L'inarrêtable Lady Gaga

Lady Gaga n'ayant pas autorisé la présence de... (photo Darron Cummings, archives la presse canadienne)

Agrandir

Lady Gaga n'ayant pas autorisé la présence de photographes de presse à son concert au Centre Bell, nous publions une photo d'archives.

photo Darron Cummings, archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Début septembre, le jour même du concert, Lady Gaga avait dû annuler sa prestation au Centre Bell pour des raisons de santé. Vendredi soir, elle s'est rachetée en offrant aux Montréalais plus de deux heures d'extravagance ininterrompue, à l'occasion du Joanne World Tour.

UNE SUPERPRODUCTION

La théâtralité du spectacle, divisé en cinq actes, a permis à Lady Gaga de jouer sur les multiples facettes de sa musique et de sa personnalité artistique. La chanteuse a le sens de la mise en scène. Avant même qu'elle ne sorte des coulisses, un compte à rebours projeté sur un immense écran faisait monter l'effervescence dans la salle. Dans un décor démesuré, à l'image de ce à quoi nous a habitués l'artiste au fil des ans, elle a débuté sur le rock, guitare électrique à la main, avec Diamond Heart et A-Yo, pour enchaîner avec ses plus grands succès, tous plus pop les uns que les autres. Poker Face, Alejandro, Just Dance, Love Game, Telephone... Les admirateurs étaient ravis d'entendre les classiques qui ont hissé Gaga au statut de pop star renommée, livrés sans interruption. La chanteuse a pris un moment au début du spectacle pour s'adresser à ses « petits monstres », d'abord avec quelques mots en français, et s'excuser ensuite d'avoir dû annuler son concert il y a deux mois. « Je n'allais pas bien, mais je suis là, maintenant. »

UNE ÉNERGIE INTARISSABLE

Si Gaga souffre de problèmes de santé qui la fragilisent et l'ont forcée à repousser sa tournée, rien n'y paraît sur scène. La chanteuse américaine a présenté un spectacle juste, fort, marqué par une prestation vocale irréprochable, doublé d'un dynamisme indéfectible puisé on ne sait où, dans l'énergie dégagée par la foule, peut-être. Car le public du Centre Bell, hurlant, dansant, voire en pleurs pour certains, était tout aussi énergique que la jeune femme. Exécutant des chorégraphies réglées au millimètre pour chaque chanson, sa dizaine de danseurs et elle se sont donnés à fond. Au moment d'interpréter Just Dance, Love Game et Telephone, l'interprète de 31 ans a ressorti un costume rappelant celui dans lequel on l'avait découverte, il y a près de 10 ans. Un de ses nombreux changements de costume, au point qu'on perd le compte. Des projections au plafond et les jeux de lumière en passant par le décor et les jets de flammes : les meilleurs éléments scéniques ont été combinés par Lady Gaga et son équipe afin de livrer une prestation électrisante.

LADY GAGA, ARTISTE ENGAGÉE

Certains entractes étaient soulignés par de brèves vidéos mettant en vedette la chanteuse. Si le message derrière ces très courts métrages était difficile à déchiffrer, ceux-ci n'en étaient pas moins visuellement très réussis. La plus longue interruption a été consacrée à un discours concernant une cause qui a toujours été chère à l'artiste : la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ+. « Nous devons cesser de jeter des pierres à nos soeurs et à nos frères », a-t-elle exhorté la foule, avant de s'asseoir à son piano (transparent et lumineux, pour ne pas détonner avec le reste) et d'y interpréter Come to Mama, tirée de son plus récent album. Perchée sur une des scènes au milieu de la foule, elle est ensuite passée à une version adaptée au piano d'Edge of Glory, un des moments forts de la soirée. Émue, elle a livré une prestation vocale saisissante, puis a enchaîné avec Born This Way, Bloody Mary, Dancing in Circles et Paparazzi, sans jamais perdre de sa fougue.

JOANNE

Après trois ans de disette, les admirateurs de Lady Gaga ont reçu un opus d'un genre nouveau pour un retour marqué d'authenticité. L'extravagance apprivoisée de Joanne a été très bien reçue, l'album a été tout récemment certifié disque de platine aux États-Unis. Vendredi soir, la chanteuse a judicieusement alterné ses nouveaux titres et ses classiques. Loin des sonorités de son avant-dernier, ARTPOP, le cinquième album de l'auteure-compositrice-interprète contient des titres extrêmement appréciés du public. Délaissant l'extravagance au profit de son côté plus brut et naturel, Lady Gaga s'est montrée tout aussi convaincante sans artifices, sur scène. La foule montréalaise s'est délectée de l'interprétation d'Angel Down, de Joanne à la guitare acoustique et, tout particulièrement, de la très aimée Million Reasons. C'est d'ailleurs sur cette note, de nouveau accompagnée de son piano, que Gaga a clos la soirée, un autre des temps forts de ce concert. Pour peu qu'on apprécie l'oeuvre de Lady Gaga, ce spectacle s'approche d'un sans-faute sur le plan de la production et de l'exécution.

LISTE DES CHANSONS

Diamond Heart

A-Yo

Poker Face

Perfect Illusion

John Wayne

Scheiße

Alejandro

Just Dance

Love Game

Telephone

Applause

Come to Mama

The Edge of Glory

Born This Way

Paparazzi

Dancing in Circles

Angel Down

Joanne

Bad Romance

The Cure

Million Reasons




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer