Céline Dion à Las Vegas: un nouveau souffle

Quand Aldo Giampaolo a accepté d'aller travailler avec Céline Dion et René... (PHOTO JORDAN STRAUSS, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO JORDAN STRAUSS, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Aldo Giampaolo a accepté d'aller travailler avec Céline Dion et René Angélil à l'été 2014, c'était pour épauler son ami René, opéré pour un cancer de la gorge l'hiver précédent.

Giampaolo ne se doutait pas alors que la chanteuse annulerait une tournée asiatique et tous ses concerts à Las Vegas parce que le cancer de son mari était réapparu.

«Je suis arrivé en poste le 1er août et, deux semaines plus tard, Céline a tout arrêté. René avait encore des problèmes de santé. Je savais dans quoi je m'embarquais et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils m'ont approché. Mais à ce moment-là, effectivement, je ne savais pas [qu'elle annulerait tout]», nous a confié Aldo Giampaolo dans une longue entrevue téléphonique plus tôt cette semaine.

La décision de quitter Québecor où, à titre de grand patron du Groupe Sports et divertissement, il supervisait la construction du Centre Vidéotron de Québec, a été prise en 48 heures: «Ç'a été bang, bang, bang! Je viens de compléter mon déménagement à Las Vegas il y a deux semaines et j'ai encore la moitié d'un camion de 53 pieds qui s'en vient.»

Giampaolo ne prévoyait pas non plus qu'en décembre dernier, il allait être opéré pour des maux de dos majeurs. «Je ne pouvais plus marcher. Ce n'était pas rose, notre affaire: Céline qui arrêtait tout, René et sa maladie, et moi qui étais estropié. On a vécu des moments difficiles en partant.»

René a exigé le retour de Céline

Déjà opéré à deux reprises pour un cancer de la gorge, en 1999 et en 2013, René Angélil a dû se soumettre à une série de traitements, à Las Vegas d'abord, puis à Boston, pendant sept semaines cet été.

Si son mari est toujours malade, pourquoi Céline Dion recommence-t-elle à donner des spectacles à Las Vegas?

Giampaolo nie que le Caesars Palace ait fait pression pour que Céline Dion revienne chanter dans ce théâtre qu'il a construit pour elle.

«René voulait qu'elle revienne, dit-il. Céline aime chanter, c'est sa profession, sa passion. Pour René, il fallait qu'elle retourne sur la scène plutôt que de rester seulement à ses côtés. Il a exigé qu'elle revienne pour lui.»

René Angélil a eu son mot à dire dans les changements apportés à ce spectacle créé en mars 2011, mais renouvelé en prévision de sa deuxième vie.

«René a participé à toutes les décisions créatives comme il l'a toujours fait, dit Giampaolo. Ce show revampé, c'est le show de René et Céline. Tout part de là.»

Céline Dion reprendra donc à compter de jeudi les spectacles qu'elle a dû annuler au cours de la dernière année, pour honorer le contrat qu'elle a signé avec le Caesars Palace, qui va jusqu'à la fin 2019.

«Déjà les trois premiers spectacles sont à guichets fermés. Il ne reste pas beaucoup de billets, on en cherche nous-mêmes», précise Aldo Giampaolo.

Des échanges importants

Cette pause involontaire d'un an a permis au nouveau patron Aldo Giampaolo de procéder à des changements dans l'équipe tricotée serré de Céline Dion qui ont fait du bruit.

En mars, il a annoncé à quatre musiciens, dont Claude «Mégo» Lemay, directeur musical depuis 28 ans, que leurs contrats ne seraient pas renouvelés. Un cinquième, le bassiste Marc Langis, est parti par la suite pour aller diriger le Conservatoire de Gatineau.

«C'était pas juste les musiciens, d'autres personnes ont écopé, indique Giampaolo. J'ai fermé le bureau de Toronto et j'ai fait des changements globaux. Je n'ai pas fait ça pour le fun, mais pour donner un nouveau souffle à toute l'organisation, y compris Céline. Au hockey, on procède souvent à des échanges importants, pas parce que les joueurs ne sont plus bons, mais parce qu'il faut changer la chambre.»

Giampaolo fait une pause, puis reprend: «On devient tous complaisants dans la vie et dans notre travail. Moi-même, j'ai été 17 ans chez le Canadien et c'est sûr qu'à mes dernières années, j'étais complaisant. Je suis humain. Mais les gens dans ma position doivent se lancer des défis pour s'assurer de ne pas tomber dans ce piège. Je ne dis pas que Mégo n'était plus passionné, mais plutôt que le renouveau, c'est excitant.

«Moi, quand je suis parti du Centre Bell pour aller au Cirque du Soleil, puis du Cirque à la division Sports et divertissement chez Québecor, je pouvais traverser des murs. Cette passion du début est importante pour une organisation. Quand j'ai lancé la division Spectacles du Centre Molson, je suis allé chercher [le programmateur en chef] Nick Farkas, qui fait Osheaga aujourd'hui, et j'ai fait engager Jacques Aubé [le patron actuel d'evenko]. Je ne laisse jamais une organisation en détresse.»

Une relation d'amour

Même s'il consulte «tout le temps» René Angélil et Céline Dion, Aldo Giampaolo assume l'entière responsabilité de ses décisions.

«Les deux, et je précise bien les deux, m'ont donné carte blanche. C'était clair en partant. Je n'y serais pas allé si j'avais eu les mains liées. C'est sûr que je parle à René et Céline, mais s'ils s'opposaient toujours à mes décisions, ça ne marcherait plus.»

L'une des personnes-clés dans ces changements a été Richard Laramée, qui était depuis plusieurs années l'avocat d'affaires de René Angélil et Céline Dion, et que Giampaolo a nommé directeur financier par intérim des Productions Feeling. Et les techniciens indispensables au bon rendement de la Ferrari qu'est Céline Dion se nomment Yves Aucoin, concepteur de la production, Denis Savage, directeur des opérations, et Scott Price, directeur musical.

Aldo Giampaolo est passionné par cette nouvelle aventure. Il le fallait bien pour que l'homme de 65 ans s'installe à Las Vegas avec sa femme Marianik Giffard (qui vient de démissionner de son poste de vice-présidente aux Productions J) et leurs deux jeunes enfants.

«Je n'aurais pas fait ça pour quelqu'un d'autre parce que la relation que j'ai avec René et Céline, c'est une relation d'amour, avoue Giampaolo.

«Quand René a évoqué pour la première fois, il y a cinq ans, la possibilité que je travaille avec lui, j'étais flatté, mais surtout content qu'il m'aime tant que ça. Ce n'était pas dans mon plan de carrière d'être gérant d'un artiste, mais je voyais qu'ils avaient besoin de moi et je savais que je pouvais apporter ma contribution à cette équipe.»

Un nouvel album en français

On a su la semaine dernière que Céline Dion avait enregistré un duo avec Fred Pellerin pour le film La guerre des tuques 3D. Giampaolo nous apprend que la chanteuse prépare également un nouvel album en français.

Giampaolo a d'autres projets pour son artiste dont il veut exploiter le côté lifestyle. Il cite en exemple les Kim Kardashian, Jessica Simpson, Paris Hilton et même Ellen DeGeneres, qui s'est associée à l'entreprise Tory Burch l'an dernier.

«Céline a du goût, c'est une soccer mom, elle est à l'affût de la mode féminine, de la mode des enfants, mais pas seulement la mode haut de gamme. À toutes les fêtes, c'est elle qui s'occupe de décorer la maison à l'intérieur comme à l'extérieur. Et puis Céline a fait des millions de photos.»

Giampaolo va préparer un dossier plus étoffé qu'il va soumettre à Céline Dion et René Angélil: «Je leur en ai glissé un mot et ils ne m'ont pas dit d'arrêter. Au contraire, ils me donnent le feu vert pour continuer.»

L'après-René Angélil

Giampaolo ne veut pas parler de l'après-René Angélil. «Présentement, on travaille ensemble, René et moi, et juste d'en entendre parler, ça me fait mal en dedans», répond-il.

Mais avec ses spectacles et autres projets, Céline Dion ne donne surtout pas l'impression d'une artiste qui s'apprête à tirer sa révérence.

«Non, acquiesce Aldo Giampaolo. Comme elle l'a dit dans une entrevue à Good Morning America, c'est ce qu'elle sait faire. Et elle peut combiner travail et famille. S'ils se sont installés en permanence à Las Vegas [leurs maisons en Floride et à l'île Gagnon sont toujours à vendre], c'est parce qu'elle peut faire comme n'importe quelle mère de famille qui part travailler pendant huit heures et rentre ensuite à la maison. Ses journées de congé, elle les passe avec ses enfants.»

Angélil assistera-t-il au retour de sa femme sur scène jeudi?

«J'ai toujours espoir, laisse tomber Giampaolo. Quand tu as subi ce genre de traitements, tu as des bonnes et des mauvaises journées. On verra le jour venu.»

Dans le CV d'Aldo Giampaolo

1978: Directeur des auditoriums de la Ville de Verdun.

1986: Vice-président des opérations du Forum de Montréal.

1994: Directeur exécutif des projets au nouveau Forum, rebaptisé Centre Molson, puis Centre Bell.

1996: Vice-président exécutif et directeur général du Centre Bell.

2001: Président du Groupe Spectacles Gillett, devenu evenko.

2005: Directeur général, division nouvelles entreprises, du Cirque du Soleil, où il s'occupera notamment des spectacles de tournée et d'arénas.

2013: Président et chef de la direction de Québecor Média inc., Groupe Sports et divertissement.

2014: Chef de la direction et manager associé de Céline Dion.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer