Don Juan revient de la guerre: mise en scène magistrale

... (Photo Nicolas Descoteaux)

Agrandir

Photo Nicolas Descoteaux

La PresseMario Cloutier 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Don Juan revient de la guerre est une production magistrale menée de main de maître par Florent Siaud. Et ce, malgré un texte manquant de relief.

Le don Juan d'Ödön von Horváth est un homme blessé. À la fin de la Première Guerre mondiale, il cherche sa fiancée en vain. Il reprendra peu à peu de sa superbe, retrouvant ainsi son attitude de séducteur impénitent, voire méprisant. 

Les femmes lui font des mamours, puis lui tournent le dos. Elles ont changé, le monde a changé, mais pas lui. Il n'y comprend rien. Et ce sera sa perte.

La parole de von Horváth est élégante, mais séparée ainsi en 24 tableaux, elle ne s'inscrit pas dans une ligne dramatique forte. Heureusement, la mise en scène et l'interprétation amènent ce spectacle à un autre niveau. 

Parfois, on se rapproche d'un symbolisme à la Maeterlinck, qu'accentuent certains traits de la mise en scène - répétition de certaines mimiques et gestuelles notamment -, mais Florent Siaud connaît aussi son Brecht, jeu distancié, et son Grotowski, jeu organique - sur le bout des doigts.

Il en fait sa propre coction pour rehausser l'intérêt d'un texte, qui reste assez plat, en y ajoutant des touches comiques, par exemple. Ödön von Horváth parle d'un monde qui achève, celui d'hommes sexistes dominants, sans laisser entrevoir celui qui pourrait lui succéder. En ce sens, sa dialectique a perdu de son intérêt de nos jours.

On peut justement penser à Donald Trump et à son cirque. Déprimant, certes. D'autant que ce récit désespéré, qui dénonce le donjuanisme, ne voit cependant pas les femmes autrement qu'en victimes. 

Malgré une mise en scène fortissimo, on en vient ainsi à ressentir la froideur de l'ensemble. Comme ce don Juan détestable à souhait qu'interprète un Maxim Gaudette presque effrayant d'arrogance. 

Florent Siaud est également ce merveilleux directeur d'acteurs, faut-il rappeler. Il a amené Sophie Cadieux au sublime dans 4.48 psychose l'an dernier. 

Ici, il va chercher chez chacune des femmes de la distribution des traits qui, amplifiés, décrivent à la fois la douleur, la fébrilité et la subtilité de leur personnage. Chapeau notamment aux deux Evelyne, Rompré et de la Chenelière. 

Tout le reste, de la conception sonore aux costumes, en passant par la scénographie et les éclairages, contribuent aussi à un tableau d'ensemble fort impressionnant dans la main d'un chef d'orchestre inspiré.

***1/2

Don Juan revient de la guerre

Texte Ödön von Horváth

Traduction Hélène Mauler et René Zahnd

Mise en scène Florent Siaud

Au Prospero jusqu'au 25 mars




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer