Les bâtisseurs d'empire ou le Schmürz: et Vian dans la gueule!

Josée Deschênes et Gabriel Sabourin dans Les bâtisseurs d'empire ou le... (Photo Gunther Gamper, fournie par le Théâtre Denise-Pelletier)

Agrandir

Josée Deschênes et Gabriel Sabourin dans Les bâtisseurs d'empire ou le Schmürz

Photo Gunther Gamper, fournie par le Théâtre Denise-Pelletier

La PresseMario Cloutier 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Une famille fuit on ne sait quoi ou qui tout en montant de plus en plus dans un édifice menacé par on ne sait qui ou quoi. Le mal est-il dedans ou dehors? Peut-être qu'il s'agit de la fin du monde et/ou de bombes atomiques.

«Y'a quéqu'chose qui cloche là-d'dans, j'y retourne immédiat'ment», comme disait Vian dans la chanson La java des bombes atomiques, dont on cite des extraits dans la pièce.

On est bien chez Boris Vian, dans cette langue qui invente et rebondit, qui amuse et qui cabotine aussi parfois. Entre le désespoir romantique et le rire lucide. 

La première chose qui frappe toutefois dans la mise en scène intelligente de Michel-Maxime Legault est la merveilleuse scénographie de Jean Bard avec ses accents angoissants. Nous voici face à un monde qui rétrécit, comme la pensée.

Dans un tel univers décalé, Josée Deschênes nage comme un poisson dans l'eau. Le public le fait d'ailleurs savoir à la sirène de l'absurde avec des applaudissements en milieu de spectacle.

Sasha Sama joue le rôle muet et étrange... (Photo Gunther Gamper, fournie par le Théâtre Denise-Pelletier) - image 2.0

Agrandir

Sasha Sama joue le rôle muet et étrange du Schmürz. On le voit ici avec Gabriel Sabourin, qui campe le père.

Photo Gunther Gamper, fournie par le Théâtre Denise-Pelletier

Les autres acteurs, Gabriel Sabourin, Marie-Pier Labrecque, Marie-Ève Trudel (extrêmement savoureuse dans le rôle de Cruche) et Olivier Aubin, excellent tout autant. 

Quant à Sasha Samar, dans le rôle muet et étrange du Schmürz, il est le parfait défouloir de tous, sauf de Zénobie, enfant ducharmienne qui se rebiffe contre l'idiotie de ses parents et de l'univers entier. 

Le metteur en scène Michel-Maxime Legault a bien saisi cette peur représentée par le Schmürz. Cette inquiétude constante, soulignée par le décor, nous offre une vision de déshumanisation, le portrait même de l'absurdité, au-delà des dogmes bourgeois et des préjugés moraux.

La pièce fait rire amplement, c'est le génie de Vian. Mais ces éclats s'étouffent très vite quand on songe à notre époque trumpienne en sortant du théâtre. Cet art qu'on dit de l'absurde a encore sa raison d'être, aujourd'hui, sur scène.

* * * 1/2

Les bâtisseurs d'empire ou le Schmürz. De Boris Vian. Mise en scène de Michel-Maxime Legault. Au Théâtre Denise-Pelletier jusqu'au 21 octobre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer