L'histoire d'une chanson: Oublie-moi (Carry On)

Oublie-moi (Carry On) de Coeur de pirate est en... (Photo Yan Doublet, archives Le Soleil)

Agrandir

Oublie-moi (Carry On) de Coeur de pirate est en nomination pour la deuxième année de suite dans la catégorie de la chanson de l'année au gala de l'ADISQ, en raison de son long séjour sur les palmarès.

Photo Yan Doublet, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'ADISQ 2016

Arts

L'ADISQ 2016

Le Gala de l'ADISQ 2016 »

Tous les auteurs-compositeurs vous le diront, rien ne les passionne autant que de parler de l'acte d'écrire une chanson. Voici la petite histoire des chansons finalistes au gala de l'ADISQ racontée par ceux qui les ont créées.

Oublie-moi (Carry On)

Paroles et musique: Coeur de pirate

Interprète: Coeur de pirate

Tirée de l'album: Roses

L'étincelle

C'était une première pour Coeur de pirate. Enregistrer une chanson dans les deux langues. La version anglophone est née en premier, lors de la séance d'enregistrement que Coeur de pirate a eue à Stockholm avec le réalisateur Bjorn Yttling (du groupe Peter Bjorn and John).

«C'est une chanson qui a donné le ton à l'album et je me rappelle l'avoir traduite dans un train Eurostar qui partait de l'Angleterre pour la France», raconte Coeur de pirate. C'était à la suggestion de son directeur artistique en France.

L'inspiration

«On court à l'échec/À perte au pire/J'ai cru que tu m'aimerais pour un temps/Mais laisse-moi tomber, laisse-nous tomber», chante Coeur de pirate sur Oublie-moi (Carry On).

«C'est une chanson qui parle de transition, explique l'auteure-compositrice-interprète. De laisser une personne avec qui on vit une relation toxique. D'avoir assez d'amour-propre pour se tasser. C'est quelque chose que tout le monde a vécu.»

L'instrumentation d'Oublie-moi (Carry On) a orienté la direction musicale de l'album Roses. «Bjorn m'a dit: "Donne-moi l'après-midi pour travailler un peu dessus et reviens ensuite", raconte Béatrice Martin. Il a déconstruit des vrais sons de batterie et de synthés. C'était impressionnant.»

L'épiphanie

Si son imprésario, Éli Bissonnette, avait quelques réserves au départ, Coeur de pirate était convaincue du grand potentiel d'Oublie-moi (Carry On) - au point d'en faire le premier extrait de son album Roses.

«Même quand j'écoute les démos en solo au piano, c'était l'une des chansons dont j'étais le plus convaincue», dit Coeur de pirate.

Le clip a frappé fort lui aussi. Réalisé par Kevin Calero, il a révélé au public l'intérêt récent de Coeur de pirate pour la danse. Signée Nico Archambault et Wynn Holmes, la chorégraphie mettait en scène Coeur de pirate avec Sam Colbey des Grands Ballets canadiens.

L'impact

Ce n'est pas pour rien qu'Oublie-moi (Carry On) se retrouve sélectionnée pour la deuxième année de suite dans la catégorie de la chanson de l'année au gala de l'ADISQ (vu son long séjour sur les palmarès).

«C'est une chanson importante pour moi au Québec qui a beaucoup joué à la radio. Quand je fais des shows, des gens la chantent. Des kids comme des adultes. C'est un temps fort de mon spectacle et je dirais qu'elle a fait en sorte que mes salles sont pleines au Québec. Je dois beaucoup à cette chanson-là.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer