La lente progression de TVA Sports

Le fanatik, animé par Sébastien Benoit, peine à... (Photo fournie par TVA Sports)

Agrandir

Le fanatik, animé par Sébastien Benoit, peine à trouver son public, souvent sous la barre des 10 000 fidèles, des chiffres certainement très décevants.

Photo fournie par TVA Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Voilà plus de trois mois que le Canadien a pris d'assaut les samedis soir de TVA Sports. À qui profite le plus cette première infidélité à RDS en 11 ans dans les sondages d'écoute? Pour TVA Sports, le défi de séduire l'auditoire en dehors de sa Super soirée du samedi et des séries éliminatoires pour les 12 prochaines années reste colossal.

Sachez d'abord que ce mouvement n'a pas été catastrophique pour RDS, qui demeure la chaîne spécialisée la plus regardée des Québécois. Bien sûr, ses parts de marché globales depuis le début de la saison de hockey en ont un peu pâti, passant de 5,4 à 4,7% en un an, mais ça aurait pu être bien pire. Même sans les matchs du samedi, la chaîne a d'ailleurs franchi le million de téléspectateurs à deux reprises cet automne avec des matchs du Canadien, ce que n'a pas réussi TVA Sports, qui a cependant moins d'abonnés.

Sans être spectaculaire, l'augmentation des parts de la chaîne de Québecor est tout de même notable: si on ne tient compte que des 100 premiers jours depuis le premier match du CH en octobre, elles sont passées de 0,4 à 1,7% en un an. On est encore loin du 4,7% de RDS, mais ne soyons pas si pressés. Les séries éliminatoires feront certainement exploser ce pourcentage. Plus longues elles seront pour le Tricolore, mieux ce sera.

Pour les trois premiers matchs de 2015, TVA Sports a obtenu des résultats comparables à ceux de RDS l'an dernier: en moyenne, 721 000 téléspectateurs ont regardé La super soirée LNH du samedi soir, avec des pointes dépassant le million. RDS2 et RDS Info n'ont pas été touchées par l'arrivée du Canadien chez l'ennemi, conservant respectivement 0,5 et 0,2% de parts de marché. À peine née, TVA Sports 2 obtient une moyenne de 0,2%.

C'est en périphérie de son match du samedi que TVA Sports n'a pas encore réussi à faire sa place; ce soir-là, les téléspectateurs sont encore trop nombreux, avant et après les parties, à retourner voir RDS pour les commentaires et analyses, ce qui n'est pas le cas en sens inverse les soirs de semaine. Pas simple de changer de vieilles habitudes bien ancrées, et ce, même si TVA Sports a volé de grosses pointures à sa rivale.

Mais c'est dans le créneau du 5 à 7 en semaine - qui appartient toujours à RDS - que ça fait le plus mal. Et ce n'est pas l'arrivée de Sébastien Benoit à 17h qui a amélioré le sort de TVA Sports: Le fanatik peine à trouver son public, souvent sous la barre des 10 000 fidèles, des chiffres certainement très décevants. Mercredi soir, ce nombre a grimpé à 18 000.

Est-il prématuré d'en tirer des conclusions? Groupe TVA a investi énormément dans ses chaînes sportives, sans compter ce contrat avec la LNH obtenu à prix fort. TVA Sports coûte très cher à l'empire, et il est certain qu'on prie pour le retour des Nordiques, qui permettrait à la chaîne de mieux rivaliser avec RDS, d'augmenter son nombre d'abonnés et d'entrevoir la rentabilité.

Comme plusieurs grands médias, Groupe TVA devrait procéder prochainement à des compressions dont on ne connaît pas encore la teneur, sur tout son réseau, une information confirmée par plusieurs sources. «Tout le monde devra contribuer», m'a-t-on soufflé à l'oreille. De là à associer la lente progression de TVA Sports à ces décisions, il y a un pas que je ne me permettrai pas de franchir. En réponse à nos questions, TVA nie catégoriquement vouloir faire des compressions.

Karine Champagne, qui était chef d'antenne à TVA... (Photo fournie par Karine Champagne) - image 2.0

Agrandir

Karine Champagne, qui était chef d'antenne à TVA Sports, se consacre maintenant à Mères-Veilleuse.

Photo fournie par Karine Champagne

La vie après TVA Sports

Au fait, qu'advient-il de Karine Champagne, qui occupait le siège de chef d'antenne à TVA Sports avant qu'on la remplace par Sébastien Benoit? Réduite au rôle de second violon, l'animatrice a choisi récemment de quitter la boîte pour se consacrer à un projet qui lui est cher.

Bien qu'elle ait vécu de belles années à TVA, dont cinq à Québec, elle admet qu'elle n'était pas satisfaite du sort qu'on lui avait réservé. «Je ne vibrais plus. J'avais deux choix: faire comme si de rien n'était et continuer, ou prendre mon courage à deux mains et sauter dans le vide», m'a-t-elle confié. Celle qui comptait 21 ans dans le domaine n'en veut pas pour autant à son ancien employeur. «Je comprends qu'ils aient voulu choisir une personnalité connue pour attirer le public à TVA Sports, c'est normal.»

Elle voue maintenant tout son temps à ses Mères-Veilleuses, un mouvement qu'elle a fondé pour encourager les femmes à se dépasser par l'activité physique, et dont la page Facebook compte 16 000 adeptes. Une idée qui lui est venue après qu'elle eut surmonté une dépression en s'adonnant, entre autres, à la course à pied. «La santé mentale, pour moi, c'est devenu une mission», dit-elle.

Même si elle a fait une croix sur une carrière en information et se définit maintenant comme une femme d'affaires, Karine Champagne n'a pas renoncé tout à fait aux médias et aimerait notamment produire des capsules web. «Le monde de la télé, c'est gros. Je demeure ouverte à toute autre possibilité.»

Mon coup de coeur de Broadchurch

L'actrice que j'aime haïr cet hiver? Marianne Jean-Baptiste, l'avocate qui défend l'indéfendable dans la deuxième saison de Broadchurch, diffusée le dimanche à 22h sur la chaîne canadienne Showcase. Les envolées à la Cour de ce bulldozer donnent lieu aux scènes les plus puissantes. Fascinant d'observer comment elle tisse sa toile autour de sa proie, en quelques questions, dissipant tout doute, et au moment où on ne l'attend pas. Du grand jeu de la part de cette actrice britannique nommée aux Oscars en 1997 pour son rôle de soutien dans le film Secrets et mensonges.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer