Créatures: elle danse avec son violon

Marie-Hélène da Silva dans la pièce Créatures, présentée... (PHOTO CAROLINE ROBINEAU, FOURNIE PAR LA MAISON THÉÂTRE)

Agrandir

Marie-Hélène da Silva dans la pièce Créatures, présentée à la Maison Théâtre.

PHOTO CAROLINE ROBINEAU, FOURNIE PAR LA MAISON THÉÂTRE

La PresseJosée Lapointe 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Depuis 35 ans, la compagnie de théâtre Le moulin à musique offre des pièces musicales aux enfants. Créatures, sa nouvelle création présentée à la Maison Théâtre, est même carrément sans parole et réussit à donner une incarnation aux choses et aux émotions.

Construit comme un joli poème, Créatures, écrit et mis en scène par Joël da Silva, est porté avec une grande générosité par Marie-Hélène da Silva, violoniste et comédienne qui fait littéralement corps avec son instrument, danse, bouge et joue avec lui.

Avec des chapeaux comme uniques accessoires, qui sont accrochés de chaque côté de la scène sur des lutrins - c'est le seul élément de décor, avec un abat-jour accroché au plafond au centre de la scène et qui monte et descend selon les besoins -, l'interprète incarne la tristesse, la joie, la mélancolie, la peur...

Elle manipule ainsi son violon, qu'elle ne lâche jamais, de toutes les manières possibles. Avec ou sans archet, sous le menton, appuyé sur son ventre ou déposé sur une table, elle en pince les cordes comme une guitare ou l'utilise comme métronome. Elle en tire des sons de toutes sortes, pour se transformer en marionnette de bois qui grince, en poupée mécanique déréglée qui bloque toujours sur les mêmes notes... Les possibilités semblent infinies, en fait.

Vaste répertoire musical

À ses côtés, la pianiste Solène Derbal contribue à l'ambiance sonore, jouant une pièce de Satie ou une chanson de Vian. Valses, danses irlandaises, menuets: le répertoire des deux musiciennes est vaste, et le violon se colle parfois au piano, et fait parfois cavalier seul du côté de l'imaginaire.

Le résultat est surprenant, peut-être un peu déstabilisant parfois - il ne faut pas essayer de trouver un sens au spectacle, chaque tableau ayant sa vie propre, mais plutôt se laisser bercer par les émotions véhiculées. Les enfants peuvent ainsi se familiariser avec plusieurs types de musique et aussi apprivoiser le silence, et sont probablement plus en mesure que les adultes de suivre le chemin plein de détours proposé par Créatures.

Ce spectacle, c'est aussi pour tous l'occasion d'admirer le travail tout en douceur de Marie-Hélène da Silva, dont la fluidité des gestes, à la fois précis et aériens, n'a d'égal que le grand talent de violoniste. Une magnifique interprète.

* * *

Créatures. Écrit et mis en scène par Joël da Silva. À la Maison Théâtre jusqu'au 17 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer