Audiogram conclut un partenariat avec Sony Music

Michel Bélanger, fondateur d'Audiogram.... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Michel Bélanger, fondateur d'Audiogram.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une semaine après avoir annoncé un partenariat avec Ubisoft, l'étiquette de disques montréalaise Audiogram a dévoilé hier une entente de distribution et une association «stratégique» avec Sony.

Dès le 1er décembre, Sony Music deviendra le distributeur exclusif du catalogue d'Audiogram au Canada.

De plus, Audiogram (qui représente notamment Matt Holubowski, Alex Nevsky et Philémon Cimon) pourra bénéficier du réseau de Sony Music France en Europe. De son côté, il fera découvrir des artistes français de la major au public québécois.

En juin dernier, lors des FrancoFolies, les patrons d'Audiogram (y compris son fondateur, Michel Bélanger) ont eu une première «rencontre de courtoisie déterminante» avec les patrons de Sony Music Canada et de Sony Music France, Shane Carter et Stéphane Le Tavernier.

«Sony a des antennes et des labels partout dans le monde», se réjouit le directeur général d'Audiogram, Philippe Archambault.

Penser «global»

Peter Peter, représenté au Québec par Audiogram, a comme maison de disques en France Arista, une division de Sony. L'essor du chanteur outre-Atlantique illustre ce qui pourrait arriver à un artiste québécois d'Audiogram qui a du potentiel de l'autre côté de l'Atlantique.

«Sony va pitcher nos albums à ses antennes», résume Philippe Archambault. Sony aura un droit de premier refus et un droit d'exclusivité sur les albums d'Audiogram pendant les quatre premiers mois suivant leur sortie.

À l'ère des services d'écoute en ligne et du web (avec les Spotify, Deezer et Songza), il faut revoir les façons de faire actuelles, plaide le directeur général d'Audiogram.

«On ne peut plus penser sortir un disque au Québec, puis le sortir en France des mois plus tard selon la réaction. Il faut tout de suite penser global.»

Depuis peu, Sony Music Canada mise davantage sur la recherche et le développement de nouvelles expertises et sur le défrichage de nouveaux talents, particulièrement au Québec. «Nous nous réjouissons de poursuivre notre mission de dénicher et [de] faire rayonner le talent musical québécois, tout en agrandissant nos plateformes au sein des filiales globales de Sony Music», a déclaré dans un communiqué Shane Carter, président de Sony Music Canada.

De son côté, la major permettra à Audiogram de développer une expertise dans le marché anglophone - la porte est grande ouverte aux artistes intéressés - alors qu'Audiogram (qui représente Carla Bruni ici, par exemple) a une expertise dans le marché québécois.

La semaine dernière, Audiogram a dévoilé une entente avec Ubisoft et son étiquette Uniloud. «Au lieu de dire que le disque va mal, il faut trouver de nouvelles façons de faire», fait valoir Philippe Archambault.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Audiogram et Ubisoft s'unissent

    Musique

    Audiogram et Ubisoft s'unissent

    En plus de donner de la visibilité à des artistes dans ses jeux vidéo, Ubisoft veut les aider à se faire connaître à l'international grâce à... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer