Olivia de Havilland veut un procès contre la chaîne FX

Olivia de Havilland en 1948.... (PHOTO WIKICOMMONS)

Agrandir

Olivia de Havilland en 1948.

PHOTO WIKICOMMONS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

La légende hollywoodienne Olivia de Havilland a peut-être 101 ans mais elle a gardé toute sa poigne: elle devrait avoir droit à un procès fin novembre contre la chaîne FX à propos de sa série nommée pour 18 Emmys, Feud.

Elle dénonce la manière dont elle y est représentée et dit ne pas avoir donné de consentement ou reçu de rémunération pour l'utilisation de son nom et de son identité.

Le procès devrait avoir lieu à partir du 27 novembre au tribunal supérieur de Los Angeles, la juge Holly Kendig ayant accordé mercredi aux avocats de la star des années 30 à 50 sa demande d'une procédure accélérée.

«Je ne peux imaginer comment ne pas accéder à cette demande quand la plaignante a 101 ans», a commenté la juge, rejetant la requête du camp adverse qui souhaitait attendre janvier pour avoir plus de temps pour se préparer.

Les avocats de FX ont toutefois déposé une motion pour faire rejeter la plainte, mettant en avant le droit à la libre expression. Leurs arguments seront entendus lors d'une audience le 29 septembre.

Suzelle Smith, avocate de la comédienne, a assuré après l'audience de mercredi que sa cliente, interprète inoubliable de Gone With the Wind, était «très impliquée dans le litige», encore «très mobile et alerte» et pourrait apparaître au tribunal.

La série acclamée de FX met en scène la célèbre rivalité entre Joan Crawford (jouée par Jessica Lange), autre icône de l'âge d'or hollywoodien, et l'autre monstre sacré du cinéma, Bette Davis (Susan Sarandon).

Olivia de Havilland (interprétée dans la série par Catherine Zeta-Jones) et Joan Fontaine, surnommées les «soeurs ennemies du cinéma», avaient elles-mêmes entretenu toute leur vie, jusqu'au décès de cette dernière, des relations tumultueuses chroniquées dans Feud.

Lauréate de deux Oscars de la meilleure actrice - pour To Each His Own (1946) et The Heiress (1949) - Olivia de Havilland «s'est bâtie une réputation professionnelle d'intégrité, honnêteté, générosité, sacrifice de soi et dignité», argumente sa plainte, déposée fin juin.

«L'une des raisons du grand respect du public pour Olivia de Havilland», qui vit en France depuis plus d'un demi-siècle, «est qu'en plus de 80 ans de carrière elle a toujours refusé de rentrer dans les potons sur les relations entre acteurs d'Hollywood», ajoute-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer