: la scène de combat réintégrée

Le numéro Battle Scene de Kà met en... (Photo: AP)

Agrandir

Le numéro Battle Scene de met en vedette 13 interprètes qui se livrent un combat sur la scène placée en position verticale.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La scène de combat de , dans laquelle l'artiste aérienne Sarah Guillot-Guyard a perdu la vie il y a près d'un an et demi, sera réintroduite de façon définitive dans le spectacle du Cirque du Soleil à partir du 12 décembre, a appris La Presse.

Hier, au théâtre de l'hôtel MGM de Las Vegas, où est présenté depuis huit ans, le Cirque a convié les médias locaux pour leur présenter le numéro aérien en question, qui avait été retiré du spectacle à la suite du tragique accident.

«Il était important pour nous de réintégrer ce numéro, a indiqué la porte-parole du Cirque, Renée-Claude Ménard, jointe hier à Las Vegas. D'abord parce que c'est un numéro critique dans le déroulement du spectacle et ensuite parce que nous sommes convaincus qu'il est sécuritaire.»

Le numéro d'environ 8 minutes baptisé Battle Scene, présenté en fin de spectacle, met en vedette 13 interprètes qui se livrent un combat sur la scène placée en position verticale. Ils portent tous des harnais de sécurité retenus par des câbles - activés par les artistes.

Le 29 juin 2013, en pleine représentation, le câble de Sarah Guillot-Guyard a été sectionné, ce qui a projeté l'artiste de 31 ans dans le vide. Une chute mortelle de près de 30 mètres qui ne lui a laissé aucune chance.

La jeune femme d'origine française, mère de deux enfants âgés de 5 et 8 ans, est morte peu de temps après, en route vers l'hôpital. Le spectacle a été suspendu pendant 17 jours avant de reprendre l'affiche, mais sans la scène de combat.

Erreur humaine

Le Cirque a toujours été d'avis que cet accident était le résultat d'une erreur humaine, même si la direction a revu l'ensemble des protocoles de sécurité de ses spectacles, «afin de s'assurer qu'ils étaient respectés».

«Sarah a fait deux fausses manoeuvres qui l'ont fait dévier de sa trajectoire, a affirmé Renée-Claude Ménard. Dans son ascension, elle a frappé le bord d'une plateforme aérienne, ce qui a provoqué une pression additionnelle sur son câble, qui a finalement cédé.»

Pour renforcer l'équipement des artistes aériens, afin de «réduire les risques potentiels», mais aussi pour «donner confiance aux acrobates», le Cirque a mis en place un nouveau système de treuil à deux câbles.

Le Cirque disculpé

À la suite de l'accident mortel de Sarah Guillot-Guyard, une enquête avait été confiée à l'Agence américaine de prévention des blessures au travail (OSHA).

À l'automne 2013 les enquêteurs ont blâmé le Cirque du Soleil dans un rapport sévère, estimant qu'il y avait «de nombreuses lacunes dans ses mesures de sécurité» et que l'artiste de cirque «n'était pas suffisamment bien formée».

Six avis d'infraction ont été envoyés au Cirque et trois à l'Hôtel-Casion MGM, qui ont reçu une amende totalisant près de 30 000$. Mais le Cirque a contesté les conclusions du rapport de l'OSHA et porté la décision de l'organisme en appel. Au final, un seul avis d'infraction a été retenu, lui valant une amende de 7000$.

«Nous leur avons expliqué dans le détail toutes les procédures qui étaient déjà en place pour assurer la sécurité de nos artistes, a indiqué Renée-Claude Ménard. À la fin de ce processus, ils ont annulé les avis d'infraction. Sauf un, concernant l'ajout d'une barrière de sécurité pour les techniciens.»

Toute la communauté circassienne avait été bouleversée par la mort de Sarah Guillot-Guyard à l'été 2013. C'était la première fois qu'une artiste de cirque perdait la vie dans un spectacle du Cirque du Soleil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer