

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Régis Roinsard

Montage : Sophie Reine,Laure Gardette

Scénario : Daniel Presley,Régis Roinsard,Romain Compingt

Photographie : Guillaume Schiffman

ACTEURS

Miou-MiouRomain DurisBerenice BejoDéborah FrançoisMélanie BernierShaun BensonFrédéric PierrotEddy Mitchell

Critique

Populaire : un beau paquet cadeau mais...

Marc-André 
Marc-André Lussier

Une comédie à saveur rétro calquée sur le modèle de Rocky? Voilà ce que propose Régis Roinsard avec cette friandise intitulée Populaire. Pour cet ambitieux premier long métrage, l'auteur cinéaste s'est inspiré d'un phénomène plutôt improbable survenu réellement à la fin des années 50. Dans ces années-là, les secrétaires douées étaient parfois invitées à participer à des concours de vitesse dactylographiques.

C'est en exploitant le seul talent qu'elle a aux yeux de son éventuel patron que Rose Pamphyle (Déborah François) se fait un nom. Tapant à la machine à la vitesse de l'éclair, la jeune femme ravive ainsi les espoirs de Louis Echard (Romain Duris), patron charismatique d'un cabinet d'assurances dont l'ambition sportive a connu sa part de frustration au fil des ans. Tel un entraîneur de boxe, l'homme consacrera pratiquement tout son temps à préparer sa protégée aux compétitions françaises, et, pourquoi pas, aux compétitions internationales ensuite.

Le récit, un peu mince, sert en fait de prétexte pour étaler une vision fantasmée des années 50, une époque particulièrement colorée et innocente. L'originalité tient ici au fait que cette vision provient de la France plutôt que des États-Unis. Au passage, l'auteur cinéaste, né bien après cette époque, aborde aussi la question de la place des femmes en milieu de travail, des relations sentimentales, de l'attitude que devaient avoir les «jeunes filles bien». Il laisse aussi entrevoir à l'horizon un semblant de revendications féminines, annonciatrices d'un mouvement qui allait secouer le monde occidental dans la décennie suivante.

À l'instar d'une bonne pâtisserie bien sucrée, les calories contenues dans ce film sont un peu vides mais on prend beaucoup de plaisir à la consommer. L'ensemble est charmant, c'est indéniable, d'autant que Roinsard enrobe son film de belles couleurs et de chansons irrésistibles. Déborah François, à mille lieues des rôles qui l'ont révélée (L'enfant, La tourneuse de pages), est pétillante à souhait et joue l'«ingénue» avec beaucoup d'aplomb. Face à elle, Romain Duris est tout aussi convaincant.

Cela dit, le récit devient répétitif, et ne va guère au-delà de la formule du film «sportif» traditionnel. Un peu comme si Régis Roinsard nous offrait un paquet cadeau magnifiquement enrubanné, dont le contenu ne serait toutefois pas vraiment à la hauteur des attentes.

* * *
Populaire. Comédie réalisée par Régis Roinsard. Avec Déborah François, Romain Duris, Bérénice Bejo. 1h51.

Populaire: machine à remonter le temps

Éric 
Éric Moreault

Pour un premier film, Régis Roinsard a eu le don de se faire remarquer. Populaire est une comédie qui pastiche les comédies des années 50, avec un sujet bizarre et original, porté par un bon duo d'acteurs. Préparez-vous à découvrir Rose Pamphyle, la future championne du monde de... machine à écrire!

Printemps 1958. Rose (savoureuse Déborah François), ingénue de 21 ans, vit avec son père bourru dans un petit village français perdu. Elle rêve de devenir secrétaire parce que «c'est moderne»! Même si elle est très maladroite (et caractérielle). À la Pierre Richard. Son seul atout (outre son charme): elle tape - à deux doigts! - plus vite qu'une mitraillette. Avouez qu'il fallait le faire: choisir la dactylo alors que, de nos jours, plusieurs ne tapent sur un clavier qu'avec les pouces...

Louis Échard (Romain Duris), petit assureur de province de 36 ans, lui accorde une chance. Avec l'ambition secrète d'en faire une championne de vitesse dactylographique. Sous son masque d'assurance (!), cet introverti qui manque de confiance s'improvise entraîneur. Il soumet Rose à un régime à l'avenant, dont le montage, à un moment, est un clin d'oeil évident au premier film de la série des Rocky.

Le duo se languit d'amour, sous l'oeil bienveillant de l'ancienne flamme d'Échard, Marie Taylor (Bérénice Bejo), qui a choisi d'épouser un hardi Américain débarqué en Normandie. Évidemment, on sait dès le départ comment ça va finir.

Le charme suranné de Populaire réside évidemment ailleurs. Le savoureux portrait d'époque, à la Mad Men mais sans le cynisme, fait évidemment penser à un certain cinéma français hop la vie - on pense à Jacques Demy (Les parapluies de Cherbourg). Avec le kitsch de circonstance, totalement assumé dans ce cas-ci, jusque dans les couleurs! Le ton est légèrement décalé. À noter, à ce chapitre, les amusants caméos de Miou-Miou et d'Eddy Mitchell dans le rôle des parents de Louis Échard.

Difficile de résister. Surtout que le film est porté par l'éclatante performance de Déborah François. La jeune actrice belge, révélée par les frères Dardenne dans L'enfant, Palme d'or à Cannes en 2005, et confirmée par son César de meilleur espoir féminin en 2008 pour son rôle dans Le premier jour du reste de ta vie, crève l'écran.

Son jeu, pas trop appuyé, avec le juste détachement, contribue à faire que ça fonctionne, même si le réalisateur et coscénariste Roinsard pousse parfois le bouchon trop loin. Des compétitions de dactylo devant des foules en délire? Ce n'est plus de l'exagération, c'est de l'abus de bons sentiments. Même chose pour la musique pompier (oui, je sais, elle est voulue).

Populaire ne se prend pas au sérieux et le spectateur ne se prend pas la tête. On ressort de la salle le sourire aux lèvres. C'est, comme dirait nos voisins, un feel-good movie.

* * *
Populaire. Genre : comédie. Réalisateur : Régis Roinsard. Acteurs: Romain Duris, Déborah François et Bérénice Bejo. Classement : général. Durée : 1h51.

On aime : le look vintage, le ton.

On n'aime pas : le scénario trop prévisible.

publicité

Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires