Éric Salvail: pour ou contre

Éric Salvail donnera le coup d'envoi à la... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Éric Salvail donnera le coup d'envoi à la cinquième saison du talk-show En mode Salvail à V avec un numéro de variétés à grand déploiement, auquel participera même le maire Denis Coderre.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Éric Salvail coanimait le gala des Gémeaux avec Jean-Philippe Wauthier pour la deuxième année consécutive, hier soir. Ce soir, il donnera le coup d'envoi à la cinquième saison du talk-show En mode Salvail à V avec un numéro de variétés à grand déploiement, auquel participera même le maire Denis Coderre. Son émission de radio Éric et les Fantastiques est diffusée à Rouge FM tous les jours de semaine, de 16h à 18h.

Les tandems d'animation de galas

Pour

«Je pourrais difficilement être contre les animations de galas en duo. Je coanime moi-même les prix Gémeaux depuis maintenant trois ans [il avait coanimé le gala avec Véronique Cloutier en 2015]! Pour moi qui anime habituellement mes émissions en solo, c'est une dynamique différente de partager un projet avec quelqu'un d'autre. Jean-Philippe Wauthier et moi avons le même type d'humour, de l'autodérision à la tonne et une complicité naturelle qui fait qu'en ondes, ça fonctionne bien!»

Les concepts d'émissions basés sur des vedettes

Pour

«Pour à 100 %! À l'exception d'Occupation double, j'ai animé toute ma vie des émissions mettant en vedette des personnalités connues. Le défi, c'est de trouver des concepts nous permettant de les découvrir d'une autre façon. Si un artiste vient à En mode Salvail et aux Recettes pompettes, c'est certain que ça ne donne pas le même show! Ça permet au public de voir les personnalités qu'il aime dans différentes situations. Ceci étant dit, en tant que producteur, c'est aussi intéressant de produire des émissions avec des gens non connus, comme je le fais avec Coup de foudre actuellement.»

Un Netflix québécois

Pour

«Netflix est maintenant une façon différente de consommer des émissions, des séries et des films. Un Netflix québécois avec nos productions et nos artistes d'ici, je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas si nous avons les moyens de nos ambitions. Par contre, j'y ajouterais plus d'émissions de variétés!»

Les radios musicales où les animateurs sont de simples DJ

Contre

«En principe, je ne suis pas contre, mais moi, ce n'est pas le genre de radio que j'ai envie de faire. Avant Éric et les Fantastiques, j'ai eu plusieurs offres de différentes stations me proposant justement de faire ce type de radio. J'ai dit non chaque fois, jusqu'à ce que l'offre de Bell arrive sur la table pour Éric et les Fantastiques. Nous avons développé et conçu une émission de radio qui rejoignait ce que je voulais faire. Du talk radio, un peu de musique, une rotation et des mélanges entre les artistes derrière le micro, etc. Je suis très fier de ce qu'on livre aux auditeurs tous les jours.»

Les adaptations de concepts étrangers à la télé

Pour

«Ma position face à cette question se trouve quelque part entre le pour et le contre. Je vais toujours privilégier les concepts d'ici. En tant que créateur, je trouve ça hyper stimulant de développer un concept de A à Z. Mais comme nous n'avons pas le monopole des idées, si un concept étranger est intéressant pour les téléspectateurs, pourquoi ne pas l'adapter pour le Québec? D'ailleurs, j'en ai déjà adapté, mais j'ai aussi vendu un format à l'étranger.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer