Danse: trois temps forts

Jérôme Bosch : Le jardin des délices, de Marie Chouinard... (Photo Sylvie-Ann Paré, fournie par Danse Danse)

Agrandir

Jérôme Bosch : Le jardin des délices, de Marie Chouinard

Photo Sylvie-Ann Paré, fournie par Danse Danse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois événements attendus par les amateurs de danse.

Deux fois Marie Chouinard à Danse Danse

Programme double au Théâtre Maisonneuve, les 26 et 27 septembre; Bosch: Le jardin des délices  au Théâtre Maisonneuve, du 28 au 30 septembre

Danse Danse célèbre son 20e anniversaire avec une programmation étoile de 15 spectacles. Et qui d'autre pour ouvrir la saison que l'incomparable Marie Chouinard? On pourra apprécier l'oeuvre de la chorégraphe québécoise deux fois plutôt qu'une, d'abord avec un programme double mettant en vedette Le cri du monde, une reprise, ici jumelée à Soft virtuosity, still humid, on the edge. Présentée en première nord-américaine, l'oeuvre s'intéresse à la déambulation et ses déclinaisons. Suivra Jérôme Bosch: Le jardin des délices, créée en 2016 dans la foulée du 500e anniversaire de la mort du peintre Jérôme Bosch, une oeuvre en trois actes foisonnante et audacieuse, accompagnée de projections de peinture de l'artiste du Moyen-Âge.

Les BJM rencontrent Cohen

Au Théâtre Maisonneuve, du 5 au 9 décembre

Impossible de passer sous silence cette nouvelle création des Ballets Jazz de Montréal (BJM), programmée par Danse Danse en première mondiale. Dance Me est un vibrant hommage à la musique de Leonard Cohen, dont les BJM ont obtenu, pendant cinq ans, les droits exclusifs de l'utilisation des chansons pour un spectacle de danse. C'est cinq saisons, comme autant de moments charnières de la vie du regretté artiste, qui seront mises en mouvement par la troupe, dans des chorégraphies signées par Annabelle Lopez Ochoa, Andonis Foniadakis et Ihsan Rustem et mises en scène par Éric Jean.

Frédérick Gravel à l'Usine C

À l'Usine C, les 29 et 30 novembre

Après avoir ravi les festivaliers au festival TransAmériques, la dernière création de Frédérick Gravel est de retour à l'Usine C, pour ceux qui l'auraient manquée. Sombre fête poussant les danseurs dans leurs derniers retranchements physiques, Some Hope for the Bastards rassemble sur scène neuf danseurs aguerris, entourés de quatre musiciens (dont Gravel). Un projet qui a pris forme dans l'étude de la pulsation très répétitive qui habite la Passion selon saint Jean, de Bach, et qui s'inscrit dans la lignée des concerts chorégraphiques tissés de rock et de sensualité de l'artiste.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer