Les 10 ans de Traces des 7 doigts de la main

Dix ans après sa création à Montréal, Traces... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dix ans après sa création à Montréal, Traces des 7 doigts de la main sera présenté 60 fois au Théâtre Bobino de Paris dès ce soir.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 7 doigts de la main reprennent leur spectacle-vedette Traces au Théâtre Bobino de Paris pour une série de 60 représentations dès ce soir. Pour souligner les 10 ans de ce spectacle vu par plus de 1 million de spectateurs, La Presse propose un survol des moments marquants de cette création unique en cirque contemporain.

Création à Montréal (2006)

Cinq jeunes interprètes se révèlent progressivement au public dans un espace vide. Sans décor ni costume ni maquillage. Qui sont-ils? D'où viennent-ils? À quoi aspirent-ils? Ces pros de la prouesse se livrent à micro ouvert dans une forme acrobatique théâtrale. Mis en scène par Gypsy Snider et Shana Carroll, Traces aborde le thème de la création. Dans un contexte d'urgence où le temps nous glisse... entre les doigts. Cette pièce acrobatique intime et émouvante propulse les 7 doigts et inspire de nombreux artistes de cirque. Une deuxième équipe de Traces est rapidement mise sur pied, mais avec sept interprètes.

Premier show sans les fondateurs

Loft, premier spectacle des 7 doigts de la main, présenté en 2002, était défendu sur scène par les sept cofondateurs de la troupe: Gypsy Snider, Patrick Léonard, Shana Carroll, Sébastien Soldevila, Samuel Tétreault, Isabelle Chassé et Faon Shane. Traces, deuxième spectacle des 7 doigts, est la première pièce qui ne met pas en vedette ses membres fondateurs. Un geste que le directeur général, Nassib El-Husseini, a toujours qualifié d'audacieux et de déterminant pour la compagnie. Au cours des 10 dernières années, au moins 6 équipes de Traces ont été formées. La compagnie compte 1850 représentations au compteur.

Festival d'Édimbourg (2007)

Le Festival d'Édimbourg peut avoir un impact considérable sur le succès d'un spectacle, entre autres parce que la plupart des programmateurs, directeurs de festival et producteurs européens s'y trouvent. Traces a été sacré l'une des cinq meilleures productions du festival en 2007, ce qui relève de l'exploit quand on considère l'offre de plus de 2000 spectacles. Les 7 doigts ont alors établi un contact avec le diffuseur français Blue Line et convaincu le producteur américain Tom Gabbard de programmer la pièce à Charlotte, puis à New York. Traces a de nouveau été présenté à Édimbourg l'été dernier.

L'aventure new-yorkaise (2011)

Les 7 doigts ont préparé leur offensive à New York avec soin. Quatre ans après avoir présenté Traces au petit New Victory Theatre (en 2007), la compagnie de cirque élit domicile au Union Square Theatre, un théâtre de 500 places, off-Broadway, mais immensément populaire. La troupe présente un extrait de son spectacle à America's Got Talent. Le succès de Traces est instantané. Les 7 doigts tiennent l'affiche pendant un an et demi et le Time citera Traces comme l'un des 10 meilleurs spectacles de l'année.

La résidence à Berlin (2006)

Peu après la création montréalaise, les 7 doigts de la main ont présenté Traces pendant trois mois au Théâtre Chamäleon de Berlin, où le spectacle a été peaufiné. Cette série de 78 représentations en Allemagne a été suivie par une tournée européenne qui a notamment mené l'équipe à Sadler's Wells, en Angleterre, et à La Cigale à Paris. Le succès de cette résidence allemande de trois mois a permis aux 7 doigts de la main de remettre ça en 2012 en présentant une nouvelle version de leur premier spectacle, Loft, au Chamäleon pendant six mois.

Le fameux fauteuil de Traces

Difficile d'isoler les moments forts de cette pièce où tout est parfaitement lié. Mais celui-ci, créé par Héloïse Bourgeois en 2006 - l'unique fille de Traces -, sortait du lot. L'artiste de cirque apparaît sur un fauteuil inclinable, livre en main. Pendant tout le numéro, la jeune femme multiplie les acrobaties dans son fauteuil, sans jamais abandonner sa lecture. Le numéro a été repris par toutes les filles de Traces, mais on l'a également vu dans des festivals et des événements comme La nuit blanche. Le fameux «Lazy Boy», trouvé dans une ruelle avant d'être restauré, a plus tard été aperçu dans le spectacle Intersection.

La finale aux anneaux chinois

Ce numéro, qui clôt le spectacle, demeure l'un des moments emblématiques de la pièce. D'abord parce qu'on entend le tic tac du temps qui passe, thème central de la pièce. Mais surtout parce que pendant que les artistes de cirque multiplient les plongeons à l'intérieur de ces anneaux déposés les uns sur les autres, une tension s'installe dans la salle, provoquée par la chute des artistes qui ne réussissent pas toujours leurs sauts, mais qui se reprennent toujours. Comme dans la vie.

L'aventure se poursuit

Traces est LE spectacle des 7 doigts qui a ouvert le plus de marchés, estime Nassib El-Husseini. Le directeur général de la compagnie cite en exemple Toronto, un marché qu'il a eu de la difficulté à percer. Grâce au succès de Traces, les 7 doigts ont pu y présenter d'autres spectacles comme Cuisine et confessions. Dix ans plus tard, l'aventure se poursuit. Après la série française au Théâtre Bobino, Traces continuera de tourner en Europe. La pièce sera présentée à Shanghai, en Chine, à l'été 2016. Au total, 38 artistes de cirque sont passés par Traces, une sorte de sceau de qualité dans le milieu du cirque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer