Le monde est fou: le Cirque de Beau Dommage!

Michel Hinton, Réal Desrosiers, Marie Michèle Desrosiers, Robert... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Michel Hinton, Réal Desrosiers, Marie Michèle Desrosiers, Robert Léger, Michel Rivard et Pierre Huet.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Cirque du Soleil a dévoilé hier quelques bribes de son spectacle-hommage à Beau Dommage, en présence des membres du mythique groupe rock des années 70. Le monde est fou, titre extrait de la chanson Le géant Beaupré, est le premier de trois spectacles exclusifs que présentera le Cirque dans le nouvel amphithéâtre extérieur de Trois-Rivières à partir du 15 juillet.

La conception de ce spectacle acrobatique de 75 minutes a été confiée au metteur en scène Jean-Guy Legault (Rhinocéros, Théâtre extrême) et à la scénographe Geneviève Lizotte, bien connue du milieu théâtral, qui fait ici une première incursion dans le monde du cirque. La pièce ne racontera pas l'histoire du groupe, mais cherchera à évoquer son « imaginaire » à travers ses chansons.

« On a confiance dans cette équipe qui va se servir de ces humbles chansonnettes que nous avons commises il y a quelques années, a lancé Michel Rivard. Quand on nous rend hommage, on a le goût de s'asseoir et de regarder les surprises qui vont nous être dévoilées. On va être fébriles, c'est sûr. Peut-être pas autant que les artistes de cirque qui vont risquer leur vie, mais on va être très fébriles quand même ! »

La figure de proue de Beau Dommage était entourée de ses ex-acolytes Marie Michèle Desrosiers, Réal Desrosiers, Michel Hinton, Robert Léger et du parolier Pierre Huet. Seul Pierre Bertrand était absent hier.

Le metteur en scène Jean-Guy Legault s'est fondé sur le personnage du géant Beaupré pour créer sa trame narrative. « Un gars ordinaire de huit pieds à qui on a inventé une vie », a-t-il précisé. On a aussi voulu jouer sur les deux tableaux de la forêt et de la ville. 

« On évoque cette dualité qui montre à la fois notre attachement à nos racines, mais cette volonté d'être ancré dans la modernité. » - Jean-Guy Legault, metteur en scène

Le personnage du géant Beaupré cherchera à impressionner sa « Ginette » à travers une quinzaine de tableaux. Ils seront incarnés sur scène par les clowns Philibert Hébert-Filion et Ariane Cabana qui se sont présentés, hier, dans des vêtements typiques des années 70 en personnifiant les chanteurs Michel Rivard et Marie Michèle Desrosiers. Une vingtaine d'artistes de cirque les entoureront.

Le directeur musical Jean-Phi Gonçalves, membre du groupe Plaster et proche collaborateur d'Ariane Moffatt, a remixé une douzaine de pièces du groupe, provenant essentiellement des deux premiers albums de Beau Dommage, sortis en 1974 et 1975. Outre le Géant Beaupré, on entendra entre autres Le picbois, La complainte du phoque en Alaska, Ginette, 23 décembre, Chinatown et Le blues de la métropole.

Jean-Phi Gonçalves, qui a créé avec Alex McMahon la trame musicale de la pièce iD du Cirque Éloize en 2011, s'est servi des bandes originales du groupe pour construire l'univers musical du Monde est fou. « Ce sont des arrangements, a-t-il dit. Je voulais que ce soit très respectueux du band, de ses harmonies de voix et de ses compositions musicales. »

Il n'a jamais été question pour le groupe de jouer sur scène. « On a vraiment fait nos adieux sur scène en tant que groupe, a indiqué Michel Rivard. Dès le départ, la proposition était de permettre l'utilisation de nos chansons sans notre participation. »

« C'est un geste de confiance qu'on fait au Cirque. Comme je dis souvent, quand quelqu'un nous prépare un party d'anniversaire, on ne se mêle pas de la couleur du gâteau ! » - Michel Rivard

Évidemment, on pense spontanément au spectacle LOVE, que le Cirque a créé à Las Vegas en hommage aux Beatles, mais outre l'utilisation de bandes originales, les comparaisons s'arrêtent là. « Ce n'est pas un projet de la même envergure, a indiqué Michel Rivard. Ils ont travaillé pendant six ans avec les membres survivants du groupe à remanier les bandes originales. Ce n'est pas notre cas. »

La scénographe Geneviève Lizotte a voulu créer un « écrin » pour permettre aux spectateurs de voyager dans les univers suggérés par les chansons de Beau Dommage. « L'environnement est très intéressant, parce que l'amphithéâtre est à mi-chemin entre le chapiteau et la salle de spectacle à l'italienne. Il y aura des miroirs pour donner un effet de profondeur au décor. Ce sera un palais des glaces ! »

Tous les membres de la distribution répéteront dans le nouvel amphithéâtre de 3500 sièges à partir du 12 juin. La Corporation de l'Amphithéâtre n'est pas peu fière de son entente avec le Cirque du Soleil. La Ville de Trois-Rivières évalue les retombées économiques de sa présence à près de 12 millions. D'autant plus que la Cité de l'Énergie, également dans la région de la Mauricie, présentera elle aussi un spectacle, Dragao, une aventure d'Amos Daragon.

À l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, du 15 juillet au 15 août

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer