Assoiffés: un objet de beauté

Rachel Graton et Philippe Thibault-Denis dans la pièce Assoiffés... (Photo fournie par le Théâtre Denise-Pelletier)

Agrandir

Rachel Graton et Philippe Thibault-Denis dans la pièce Assoiffés

Photo fournie par le Théâtre Denise-Pelletier

La PresseLuc Boulanger 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au coeur du théâtre de Wajdi Mouawad, on retrouve souvent des personnages se sentant inadéquats. Comme si le sentiment d'inadéquation était le fil rouge de son oeuvre. Avec Assoiffés, par le truchement de Murdoch, un adolescent qui hurle constamment sa colère et sa révolte, l'auteur en fait l'enjeu de sa pièce.

Assoiffés a été jouée, entre 2006 et 2012, près de 250 fois au Canada, en France, en Belgique, en Suisse, en Espagne, au Danemark et en Italie. Le Théâtre Denise-Pelletier reprend actuellement la pièce avec trois nouveaux interprètes.

C'est l'histoire étrange et poétique de deux adolescents en marge du monde adulte. Il y a le volubile Murdoch (impressionnant Philippe Thibault-Denis!) et l'évanescente Norvège (mystérieuse Rachel Graton). Il y a aussi Boon (très juste Francis La Haye), un jeune anthropologue judiciaire qui, à travers le drame de Murdoch et Norvège, replonge dans les rêves et les désirs de son adolescence perdue.

«Pourquoi te lèves-tu le matin?» Voilà la question que Mouawad a lancée au metteur en scène Benoît Vermeulen, au début du processus de création d'Assoiffés, en 2005. Après réflexion, la pièce propose une réponse: «Murdoch se lève un matin avec une décision claire et nette: tant qu'à être un mésadapté gâté et précieux, autant devenir un mésadapté poétique et incompréhensible.»

Francis La Haye et Philippe Thibault-Denis dans la... (Photo fournie par le Théâtre Denise-Pelletier) - image 2.0

Agrandir

Francis La Haye et Philippe Thibault-Denis dans la pièce Assoiffés

Photo fournie par le Théâtre Denise-Pelletier

Une soif d'absolu

Vous aurez compris que cette pièce produite par Le Clou, bien qu'elle s'adresse à tout le monde, cible particulièrement le jeune public de 14 ans et plus. Il y a dans la soif de beauté et la quête d'absolu des protagonistes des échos au besoin d'héroïsme de la jeunesse. Un devoir de beauté et de pureté propre à un âge incertain et fragile.

En ce sens, Mouawad et Vermeulen se sont librement inspirés de Holden Caulfield, le jeune homme en colère du célèbre roman L'attrape-coeurs. La mise en scène onirique et éblouissante de Benoît Vermeulen colle parfaitement aux propos du texte. La scénographie de Raymond Marius Boucher, l'environnement sonore de Nicolas Basque ainsi que les images vidéo réalisées par Martin Lemieux et Pierre Laniel contribuent énormément à la richesse de cet objet scénique extrêmement bien ciselé.

Assoiffés est un objet de beauté qui illumine une époque opaque.

Le texte de Wajdi Mouawad écrit en collaboration avec Benoît Vermeulen est publié chez Actes Sud-Papiers.

* * * 1/2

Assoiffés. Texte: Wajdi Mouawad. Mise en scène et collaboration au texte: Benoît Vermeulen. Avec Philippe Thibault-Denis, Francis La Haye et Rachel Graton. Au Théâtre Denise-Pelletier, jusqu'au 25 février.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer