Fabrice Luchini : l'amour des mots

Fabrice Luchini vient de lancer Variations, un coffret DVD et CD de ses... (Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Partager

Fabrice Luchini vient de lancer Variations, un coffret DVD et CD de ses lectures de La Fontaine vues et entendues par un million de spectateurs, en France et ici. Dans un entretien accordé à La Presse, le comédien confesse son amour du Québec et son inquiétude devant la «très grande agressivité» qui règne en France. «La moindre contrariété entraîne comme réponse: Va te faire enculer», dit-il.

Avec 35 000 exemplaires vendus, le coffret Variations de Fabrice Luchini connaît un honnête succès en France. La récitation théâtrale de Jean de La Fontaine et de Charles Baudelaire n'est pourtant pas ce qu'il y a de plus populaire dans l'Hexagone. «C'est gigantesque pour ce DVD un peu pointu», dit Fabrice Luchini.

Quand La Presse lui a téléphoné à Paris, le comédien répétait un extrait d'Une heure de tranquillité, une comédie de Florian Zeller dans laquelle il sera en tête d'affiche au Théâtre Antoine à partir du 22 février. Un peu dérangé dans son travail, il s'est montré affable et enchanté de parler «avec le Québec».

Fabrice Luchini aime beaucoup le Québec. Il ne manque pas une occasion de le rappeler. Honoré par l'accueil qui lui a été réservé à Montréal en 2006 et 2009, il en conserve de bons souvenirs et dit qu'il a tenu à ce que son coffret sorte au Québec.

«Un des compliments les plus bouleversants dans ma vie d'acteur a été fait par votre ancien premier ministre Bernard Landry, à la fin de mon spectacle sur La Fontaine, à Montréal, confie-t-il. Il m'a dit quelque chose qui avait dépassé ma petite personne: Être à la représentation ce soir et comprendre tout ce qu'a dit ce génie d'écrivain, c'est le résultat de dizaines et de dizaines d'années de lutte pour notre identité. Ça donnait une dimension gigantesque à mon spectacle. J'ai trouvé, chez vous, une ferveur unique et un lien très fort avec la langue française.»

De Jean de La Fontaine, Fabrice Luchini aime les mots, le sens des mots, la musique des vers et le style qui glorifie notre langue. «Quand il n'y a plus la langue, il y a la barbarie, dit-il. En France, il y a en ce moment une très grande régression et une très grande agressivité.

La moindre contrariété de quelqu'un qui utilise sa Vespa sur le trottoir entraîne comme réponse: Va te faire enculer. Il y a quelque chose de très barbare. Et moi qui suis émerveillé par l'agencement des mots chez La Fontaine comme par la phrase musicale chez Bach ou Mozart...»

Fabrice Luchini estime que la création de son coffret est «un acte de résistance».

«Je n'ai pas voulu en faire une affaire commerciale. J'ai voulu que les meilleurs designers français, Kuntzel+Deygas, le réalisent pour qu'il soit beau. Je l'ai mis dans les mains d'un distributeur efficace, Because Music.»

Pour un tel hommage à la langue française, il est dommage, par contre, qu'en quatrième de couverture du coffret le texte de présentation se termine par une faute d'orthographe...

Les lectures de La Fontaine par Fabrice Luchini ont attiré un million de spectateurs. En créant ce coffret, il souhaitait en faire profiter ceux qui ne l'ont pas vu sur scène. Dans le DVD, le film réalisé par Yves Angelo montre l'intensité de la performance de Luchini, sans être une banale copie de son spectacle.

«Il n'y a rien de pire que le théâtre en cassette», dit d'ailleurs le comédien.

Yves Angelo a pris, pour une même fable, le début du premier jour de représentation, le milieu du troisième et la fin du deuxième. Ainsi, il restitue la manière dont le comédien s'empare d'un vers, répétant la phrase plusieurs fois pour communiquer «l'éblouissement qu'elle produit» et faisant, ici et là, des digressions sur Céline, Rabelais ou Nietzsche.

«Variations, c'est l'histoire de quelqu'un qui fait ses gammes, dit-il. C'est un accompagnement de cet écrivain génial que les Français connaissent très mal parce que le drame de ce poète, c'est qu'on l'a foutu chez les gamins de sept ans! On l'a foutu à l'école alors que c'est d'une nostalgie, d'une drôlerie, d'une vivacité qui n'a rien à voir avec ce qu'on en a fait: un fabuliste pour enfant. La Fontaine, c'est le moment de l'histoire de la France où la langue atteint son paroxysme, une des périodes culminantes du génie français.»

Fabrice Luchini n'a pas l'intention, pour le moment, de reprendre ses lectures solitaires. La pièce de Zeller va l'occuper «pendant deux ans». Le film Alceste à bicyclette, de Philippe Le Guay, dans lequel il joue avec Lambert Wilson, vient de sortir sur les écrans français.

«Peut-être que je ferai avec Philippe Le Guay une adaptation théâtrale d'Alceste à bicyclette, indique-t-il. Ce sera encore sur le XVIIe siècle et la langue de Molière. Je viendrai la présenter un jour au Québec. Et l'après-midi, je ferai mes lectures...»

Fabrice Luchini en bref

- Né à Paris le 1er novembre 1951.

- A tourné dans 56 longs métrages et joué dans 17 pièces.

- Ses derniers films

- Ses derniers films :

> Astérix et Obélix au service de Sa Majesté (2012), réalisé par Laurent Tirard. Sur les écrans à Montréal le 22 février.

> Dans la maison (2012), de François Ozon. Sur les écrans à Montréal le 22 mars.

> Alceste à bicyclette (2013), de Philippe Le Guay. Sorti à Paris le 16 janvier et au Québec le 3 mai sous le titre Molière à bicyclette.

- Théâtre

> En 2013: Une heure de tranquillité de Florian Zeller, mise en scène de Ladislas Chollat. Première à Paris le 22 février.

> De 2005 à 2011: lectures solitaires en Europe et au Québec de textes de La Fontaine, Paul Valéry, Roland Barthes, Molière, Charles Baudelaire, Victor Hugo, Friedrich Nietzsche, Charles Péguy, Arthur Rimbaud, Philippe Muray, Chrétien de Troyes et Louis-Ferdinand Céline.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer