Michel Barrette: le bon enfant qui ne veut pas vieillir

L'humoriste et comédien Michel Barrette présentait, mardi, la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

L'humoriste et comédien Michel Barrette présentait, mardi, la première montréalaise de son 11e spectacle solo, Drôle de vie, à la salle du Gesù.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste et comédien Michel Barrette présentait, mardi, la première montréalaise de son 11e spectacle solo, Drôle de vie, à la salle du Gesù. Un spectacle où l'artiste de 58 ans - qui refuse de vieillir - fait croire qu'il en a 60!

Michel Barrette ne veut pas vieillir. Il a tant à dire, tant à écrire, tant à jouer, tant à faire encore. Alors, il y avait un peu de nostalgie, mardi, dans ce 11e spectacle solo intitulé Drôle de vie. Mais comment ne pas avoir un regard attendri sur le passé quand il a été si chargé, si animé, si rapide, si gratifiant...

Michel Barrette restera, de toute façon, jusqu'à son dernier souffle un éternel bon enfant. À peine arrivé sur scène, il niaise avec les spectateurs, pique le cellulaire de l'un et les lunettes de l'autre. Il parle de son grand-père, «un grand conteur». Il a de qui tenir. Il aborde la loterie américaine Powerball de 2 milliards. Il l'aurait bien gagnée, dit-il, et aurait été fier de le déclarer à la douane canadienne. «Tu peux me fouiller et prendre ton temps, lance-t-il au douanier invisible. Je viens d'être en vacances!» 

Il annonce ensuite un mensonge. «J'ai 60 ans cette année!» Mais c'est pour mieux passer en revue toutes les étapes de la vie et détailler la composition du public selon son âge. Ça lui a ainsi permis de se moquer d'un adolescent de 16 ans. «Un ado, c'est comme un meuble IKEA, mais que t'as monté sans le plan! Ça fait 6 pieds 2 et ça pèse 83 livres, une asperge! T'as un char? Une Ford Focus 2004! T'as une blonde? Non? Te demande pas pourquoi!» 

Michel Barrette raconte, marche de long en large, s'apprête à s'asseoir sur sa chaise de grand-père, mais se relève pour se lancer dans une autre anecdote. Inarrêtable!

Durant 1 h 30 min sans entracte, il ne boira pas une seule goutte d'eau de la bouteille qu'on a placée près de sa chaise...

Avec les 20-30 ans, il évoque leur premier appartement, «quand on mange de la bière tellement qu'on est pauvre»! Pour les trentenaires, il parle de la stabilité qui s'installe. «Même job, même blonde, voyages, amis, et les enfants... et là, tes vacances disparaissent, ton argent disparaît et tes amis disparaissent!»

Même principe pour la quarantaine, la cinquantaine, la soixantaine. Il parle de son découragement de vieillir. «Tu te mets à douter de tout: est-ce que chu bien dans ma job? Est-ce que chu bien dans mon char? Est-ce que chu bien dans ma blonde?» 

Puis, il évoque ses 33 ans de carrière, sa période Hi! Ha! Tremblay, se met à chanter 30 secondes du Temps d'une dinde. Pas plus. Il ne veut rien savoir de reprendre son personnage légendaire.

Baisse de régime

La fin du spectacle est un peu moins dynamique. Ses débuts à Montréal et le numéro de son dentiste sont moins solides. Michel Barrette a ouvert un Comedy club francophone à Old Orchard. Ça lui permet de parler du temps qu'il a passé là-bas, l'été, quand il était jeune.

Puis, il revient au thème de la vieillesse, le fait qu'il fera bientôt la couverture du magazine Le Bel Âge et l'hommage que Juste pour rire lui rendra l'été prochain. Il n'en démord pas. «Je veux pas vieillir. Je ne me sens pas vieux, mes enfants me trouvent cool

On les comprend. Michel Barrette parle de l'âge d'or avec les mots d'un grand-père branché ou d'un gamin qui serait trop mature. Comme un copain qu'on ne se lasse pas d'écouter, parce qu'il est drôle, et à qui l'on pardonne, finalement, de s'épancher sur notre destin à tous. Même si le but d'une telle soirée serait justement de ne pas trop y penser... Drôle de thème!  

_____________________________________________________________________________

Prochains spectacles: à Saint-Marc-sur-Richelieu demain, à Saint-Jérôme le 18 février, à Sainte-Foy le 7 mars et à Sherbrooke le 11 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer