Céline Dion: les hauts et les bas de 2016

L'année 2016 de Céline Dion, qui s'est amorcée... (Photo Philippe Lopez, archives Agence France-Presse)

Agrandir

L'année 2016 de Céline Dion, qui s'est amorcée le 14 janvier avec la mort de son mari René Angélil, aura été bien remplie: retour sur scène, enregistrement puis lancement de l'album Encore un soir, tournée de spectacles et plusieurs apparitions à la télé.

Photo Philippe Lopez, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand nous lui avons parlé, vendredi en fin de journée, Céline Dion venait de s'entretenir avec son conseiller artistique Gilles Ste-Croix, dont le fils Olivier Rochette a perdu la vie sur le site d'un spectacle du Cirque du Soleil, mardi dernier à San Francisco. La veille, à l'occasion d'un Facebook Live, elle avait dit à ses fans que l'année qui se termine avait eu ses hauts et ses bas pour elle.

«Je ne veux pas en rajouter, mais c'est la réalité: 2016 a été une année assez difficile pour tout le monde, nous a dit la chanteuse au téléphone. Leonard Cohen, David Bowie, Prince, ça n'arrête plus. Souhaitons-nous que 2017 soit beaucoup plus... fleurie, plus douce, plus calme. La paix, quoi.»

Cette année difficile qui, pour elle, s'est amorcée le 14 janvier avec la mort de son mari René Angélil, aura été bien remplie pour l'artiste: retour sur scène à Las Vegas dès le mois suivant, enregistrement puis lancement de l'album Encore un soir, tournée de spectacles en Europe et au Québec, plusieurs apparitions à la télé, en France, aux États-Unis et chez nous.

«J'ai été super active, et c'est ce que René aurait probablement souhaité, répond Céline Dion. Le fait d'avoir travaillé, d'avoir été occupée, m'a vraiment beaucoup aidée à ne pas vivre seulement dans le deuil. C'est sûr qu'au temps des Fêtes, spécialement cette année, c'est un peu plus sensible, mais c'est aussi du bonheur parce que mes enfants vont bien.» 

«Si René était là, et je sais qu'il est avec nous, je pense qu'il serait super fier de ce qu'on a accompli et qu'on continue de faire. Moi, en tout cas, je suis très contente et je me sens vraiment forte.»

Oui, Céline Dion a beaucoup travaillé en 2016, mais c'était toujours de plein gré, ajoute-t-elle.

«Quand j'ai pris l'avion pour Montréal et que je suis allée chercher le Félix, ç'a été dur. Je suis tombée malade peu après ce voyage aller-retour et j'ai dû annuler cinq spectacles, mais René le méritait, ce trophée-là.»

Dure rentrée au Colosseum

Quand elle est retournée sur scène le 23 février, un mois à peine après les funérailles de son mari, elle a dit au public du Colosseum que ç'avait été le spectacle le plus difficile de sa carrière. Ce soir-là, en chantant All by Myself, sa voix l'a trahie et elle a craqué.

«Je communique beaucoup avec les gens à travers les chansons et par les regards, et je les sentais fébriles, se souvient-elle. De temps en temps, il y a un motton qui passe et il faut le dire pour vivre et avancer. On ne guérit pas de ça, mais on apprend à vivre d'une autre façon. Alors, oui, ç'a été probablement le spectacle le plus difficile avec la première fois que mon fils René-Charles est venu me voir chanter, quand il avait à peu près 5 ans. Avant ça, il ne voulait pas que je chante, et ce soir-là, c'était comme s'il était prêt à partager sa mère avec le reste du monde.»

Céline Dion paraissait particulièrement fébrile elle aussi lors du Facebook Live de jeudi dernier. Elle avait eu un coup de foudre pour la chanson Winter Song de Sara Bareilles et Ingrid Michaelson qu'elle tenait à partager tout de suite avec ses fans en guise de cadeau de Noël.

«Quand je l'ai écoutée, je me suis dit: "c'est à moi, cette chanson-là": December never felt so wrong... En revenant du studio ce soir-là, je l'ai apprise.»

«Moi, quand j'aime une toune, je l'apprends en quatre secondes. Mais quand est venu le moment de la chanter [pour le Facebook Live], j'étais tellement énervée! Au Colosseum, je chante devant 4300 personnes et je ne suis pas nerveuse. C'est home, sweet home. Mais là, j'étais en studio avec quatre personnes et j'étais en train de devenir folle. J'entendais mes genoux claquer.»

Un album pas avant la fin de 2017

C'est dans ce même studio, à Las Vegas, qu'elle a commencé récemment à travailler à son prochain album en anglais avec le réalisateur Humberto Gatica.

«Avec les gens de Sony, on essaie les chansons qu'on a reçues pour décider si on les prend ou si on les rejette, explique son imprésario Aldo Giampaolo. C'est un processus qui peut durer de quatre à six mois. On espère que l'album sera prêt à la fin de 2017. Il faut être très sélectifs et ne pas précipiter les choses.»

«Je suis super excitée parce que même si ça peut paraître un peu drôle à dire, ça ne m'est pas arrivé souvent d'avoir du temps, renchérit Céline Dion. J'ai une super belle équipe, on se fait des jam sessions et on essaie des choses en studio: "OK, monte-moi ça de trois tonalités!" », ajoute-t-elle en poussant une note suraiguë dans le combiné.

Depuis le 26 novembre, Céline Dion a pris congé du Colosseum, où elle ne doit retourner que le 17 janvier. En principe, elle jouit donc depuis vendredi de six semaines de vacances, une période inhabituellement longue pour elle.

«Non, non, la semaine prochaine, je retourne en studio pour essayer d'autres chansons, corrige-t-elle. Mais tranquillement. Je ne veux plus faire 22 chansons en un mois.»

N'allez pas vous imaginer pour autant que Céline Dion va se la couler douce en 2017. En plus de cet album en devenir, il y a dans son agenda les 70 spectacles qu'elle doit donner chaque année au Colosseum et des négociations sont engagées en prévision d'une tournée estivale en Europe qui, cette fois, ne se limiterait pas aux pays francophones.

Par contre, elle ne reviendra pas chanter au Québec au cours des 12 prochains mois. Elle ne sera pas du spectacle au Centre Bell pour fêter Montréal le 17 mai, puisqu'elle chantera au Colosseum ce soir-là. Il ne faut pas s'attendre non plus à ce qu'elle participe à un autre événement dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal. Tout ce qu'on lui a proposé à ce jour entrait en conflit avec une autre activité déjà prévue à son agenda, nous a dit Aldo Giampaolo.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer