Vollmond: l'héritage de Pina Bausch

Motif récurrent dans l'oeuvre de Pina Bausch, l'eau... (Photo: fournie par la production)

Agrandir

Motif récurrent dans l'oeuvre de Pina Bausch, l'eau est au centre de la mise en scène de Vollmond.

Photo: fournie par la production

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Considérée comme l'une des plus grandes figures de la danse contemporaine et du style danse-théâtre, Pina Bausch a fondé le Tanztheater Wuppertal il y a 40 ans. Or, la compagnie de la chorégraphe - qui s'est éteinte prématurément en 2009 - n'aura effectué qu'un seul passage à Montréal, en 1985. Trois décennies plus tard, sa compagnie est de retour sur la scène du Théâtre Maisonneuve pour présenter à guichets fermés Vollmond, une impressionnante oeuvre pour 12 danseurs. Dirk Hesse, directeur administratif du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch, a répondu aux questions de La Presse.

Le travail de Pina Bausch est notamment reconnu pour la recherche scénographique très élaborée et généralement particulièrement spectaculaire. Qu'en est-il de Vollmond?

Il s'agit d'une oeuvre créée en 2006 pour laquelle Peter Pabst s'est chargé de la mise en scène. Les décors de Peter sont toujours techniquement très demandants. Quand la pièce a été présentée la toute première fois, les danseurs ont seulement su quelques jours plus tôt à quoi allait ressembler la mise en scène, qui est absolument fascinante, utilisant de gros rochers et surtout une impressionnante quantité d'eau sur scène. Nous n'avons d'ailleurs pour cette raison pas pu présenter cette création dans certains pays (comme l'Inde) à cause de la qualité de l'eau.

Vollmond, qui signifie «pleine lune», a été créé en hommage à Thomas Erdos. Qui était-il pour Pina Bausch?

Il était un des hommes les plus importants dans la vie professionnelle de Pina, son agent, son conseiller et son confident. Thomas a fait beaucoup de bonnes choses pour la compagnie. Il a toujours été un soutien pour Pina et elle était vraiment très triste quand il est mort. Ils avaient une relation d'amitié artistique très forte.

Pina Bausch semble avoir voulu célébrer la vie, comme un rituel dans cette pièce...

Pina n'aurait pas répondu à cette question! Elle aurait simplement souri. Elle ne voulait pas que les gens soient influencés par ses mots et désirait plus que tout laisser la liberté au public de voir ce qu'il veut. Elle espérait toujours offrir une expérience, quelque chose qui allait vous toucher et vous emporter. Ne venez pas voir ce spectacle en espérant y suivre une histoire. Observez plutôt la manière dont elle a développé cette création, ses personnages, comment ces derniers changent au fil des saynètes. Il n'y a pas de fil rouge. Soyez ouverts, observez et vous verrez sûrement beaucoup d'humour dans Vollmond, des moments éblouissants et vous repartirez sans doute avec de belles images dans votre âme.

Quel rôle occupe la musique dans Vollmond?

Il s'agit d'un collage, un mélange de différentes musiques créées par deux compositeurs. Quand ils l'ont proposée à Pina, elle l'a adorée. Elle avait une manière bien à elle de procéder quand elle aimait une musique: elle la mettait de côté et ne la ressortait qu'une fois que la chorégraphie était terminée. La musique était pour elle une atmosphère plus que des notes.

Vous êtes entre autres responsable de décider de l'avenir de la compagnie. À quoi doit-on s'attendre pour les prochaines années?

Nous n'avons créé aucune nouvelle pièce depuis sa mort. Ce sera une étape très importante à franchir. Les gens venaient pour Pina et les danseurs de la compagnie ont travaillé avec elle depuis toujours. Nous sommes en plein processus créatif. Nous allons inviter différents chorégraphes à venir travailler avec nous. Mais je ne peux encore dévoiler de noms. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il ne s'agira pas d'un de ses anciens collaborateurs. On ne peut prendre le risque de faire quelque chose de trop proche de ce que Pina faisait, afin d'éviter la comparaison. Nous devons trouver la manière d'introduire ces nouvelles créations au sein de notre compagnie. Nous avons plus de 40 oeuvres de Pina avec lesquelles partir en tournée, alors nous ne devons pas presser trop les choses. Mais je garde les doigts croisés pour que l'an prochain, nous puissions présenter quelque chose de nouveau. J'espère que cela sera bien reçu par le public.

_______________________________________________________________________________

Vollmond est présenté au Théâtre Maisonneuve à guichets fermés du 12 au 15 novembre.

Pina au cinéma

La visite du Tanztheater Wuppertal donne l'occasion de remettre au programme deux films magnifiques, jusqu'au 12 novembre au Cinéma du Parc: Pina (2011) de Wim Wenders et Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch de Rainer Hoffmann et Anne Linsel.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • <em>Vollmond</em>: les orphelins de Pina

    Danse

    Vollmond: les orphelins de Pina

    Bien des semaines avant la première de Vollmond de Pina Bausch, mercredi soir, le spectacle affichait déjà complet au Théâtre Maisonneuve. Sans... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer