LA LA LA Human Steps cesse ses activités

Édouard Lock a dit croire que les gouvernements... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Édouard Lock a dit croire que les gouvernements n'en font pas assez pour la danse. «La réponse évidente, c'est non», a-t-il répliqué sans hésiter.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La compagnie de danse du chorégraphe montréalais Édouard Lock, LA LA LA Human Steps, n'existe plus. Une cascade d'imprévus entourant la tournée internationale de sa dernière production a provoqué «la tempête parfaite», a-t-il expliqué hier, l'obligeant même à hypothéquer de nouveau sa maison afin de rembourser ses créanciers. Tant ses problèmes financiers que les subventions qui ne cessent de diminuer ces dernières années, ont finalement eu raison de lui.

Les raisons

Une dette insurmontable liée à la dernière production de LA LA LA Human Steps a finalement eu raison d'Édouard Lock. Ému, il a officiellement mis fin aux activités de sa compagnie, hier, en remerciant du même coup les danseurs qui ont travaillé pour lui au cours des 35 dernières années.

M. Lock évite de justesse la faillite. Il s'est finalement entendu avec ses créanciers, qui sont devenus au fil du temps ses partenaires, sur des remboursements minimaux. Pour ce faire, il a épongé lui-même une partie de sa dette.

En moins de cinq ans, a-t-il expliqué, les subventions publiques ont chuté de près de la moitié. Mais Édouard Lock refuse de faire ses productions en sabrant son temps de recherche, de création et de préparation.

«On ne peut pas faire en deux mois ce qu'on réalise présentement en six mois. La mémoire musculaire du danseur, ça se passe dans le corps. C'est lent», a affirmé le créateur, qui entend poursuivre sa carrière ailleurs. Restera-t-il à Montréal? «Mes options sont très limitées ici», a-t-il répondu.

Réaction du milieu

Des artistes du milieu de la danse étaient présents hier au Centre Phi, dans le Vieux-Montréal, où Édouard Lock avait convoqué la presse pour annoncer la mort de sa compagnie. D'une façon unanime, les intervenants se sont dits énormément attristés par cette annonce.

«Je suis en deuil. LA LA LA Human Steps et Édouard Lock ont marqué trois générations de danseurs. Dans le contexte actuel, où il y a moins d'argent [pour les Conseils des arts], on entend souvent dire qu'on n'a plus les moyens de soutenir des compagnies. Mais comment un chorégraphe peut-il évoluer sans compagnie?», s'est demandé Lorraine Hébert, directrice générale du Regroupement québécois de la danse (RQD).

Selon elle, il est urgent de faire comprendre aux décideurs publics qu'il faut plus de fonds pour soutenir la danse, un art dispendieux par sa nature même. «C'est inquiétant pour tout le monde. Il n'est pas facile de vendre les spectacles, et pour être sur la scène internationale, il faut l'assurance que les fonds vont suivre. Faire vivre une compagnie de danse coûte très cher», a ajouté Mme Hébert.

Sa muse

Louise Lecavalier a longtemps travaillé avec Édouard Lock. Elle a évolué avec LA LA LA Human Steps pendant 18 ans. Lors du point de presse, hier, la danseuse était encore sous le choc de la disparition de la compagnie qui l'a mise au monde.

«Au début, je ne le croyais pas. Ça m'a pris beaucoup de temps avant d'assimiler la nouvelle. Ça me fait de la peine. J'ai passé une grande partie de ma vie là. Édouard, c'est le meilleur. Je n'ai jamais dit ça avant, c'est la première fois. J'ai tellement travaillé avec lui, ça aurait été gênant de dire qu'on travaille avec le meilleur quand on est quotidiennement avec lui, mais maintenant, je le dis. C'est un très grand chorégraphe qui a fait beaucoup pour la danse. On est chanceux d'avoir eu quelqu'un comme ça au Québec. On n'en aura peut-être pas d'autres avant longtemps. Édouard, avec sa poésie, son intelligence, son élégance, sa beauté... Il m'a appris beaucoup de choses», a dit la danseuse et chorégraphe, qui a aujourd'hui sa propre compagnie de danse.

Une carrière internationale

Si le chorégraphe Édouard Lock concevait environ une production tous les deux ans pour sa compagnie LA LA LA Human Steps, son travail ne s'est pas limité à ce qu'il a créé à Montréal. Acclamé partout dans le monde, il a d'ailleurs chorégraphié cinq productions au cours de la dernière année, «probablement davantage par frustration» à cause des problèmes financiers que sa compagnie traversait chez lui, au Québec.

Depuis le début de sa carrière en 1974 pour le Groupe Nouvelle Aire et les Grands Ballets canadiens de Montréal, il a aussi travaillé pour le Ballet de l'Opéra de Paris, le Nederlands Dans Theater et Het Nationale Ballet aux Pays-Bas.

En 1990, le chorégraphe montréalais a même été le coconcepteur et directeur artistique de la tournée mondiale de David Bowie, Sound and Vision.

Édouard Lock est chevalier de l'Ordre national du Québec depuis 2001, Officier de l'Ordre du Canada depuis 2002, et détient un doctorat honorifique de l'Université du Québec à Montréal.

Son oeuvre

LA LA LA Human Steps décrit son style de la façon suivante: «La complexité chorégraphique, l'altération des structures du ballet et l'alliage des trames chorégraphiques, musicales et filmiques font partie des éléments essentiels de la signature de la compagnie.» En 1985, avec Human Sex, Édouard Lock et ses danseurs, dont sa muse Louise Lecavalier, ont été propulsés dans les grandes capitales du monde.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • LA LA LA Human Steps: un budget ingérable

    Danse

    LA LA LA Human Steps: un budget ingérable

    Le 2 septembre dernier, Édouard Lock a annoncé la fermeture de sa compagnie de danse, LA LA LA Human Steps. Une importante dette occasionnée par sa... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer