Montréal récompense la création en danse

Alain Platel, Grand Prix de la danse de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Alain Platel, Grand Prix de la danse de Montréal pour tauberbach.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

Tout le milieu de la danse s'est retrouvé à l'hôtel de ville de Montréal, hier midi, pour la 5e présentation des Prix de la danse de Montréal. Des prix prestigieux qui soulignent la vitalité et la contribution des créateurs en danse à la vue culturelle de métropole.

Le Grand Prix de la danse de Montréal a été remis au chorégraphe belge Alain Platel pour son magnifique spectacle tauberbach, présenté en mai dernier au Festival TransAmériques (FTA). Autodidacte de la danse, Platel, qui a présenté plusieurs de ses créations à Montréal, était très ému par ce prix, d'autant qu'il maintient un lien étroit avec la métropole depuis des années. En recevant son prix, le créateur a cité l'auteure Amélie Nothomb pour rappeler «la nécessité du doute en art». 

Le Prix Interprète, remis par Lorraine Hébert, directrice générale du Regroupement québécois de la danse, est allé à Lucie Vigneault. Le jury a souligné que l'interprète, formée à l'UQAM, s'est distinguée durant la saison 2014-2015 dans «trois univers complètement différents», en dansant pour des oeuvres signées Louise Bédard, Frédérick Gravel et Stéphane Gladyzewski. 

Deux nouveaux prix cette année. Le Prix Découverte Agora de la danse et Tangente, remis à Aurélie Pedron, chorégraphe, vidéaste et interprète, qui a présenté la pièce Entre à Tangente. Puis, le Prix de la Diversité culturelle en danse du Conseil des Arts de Montréal est allé à Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata; l'artiste d'origine franco-congolaise a fondé sa compagnie, basée à Montréal, en 1987. «La diversité ne tue pas, mais elle nous conforte des idées reçues», a dit Mme Maboungou, en recevant le prix. 

Finalement, le Prix de la meilleure oeuvre chorégraphique de la saison dernière, remis par le CALQ, est allé à Mélanie Demers pour Would, présentée à l'Usine C, en avril 2015. «Mélanie Demers y affirme une signature unique, forte, et dirige ses danseurs avec minutie, les amenant à une interprétation éclatante», a souligné le jury.

La lauréate a souligné que Would a été vue par seulement... 379 spectateurs, lors de sa création.

Elle a lancé un appel aux diffuseurs pour que les spectacles de danse soient présentés plus longtemps que deux ou trois représentations, ainsi qu'à une couverture plus large de la danse par les médias afin d'attirer le public.

Or justement, les Prix de la danse de Montréal ont été créés, il y a cinq ans, sur l'initiative de la chorégraphe Marie Chouinard, «pour combler un manque dans la promotion de la danse au Québec». 

__________________________________________________________________________

Pour en savoir plus: prixdeladanse.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer